Où se baser pour dormir pendant la Setouchi Triennale ?

Quand les gens m’envoient des e-mails pour demander des conseils à propos de la Setouchi Triennale, il y a une question qui revient souvent :

Où se baser pour dormir pendant la Triennale de Setouchi ?

Souvent ils hésitent entre trois options :

  • Sur les îles ?
  • À Tamano (la ville dont le Port d’Uno fait partie, dans la Préfecture d’Okayama) ?
  • À Takamatsu ?

 

« The Room Inside of the Room » par Oscar Oiwa sur Ogijima

 

Vu de loin, le choix peut parfois paraître difficile, mais vu d’ici, la question ne se pose presque pas en fait.

Je m’explique – et réponds à la question par la même occasion.

Commençons par : dormir sur une île.

L’idée est séduisante. Certains d’entre-vous pensent peut-être même qu’une visite des îles de Setouchi n’est pas vraiment complète sans dormir sur l’une d’elle . Je ne suis pas forcément en désaccord avec la chose, mais d’un point de vue pratique ce n’est pas vraiment une bonne idée.

Voyez-vous, déjà, le nombre de lieux où l’on peut dormir dans les îles est assez limité, et il vous faudra vous y prendre de longs mois à l’avance pour réserver (bien entendu, ce n’est pas impossible). Il sera aussi préférable que vous parliez bien japonais : très peu de gens sont capables de communiquer dans une autre langue sur la plupart des îles. Même ceux qui travaillent dans l’industrie du tourisme (mais ils s’y essaient de plus en plus, ce qui est tout à leur honneur).

Mais surtout, si vous venez visiter la Triennale de Setouchi, vous n’allez pas seulement visiter une île ou deux, cela serait contre-productif. Or, il se trouve que les îles sont très mal reliées entre elles par les différents ferries. Si vous avez de la chance, vous pourrez accéder à une seconde île depuis la première, peut-être une troisième, presque jamais plus. Donc tôt ou tard vous devrez forcément passer par un des ports de Honshu ou de Shikoku.

Si vous avez de grandes capacités d’organisation et aimez vous promener avec vos bagages, il est possible d’aller d’île en île en dormant dans une île différente chaque nuit. Ça peut même faire un très chouette séjour. Mais comme je le disais en début de paragraphe, cela demande des capacités d’organisation que je n’ai pas, et cela ne me viendrait même pas à l’idée d’essayer, et je connais le coin comme ma poche… Alors vous… 😉 (Ceci dit, si vous les avez ces capacités d’organisation, tentez la chose). Mais surtout, il vous faudra porter vos bagages partout ou presque où vous irez. Le but ici est de trouver un lieu où se baser, histoire d’y revenir tous les soirs ou presque, donc nous sommes presque hors-sujet. 🙂

Donc en résumé, se baser sur une île n’est pas très réaliste. Ceci étant dit, si vous en avez la possibilité, je vous conseille plus que chaudement de passer au moins une nuit sur une île, c’est toujours une expérience intéressante, voire inoubliable, selon.

 

Megijima, vue depuis Takamatsu

 

Bon, maintenant que nous avons compris que se baser sur une île n’est pas la meilleure des solutions, il nous reste deux options, aux alentours des deux ports.

Personnellement, pour moi, la question ne se pose même pas, mais comme pas mal d’entre vous se la posent (et je comprends pourquoi) :

Vous avez certainement lu ici ou là que le point d’accès pour les îles de la Triennale de Setouchi c’était le Port d’Uno dans la préfecture d’Okayama. Et vous avez lu ceci, parce qu’en général et sauf exception, les guides et les gens qui les écrivent ne connaissent pas la région beaucoup mieux que vous (désolé de briser vos illusions 🙂 ). Dans ce cas précis, ils semblent souvent même ignorer qu’il y a une île s’appelant Shikoku dans le sud-ouest du Japon. Et si on y réfléchit pas trop, ça semble être le plus rapide : hop, on saute du Shinkansen à Okayama et on file à Uno puis dans les îles de Setouchi.

Moui….

Passer par Uno est peut-être une bonne idée si vous n’avez l’intention de ne visiter que Naoshima ou Teshima… Ce qui serait une grave erreur. J’ai déjà du le dire plusieurs fois, mais je sens que je vais beaucoup le répéter cette année vu que je lis l’erreur à peu près à chaque fois qu’un journaliste français parle de la Triennale mais… Non, Naoshima n’est pas l’île principale de la Triennale, elle n’est pas le centre névralgique de la Triennale, elle n’est pas non plus le lieu incontournable de la Triennale.

En fait, et je vais même peut-être vous choquer, mais Naoshima est l’île où il se passe le moins de choses intéressantes pendant la Triennale de Setouchi. Voyez-vous, il n’y a presque aucune différence entre Naoshima un jour de Triennale, et Naoshima n’importe quel autre jour de l’année. Ah, si, il y en a une : il y a bien plus de monde et les files d’attente sont bien plus longues.

C’est sur toutes les autres îles qu’il se passe des choses, qu’il y a des œuvres d’art temporaires qui n’existent que pendant la Triennale, qu’il y a des manifestations culturelles uniques en leur genre, des concerts que vous n’imaginez même pas et j’en passe (OK, il y a aussi quelques événements qui se déroulent sur Naoshima mais très peu par rapport aux autres îles).

Donc non, ne planifiez pas votre visite de la Triennale de Setouchi autour de Naoshima. Je vais même aller plus loin : si vous y êtes déjà allés, ou si vous aurez l’occasion d’y retourner, évitez-là même durant la Triennale, et gardez une journée de plus pour une autre île (tiens pourquoi pas Shodoshima, il y a très peu d’Occidentaux qui visitent Shodoshima).

Et pour en revenir au Port d’Uno, celui-ci ne vous donne accès qu’à trois îles directement (Naoshima, Teshima et Shodoshima), et une quatrième indirectement (Inujima, via Teshima).

Pour pouvoir vous rendre sur les autres, il vous faudra forcément passer par Takamatsu.

De plus, loin de moi l’idée de dénigrer la ville de Tamano, mais si administrativement parlant, il s’agit d’une municipalité, nous avons en réalité à faire avec un groupement de villages. Ils sont peut-être charmants (j’avoue ne pas vraiment les connaître en dehors d’Uno), mais ce n’est pas vraiment le lieu idéal pour en faire votre « base » vers les îles : peu de commerces, de restaurants, pas grand chose à visiter, si vous voulez sortir le soir, je pense que ce n’est pas trop la peine d’y penser, etc.

 

Maison dans les rues du Port d’Uno

 

Il nous reste donc une option : Takamatsu.

Bon déjà, depuis Takamatsu, vous pouvez accéder directement à tous les îles orientales de la Triennale à l’exception d’Inujima (accessible via Teshima ou Shodoshima). Car c’est bel et bien Takamatsu qui est le « centre névralgique » de la Triennale et son « hub » principal.

De plus, Takamatsu est une vraie ville (400 000 habitants) qui mérite d’être découverte avec ou sans Triennale (d’ailleurs lors de votre séjour, gardez au minimum une journée pour la ville et ce qu’elle a à offrir).

Et n’oublions pas les îles occidentales du festival (Shamijima au printemps, Honjima, Takamijima, Awashima et Ibukijima en automne). Si les ferries vers celles-ci partent tous de ports différents, tous ces ports sont accessibles par train directement depuis Takamatsu. Mais j’avoue que faire des allers-retours en train depuis les ports des îles vers Takamatsu peut être fatiguant, donc peut-être qu’une nuit à proximité sera une bonne idée (à Marugame par exemple).

 

Sunport de Takamatsu, le véritable « hub » de la Triennale de Setouchi.

Voila. Donc TL;DR: le meilleur endroit pour se baser et dormir quand on visite la Triennale de Setouchi c’est Takamatsu.

 

 

Cet article fait partie du FAQ du site qui répond aux questions que vous pouvez avoir sur la Triennale, Takamatsu ou la Préfecture de Kagawa. Si vous avez d’autres questions, jetez-y un oeil, et si vous ne trouvez pas de réponse, contactez-moi, j’essaierai d’y répondre.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :