Partir au delà de la frontière et de l’océan

Le départ à la « retraite » du vieux Meon et l’arrivée de son remplaçant ne sont pas les seules choses qui se passent à Sunport Takamatsu en ce moment.

Je savais que ça allait arriver, j’espérais secrètement que ça n’arriverait pas (sachant que c’était totalement irréaliste, mais… vous savez… l’espoir fait vivre…), mais c’est bel et bien en train d’arriver !

Je veux parler du démontage de Beyond the Border(s) – the Ocean !

 

Comme vous le savez peut-être – ou pas – d’importants travaux ont débuté au Sunport. En fait, ils ont été retardés à cause du Covid-19. Cela a donc permis à l’œuvre de Lin Shuen-long de rester parmi nous un peu plus longtemps que prévu, mais je savais que ça n’allait pas durer éternellement. Un grand centre sportif est en cours de construction. Cela signifie donc que tout doit disparaître dans cette partie de Sunport (y compris la plupart des espaces verts :-/ ). Une rue a déjà disparu ainsi que le skate park. Et c’est maintenant au tour de Beyond the Border(s) – the Ocean. 🙁

 

Et si cela n’était pas assez triste, j’ai remarqué quelque chose d’encore plus triste. Regardez attentivement la photo ci-dessus – à l’entrée de la structure. Vous voyez les deux corbeaux ?

 

 

Vous vous demandez peut-être ce qu’ils font-là, surtout à l’intérieur ?

Je pense que je connais la réponse. Plusieurs fois auparavant, en me promenant aux alentours de l’œuvre, j’ai remarqué des corbeaux sur ou près du sommet. Je ne trouve pas de photos ici sur le blog, mais il se peut que j’en ai publiées sur les médias sociaux habituels, peut-être les avez-vous vues. Je suis presque certain qu’ils avaient construit un nid au sommet de la structure dans un lieu sûr (derrière la statue du petit garçon ?). Et je suis à peu près sûr qu’ils sont maintenant « SDF ». J’espère juste qu’il n’y avait pas d’œufs ou de petits dedans.

Cependant, je crains qu’il n’y en ait eu : les corbeaux pondent généralement à cette époque de l’année. De plus, ils avaient vraiment l’air d’être en train de se réconforter. Je ne veux pas les anthropomorphiser, mais vous savez peut-être que ces oiseaux sont parmi les animaux les plus intelligents du monde. Les corbeaux sont capables de sentiments qui ne sont pas trop différents de ceux que les humains éprouvent. Entre autres, ils restent en couple pour la vie, et ils ont également tendance à nicher dans un lieu plus ou moins permanent. J’ai donc bien peur que ce soit ce qui s’est passé là-bas. 🙁

J’espère juste qu’ils trouveront bientôt un nouveau foyer sûr.

 

 

Tiens, en parlant de la statue du petit garçon, la voici :

 

 

Elle a été réalisée d’après un moulage du propre fils de M. Lin, il y a cinq ans. À l’origine, ce moulage avait été utilisé pour créer la merveilleuse œuvre Beyond the Border – Tide sur Shodoshima en 2016. Mais depuis, ce petit garçon a fait plusieurs apparitions à la Triennale de Setouchi, y compris ici même ainsi que dans Beyond the Border – Wave  en 2019.

 

Sinon, si j’ai l’air plus triste pour les corbeaux que pour le démontage de l’œuvre, c’est parce que je fais plus que soupçonner qu’elle reviendra tôt ou tard (2022 ?) sur nos rivages, mais dans un autre lieu. Je n’ai aucune information ni officielle, ni officieuse sur le sujet, sinon un commentaire de Lin Shuen-long sur sa page Facebook quand l’annonce du démontage prochain avait été faite. Une phrase disant plus ou moins : « La plante dériveuse va bientôt repartir à la dérive ».

Et la photo suivante semble le confirmer. Chaque pièce a été soigneusement numérotée et posée sur le sol de manière organisée. Lorsque d’autres œuvres sont démontées de manière définitive, elles sont en général traitées de manière bien moins cérémonieuse :

 

Les antécédents de l’œuvre aussi m’invitent à l’optimisme. Pour mémoire, Beyond the Border(s) – The Ocean avait vu le jour la première fois sur une plage de Teshima en 2013 avant d’être démontée et ramenée à Taïwan, pour revenir ensuite à Takamatsu en 2016. Donc, croisons les doigts pour la revoir sur une île en 2022.

En attendant, je vous invite à relire le dernier article que j’avais écrit à son sujet, il n’y a pas si longtemps :

Beyond the Border(s) – the Ocean

 

Si vous avez aimé ce que vous venez de lire, je vous invite à cliquer sur le logo :

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Partir au delà de la frontière et de l’océan”