Naoshima en mars 2021

Je suis en vacances de printemps depuis presque un mois ! Vu la situation actuelle, je me suis mis en presque quarantaine depuis, ne sortant que lorsque c’est nécessaire et ne voyant presque personne (et seulement dans des conditions sûres). Cela signifie qu’actuellement, je suis presque sûr et certain de ne pas être porteur de ce fichu virus. Cela signifie que je peux aller un peu dans les îles sans risquer d’infecter les insulaires ! Enfin !

Pour rappel, je ne veux pas vous faire la morale, mais s’il nous est déconseillé de voyager, ce n’est pas pour nous éviter d’attraper le virus, c’est pour ne pas le propager dans le cas où nous serions porteurs sains sans le savoir. Pourquoi est-ce si difficile à faire comprendre à tellement de gens ?

Bref, aucun risque en ce mois de mars (ça va malheureusement changer dès la rentrée, j’en parlerai plus tard ou pas) il est temps de retourner enfin un peu sur les îles qui me manquent vous n’imaginez pas à quel point.

Le premier voyage fut à Naoshima avec une petite surprise pour vous (pas pour moi, j’étais au courant, et c’était la raison de mon voyage 😉 ). Je vous fais encore un peu patienter avant de vous la révéler.

 

 

Lorsque j’ai visité Naoshima pour la première fois en 2010, j’avais adoré l’île. Mais au fil des années, je me suis surpris à l’aimer de moins en moins. Au bout d’un moment, j’ai compris pourquoi.
Les foules de touristes !
À mes yeux, le calme et la sérénité sont des éléments primordiaux dans ce qui fait que les îles de Setouchi sont les endroits magiques qu’elles sont. Malheureusement, on ne retrouve plus beaucoup ces deux choses sur Naoshima de nos jours. Sauf en ce moment ! Avec l’absence totale de touristes étrangers et un nombre très faible de touristes japonais, Naoshima est redevenue elle aussi un lieu calme et serein.

Si vous vous souvenez bien, au printemps dernier, j’y suis allé au moment où les musées ont rouvert après leur fermeture du début de la pandémie, et j’avais pu les avoir pour moi tout seul :

Distance Sociale sur Naoshima

 

Et donc j’ai eu de nouveau cette chance. Cette fois-ci à Honmura.

 

Le comité d’accueil au port de Miyanoura, nous rappelant de bien porter nos masques et de nous laver les mains.

 

La trinité des trois photos obligatoires au port de Miyanoura :

 

Comme vous pouvez le voir, il y avait un peu plus de monde qu’au printemps, principalement des étudiants qui profitaient aussi de leurs vacances de mars.

 

Le temps était magnifique et comme en ce moment, je suis assis tous les jours, toute la journée depuis presque 12 mois c’était décidé : j’allais marcher partout !
J’ai fini la journée avec 13 km dans les pieds, et ça ne m’avait jamais fait autant de bien (et mes nouvelles chaussures sont parfaites – je les ai achetées dans ce but – même pas mal aux pieds en fin de journée).

 

Une surprise ! (ce n’est pas celle à laquelle je faisais allusion plus haut)

Les premiers cerisiers en fleurs de l’année ! J’essaie habituellement de voir mes premiers cerisiers de l’année sur Ogijima. La plupart du temps, j’y arrive, mais cette année, ce fut une surprise, il y en avait déjà en fleurs sur Naoshima. Nous étions le 18 mars. Ils sont très précoces cette année. Au moment où je tape ces lignes, moins de deux semaines plus tard, ils sont en fleurs partout, et certains sont déjà même sur la fin (alors que ça devrait juste être le début de la saison).

 

J’aime beaucoup l’école primaire de Naoshima et son look de bâtiment de film de science-fiction des années 70-80.
Car oui, si l’art a commencé à arriver sur Naoshima avec Benesse à la fin des années 80, les architectes ont commencé à s’installer sur l’île bien avant. Avant l’arrivée de Tadao Ando, c’est Kazuhiro Ishii qui était l’architecte vedette de l’île. Il a également conçu les deux autres écoles (école maternelle et collège), l’hôtel de ville, et j’en oublie.

Ne me citez pas, mais je crois que c’est bien grâce à l’amitié entre M. Ishii et le maire de Naoshima de l’époque que ce dernier fut intéressé par le projet que lui proposa Soichiro Fukutake quand il reprit les affaires de son père, y compris le camp de vacances de Naoshima, alors en construction (et qui devint à terme la Benesse House).

 

Si jamais vous oubliez sur quelle île vous êtes, les bus vous le rappelleront.

 

Puisqu’on parle d’architectes vedettes, personnellement, mon architecte favori sur Naoshima est Hiroshi Sambuichi, et le Naoshima Hall (ci-dessous) l’un de mes bâtiments préférés :

 

Par contre, même si j’aime habituellement beaucoup le travail de SANAA, je ne suis vraiment pas fan du Honmura Port Terminal. Je ne peux pas me défaire de l’idée qu’il a l’air trop inachevé.

 

 

En plus de prendre l’air et de faire de l’exercice, je suis allé à Naoshima ce jour-là pour deux raisons.

La première était de retrouver mon ami Andrew McCormick qui vit sur l’île. Et, si vous êtes anglophones, je pense que c’est une bonne occasion pour vous de découvrir son site web (et de vous y abonner) : Art Island Center.

La deuxième raison (c’est ça la surprise dont il est question depuis le début de cet article) c’est que, plus de 20 ans après son lancement, le Art House Project autorise enfin que l’on prenne des photos dans ses bâtiments !

C’est assez historique. C’est la première fois que l’une des branches de Benesse autorise les photos à l’intérieur de certains de ses bâtiments.

Il était donc hors de question que je rate l’occasion d’être l’un des premiers blogueurs (et très certainement le premier blogueur étranger) à pouvoir vous montrer à quoi ressemble l’intérieur de ces bâtiments si vous n’avez pas encore eu l’occasion d’y aller (ou si vous y êtes allés, de vous aider à vous les remémorer). Car du coup, vous aussi, vous êtes parmi les premiers étrangers et francophones à (re)découvrir ces lieux grâce à internet !

Il y a bien sûr quelques règles à respecter. Elles se résument à tout simplement suivre les instructions (en très court : n’abusez pas et ne dérangez pas les autres visiteurs). Suivons-bien tous ces règles pour ne pas que Benesse change d’avis.

 

Voici donc, les bâtiments du Art House Project dans toutes leurs splendeurs !

 

En fait, avant d’aller plus en avant, je trouve que certaines photos auraient pu être bien meilleures. Il se faisait un peu tard, il me restait peu de temps avant la fermeture. J’ai eu la chance d’avoir la plupart des « art houses » pour moi tout seul, alors j’ai pris ces photos parfois un peu rapidement (de peur qu’un autre visiteur arrive et que nous nous gênions).

Mais vous savez quoi ? Il me reste encore une semaine de vacances, donc… un retour sur Naoshima et une autre surprise ne sont pas irréalistes. 😉

 

Oh, et puis c’était aussi l’occasion parfaite pour écrire un guide complet du Art House Project de Naoshima !

Mettez-le dans vos favoris pour quand vous aurez la possibilité de venir le visiter, j’espère qu’il vous sera utile..

 

Art House Project sur Naoshima

 

Je vous conseille aussi de vous y référer pour les descriptions détaillées des maisons, ici et maintenant, je vais surtout vous narrez brièvement mes visites de cette journée.

 

Minamidera

Faux départ. Je ne vous montrerai évidemment pas l’intérieur de Minamidera. Vous comprenez pourquoi si vous l’avez déjà visitée, et je garderai la surprise si vous ne l’avez pas fait.

Je l’ai eue pour moi tout seul (sauf pendant quelques minutes : quelqu’un est arrivé en retard, ils l’ont quand même laissé entrer, parce que bon… il n’y avait pas vraiment de monde et cette personne est partie bien trop tôt pour avoir pu profiter pleinement de l’expérience) et c’était aussi incroyable que vous pouvez l’imaginer. Le seul petit problème était que les deux membres du personnel à l’extérieur qui s’ennuyaient probablement et discutaient un peu trop fort. Mais bon, je vais pas me plaindre.

 

Kadoya

Cette maison est l’exemple parfait du fait qu’en temps normal je ne suis pas aussi adepte de Naoshima que je le pourrais/devrais. Kadoya a clairement été conçue pour être visitée par une poignée de visiteurs tout au plus en même temps. Pendant des années, je n’étais pas très friand du lieu, mais je réalise aujourd’hui que chaque fois que je l’ai visitée, elle était pleine de gens.

De la découvrir ainsi, vide, rien que pour moi, j’ai enfin pu occuper l’espace, l’observer, le ressentir, et finalement, pour la première fois, j’ai vraiment pu apprécier les œuvres dans l’atmosphère pour laquelle elles ont été conçues.

Par exemple, je n’avais jamais réussi à m’intéresser à Naoshima’s Counter Window (les nombres dans la fenêtre). Bien entendu. Quand il y a cinq ou six personnes jouant des coudes devant, on rate un peu ce dont il s’agit, encore plus quand tout le monde est en train de piétiner l’ombre projetée sur le sol. Aujourd’hui, je suis enfin séduit.

 

 

 

Gokaisho

Un des deux seuls endroits que j’ai dû partager avec quelqu’un, mais comme vous pouvez voir sur les photos, il m’a juste fallu attendre un peu, et hop, ils avaient disparu. Encore un lieu qui s’apprécie vide, pour des raisons évidentes je pense.

 

 

 

 

Quand est-ce que Kinza rouvrira ? Aucune idée. 🙁

 

Ishibashi

L’une des mes « art houses » préférées. La combinaison parfaite entre une maison magnifique et des œuvres d’art envoûtantes. Et je rassure ceux parmi vous qui ne pourrons venir qu’avec les foules, celle-ci peut s’apprécier pleinement même si on doit la partager avec d’autres gens. Mais je me suis quand même permis le luxe de l’avoir pour moi tout seul ce jour-là. 🙂

 

 

 

Haisha

Et finalement, l’ex cabinet de dentiste le plus fou d’Asie (et du reste du monde aussi, j’imagine).

 

Sorti de la maison, c’était l’heure de retourner vers le port de Miyanoura, mais… oups… j’ai loupé le dernier bus qui m’y ferait arriver avant le départ de mon ferry. Je suis donc rentré à pieds… En fait, j’ai totalement fait exprès de rater ce bus pour ne pas être tenté de le prendre.

 

Voila, c’est presque tout pour aujourd’hui. J’espère pouvoir retourner sur Naoshima dès la semaine prochaine. Je ne vous ai pas encore tout dit ni tout montré. Il y a un second lieu qui accepte désormais les photographies. 🙂

 

Ma visite suivante fut pour Ogijima qui me manquait tant (à l’exception d’un passage éclair en septembre, je n’y étais pas retourné depuis mars 2020), mais pas de photos, j’y étais avec mes enfants, et nous y avons simplement passé du temps en famille. Mais là aussi, une deuxième visite est prévue, cette fois sans enfants et avec une caméra.

 

À suivre…

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Naoshima en mars 2021”

%d blogueurs aiment cette page :