Ogijima 100e

Je vais vous avouer le truc le plus nerd que je fais en rapport avec les îles de Setouchi (voire le truc le plus nerd que je fais tout court dans ma vie).

Tout à débuté quand j’ai commencé à découvrir les îles de la Mer de Seto, il y a 10 ans. Je ne sais plus ni pourquoi ni comment ça a débuté, mais je me suis mis à compter combien de fois je me rendais sur chaque île. Une fois installé à Takamatsu deux ans plus tard, j’ai continué, pour finalement ne jamais m’arrêter.

Et donc, mon passage sur Ogijima aujourd’hui fut ma 100e visite de l’île !

Rien de bien spécial pour cet « anniversaire » : une journée normale et courte. J’y suis allé, j’ai donné mon cours d’anglais à la bibliothèque et je suis reparti (en hiver quand je n’ai rien de spécial à y faire je ne m’y éternise pas non plus).

Mais j’ai quand même pris quelques photos pour l’occasion. 😉

 

En semaine et en hiver, il y a toujours une ambiance très calme sur Ogijima. Mais il ne s’y passe pas rien non plus. Au contraire, tout l’activité est une activité tournant autour de la vie quotidienne, pas le tourisme ou l’art. D’une certaine façon, ce sont ces jours-là que l’on découvre la « vraie » île. Il y a avait toutefois un certain nombre de touristes chinois (hong-kongais je pense), il y en a désormais tous les jours ou presque (parce qu’il y a maintenant des lignes d’avion low cost entre Takamatsu et plusieurs villes chinoises, surtout Hong-Kong). J’ai croisé un unique occidental, il sortait du ferry sur lequel j’allais monter pour rentrer. Bien entendu, je lui ai fait un bonjour de la tête, bien entendu, il était tout troublé (« Oh la la, que faire ? Il me dit bonjour… Mais si je réponds c’est bizarre non ? Ça se fait pas, si ? Mais si je réponds pas, c’est pas poli ? Oh la la, comment faire ? »). Oui, je suis méchant, j’adore embrouiller les touristes de la sorte. Non, en vrai, je fais ça par habitude (dans les coins du Japon où les Occidentaux se comptent sur le doigt de la main, il est bien vu de se faire au moins un signe de tête quand on se croise), ça permet aussi de savoir si c’est un touriste ou un local que je ne connais pas.

 

 

 

Pourquoi une photo de cette maison ? Car cette maison, donnant sur le port héberge des œuvres d’art à chaque Triennale (Takashi Nishibori en 2010 et 2013, Minouk Lim en 2016). Je ne sais pas encore qui elle accueillera cette année, mais l’intérieur est en pleines rénovations. C’est pour l’instant le seul signe de préparation de la Setouchi Triennale 2019, il est encore un peu tôt pour plus d’activité, ça devrait être pour mars.

 

En hiver, c’est la saison des narcisses qui sont maintenant bien fleuries.

 

Ah, mon ferry de retour arrive, il va bientôt falloir descendre au port (ne vous inquiétez pas, vous avez 20 minutes entre l’arrivée du ferry et son départ, le temps de monter et redescendre plusieurs fois).

 

Voila, c’est tout pour aujourd’hui. 🙂

 

 

Laisser un commentaire

Commentaire sur “Ogijima 100e”

%d blogueurs aiment cette page :