Un Drone sur Ogijima

 

J’ai presque oublié de vous parler d’un évènement d’importance qui s’est déroulé sur Ogijima en janvier dernier.

Au cours de l’été dernier, s’est ouvert sur Ogijima un lieu un peu mystérieux (à l’époque). Le lieu s’appelle Kamomeya, il est situé dans la maison qui abritait l’œuvre de Sayaka Ishizuka lors de la Setouchi Triennale 2013 (au passage, je réalise que je n’ai jamais parlé de cette œuvre ici, honte à moi – pour me faire pardonner, je vous en montrait un aperçu, alors qu’elle n’était pas terminée, dans cet article).

La première fois que j’ai essayé de m’y rendre, en août dernier, je ne savais pas encore où elle était située, et quand je demandais aux membres de Koebi-tai que je croisais, ils ne savaient pas trop de quoi il en retournait vraiment. Quand enfin je m’y suis rendu, en octobre, je découvris que Masato Ono s’occupait de la chose, mais la nature de celle-ci était encore assez floue.

Masato Ono, c’est l’une des figures d’Ogijima depuis quelques années. Sans vraiment bien le connaître, je le croise à presque chacune de mes visites. Dans le temps, si j’ai bien tout compris, il était plus ou moins le « chef » de Koebi-tai sur Ogijima (pour mémoire, Koebi-tai, c’est l’association de bénévoles qui aident à s’occuper des œuvres d’Art de Setouchi et de la Triennale), aujourd’hui, je ne sais plus s’il occupe encore ce poste, mais il est donc en charge de Kamomeya et surtout KamomeAir (l’un était le nom du bâtiment, l’autre du projet en lui-même).

Et donc, KamomeAir, qu’est-ce donc ?

KamomeAir c’est un projet qui consiste à faire voler des petits drones entre Ogijima et Takamatsu (voire entre Ogijima et d’autres îles, d’autres îles entre elles, d’autres îles et Takamatsu, etc), dans le but de transporter facilement et rapidement de petits objets pour que les îles soient moins isolées et moins dépendantes du ferry. Une espèce de coursier volant quoi…

C’est plus qu’un gadget, ça peut servir à acheminer rapidement des médicaments sur l’île en cas d’urgence par exemple (n’oubliez pas que la moyenne d’âge de l’île est très élevée).

Le projet n’en est qu’à ses débuts, et tout est expérimental pour l’instant (il s’agit d’une première japonaise et d’une deuxième mondiale : il y aurait selon M. Ono un projet similaire en Allemagne, mais c’est tout).

Et donc en janvier se déroula le premier vol test.

Je tue tout de suite le suspense, ce fut un succès.

Voici quelques photos de l’évènement (en fait, je comptais surtout faire un film, mais il s’avère que filmer un objet de quelques dizaines de centimètres de diamètre dans le ciel est plus difficile que je ne pensais et je vous épargnerai donc le résultat pas très regardable).

 

Drone sur Ogijima - 1

M. Oshima, guettant l’arrivée du drone qui devrait arriver de Takamatsu d’une minute à l’autre.

 

Drone sur Ogijima - 2Le voila !

 

Drone sur Ogijima - 3

Atterrissage réussi !

 

Drone sur Ogijima - 4

Les journalistes étaient là en nombre
(il y avait même un article dans le Japan Times en anglais il y a quelques jours).

 

Drone sur Ogijima - 5

S’ensuivit une présentation du projet et une explication de ce qu’il s’était passé par Masato Ono (à gauche) et les gens avec qui il bosse (et qui ont construit le drone si j’ai bien compris).

 

Drone sur Ogijima - 6

 

Drone sur Ogijima - 8

Puis, toute une série d’interviews…

 

Drone sur Ogijima - 7

 

(à suivre très certainement)

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :