Fête du Sport sur Ogijima

 

Hier, c’était la Fête du Sport sur Ogijima.

Si vous vous intéressez un peu au Japon, vous savez peut-être déjà que la Fête du Sport (aussi connue sous le nom de Undokai – prononcez « Oune-doh-kaï ») est un évènement très important dans l’année scolaire. Il se tient soit au printemps (en général en mai), soit à l’automne (en général en octobre) selon les écoles. Il consiste en gros en une journée où les enfants affrontent leurs camarades de classe dans diverses épreuves sportives.

J’avoue ne jamais m’y être trop intéressé avant. En partie parce que l’association des deux mots « sport » et « école » ne fait pas exactement surgir de bons souvenirs en moi (je n’ai jamais eu autant l’impression de perdre mon temps dans ma vie que dans les cours d’EPS du collège et du lycée – quoique j’ai réussi à être dispensé de cours pendant presque toutes mes années du lycée, comme quoi avoir eu un bras « cassant » pendant l’adolescence n’a pas eu que des inconvénients – j’ai aussi été réformé à l’armée), en partie parce que ma fille venant juste de commencer sa scolarité, je n’y ai encore jamais pris part (sa fête du sport à elle sera en octobre).

La Fête du Sport sur Ogijima est toutefois un peu particulière.

Jusqu’à 2009 environ, je présuppose qu’elle était plus ou moins normale (quoique, avec trois élèves à la fin des années 2000 dans l’école, je me demande ce qu’ils faisaient pour undokai), mais quand l’école a fermé, la fête du sport a de fait disparu…

Sauf que non.

Quand la date d’Undokai approcha, les gens de l’île furent très tristes. C’était toujours l’occasion d’une grande journée festive, et là, son absence était surtout un rappel que l’île mourrait bel et bien à petit feu. Alors, plusieurs personnes (j’ai envie de dire à l’initiative de Yoshifumi Oshima – le leader de Onba Factory qui a tant fait et fait encore tant pour la revitalisation d’Ogijima – mais je me trompe peut-être) ont décidé de continuer à organiser Undokai sur l’île et que s’il n’y avait plus d’enfants sur l’île, cela deviendrait une fête pour les personnes âgées !

Ce fut un franc succès, et cela devint rapidement l’un des évènements les plus attendus par les doyens de l’île dont la vie quotidienne n’est pas toujours très excitante et qui – s’ils comprennent l’importance de la chose – ont quand même bien du mal à s’intéresser à l’art contemporain qui les côtoie désormais.

L’an dernier les choses ont un peu changé de nouveau, car avec la réouverture de l’école, le « vrai » undokai a été réinstauré, et les deux ont bien entendu fusionné, et en fait, Undokai se tient désormais deux fois par an sur Ogijima : en mai et en octobre (mais en octobre, c’est un peu plus confidentiel, je vous en tiendrai peut-être deux mots le moment venu).

Pour une raison qui m’échappe (ma phobie du sport à l’école ?) je n’y avais encore jamais assisté. C’est désormais chose faite, et j’ai fait plus qu’y assister, j’y ai pris part, dans l’équipe Ogi de Asobitai! (je n’ai réellement participé qu’à une seule épreuve, mais notre équipe a gagné ! Hé! Hé!).

En voici un petit résumé.

Le début fut un peu surréaliste pour moi, car il y avait une cérémonie tout ce qu’il y a d’officielle avec discours du proviseur, hymne national, défilé des participants, et grands-mères qui s’en fichaient tellement et qui discutaient tellement fort derrière nous qu’on entendait à peine les discours.

Ensuite, les enfants entrèrent en piste avec diverses épreuves où ils s’affrontaient les uns les autres et/ou les adultes (avec des handicaps pour ces derniers bien évidemment).

Puis diverses équipes entrèrent en piste avec diverses épreuves plus ou moins sportives, mais toujours amusantes et bon enfant. Pour certaines d’entre elles il fallait s’être inscrit à l’avance, d’autres étaient ouvertes à tous.

Voici quelques photos et une petite vidéo (bien sûr et heureusement ou malheureusement selon, vous ne verrez pas les choses auxquelles je prenais part, c’est-à-dire une chouette épreuve digne d’un challenge de Koh Lanta, ainsi que le final, la danse d’Obon d’Ogijima, d’une difficulté hallucinante : si les mouvements sont simples, je me demande s’ils se répètent au moins une fois ou pas du tout).

 

Undokai Ogijima 2015 - 02

 

Undokai Ogijima 2015 - 01

 

Quand les enfants font la course ça reste mignon quand c’est les petits, compétitif mais pas trop quand ils sont un peu plus grands, mais quand ce fut au tour des collégiens, ce fut aussi intense qu’une vraie course d’un vrai meeting d’athlétisme.

 

Undokai Ogijima 2015 - 05Il y eut diverses épreuves de saut à la corde, certaines voyant s’affronter les enfants et leurs parents.

 

Undokai Ogijima 2015 - 06

Les anciens nous montrent une danse traditionnelle faisant penser à quelque chose s’approchant du tai-chi. Oui bon, j’y connais absolument rien en tai-chi, mais le leader est le manager du dojo d’Ogijima. Un homme que je ne connais pas encore très bien mais qui m’a toujours semblé très intéressant et qui dégage une certaine aura mêlée de sagesse et d’épicurisme (c’est peut-être le fait qu’il semble toujours se vêtir d’un kimono bleu marine.

 

 

Undokai Ogijima 2015 - 11

 

Undokai Ogijima 2015 - 12Une sorte de course de relais en marchant (la plupart des participantes – oui seulement des femmes dans cette épreuve – étant assez agées).

 

[iframe width= »853″ height= »480″ src= »https://www.youtube.com/embed/NYMNG49pD9Y » frameborder= »0″ allowfullscreen]

 Attraper des cacahouètes accrochés au bout de pinces à linge sans s’aider des mains ? C’est aussi ridicule que ça en à l’air, mais bien plus amusant à regarder que vous ne le pensez (et certainement à faire aussi).

 

Une autre épreuve ayant un côté un peu Intervilles, qui en plus ne va pas plaire à la SPA, mais qui était aussi aussi amusante à regarder qu’à prendre part) : tourner dix fois autour d’une batte de baseball, et ensuite, après une petite course, si on tient encore debout, essayer de mettre une anguille dans une bouteille d’eau en plastique :

 

Undokai Ogijima 2015 - 13

 

 

Un pompier (Masato Ono) et un policier courant avec un cerceau et un bâton, c’est pas tous les jours que vous verrez ça :

 

 

Undokai Ogijima 2015 - 22

 

Bref, si ça semble parfois un peu ridicule, voire cheap et définitivement rural (je vois d’ici les Tokyoïtes se gausser), ce fut aussi une journée remplie de bonne humeur et de cette convivialité et chaleur humaine si typique d’Ogijima et il me tarde déjà la prochaine fête du sport sur Ogijima (en octobre si tout se passe bien).

 

 

 

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Fête du Sport sur Ogijima”