Aller au contenu
Accueil > Îles de la Mer de Seto > De retour sur Ogijima !

De retour sur Ogijima !

Je n’étais pas retourné sur Ogijima depuis l’automne dernier. C’était l’une des plus longues périodes sans aller sur l’île depuis que je vis au Japon. Je blâme cet hiver où pas un seul week-end n’a eu un temps décent (pas toujours horrible, mais jamais au moins correct), ajoutez par dessus le variant Omicron du Covid19 et voila.

Omicron est toujours là, mais le temps est enfin redevenu agréable. (et j’ai enfin reçu mon troisième vaccin ! Les enfants n’auront leur premier qu’à la fin de la semaine prochaine – le Japon ne se dépêche pas trop avec les vaccins).

Donc, ce dimanche, il faisait beau, il n’y avait aucun autre endroit au monde où je voulais être.

J’ai sauté dans Meon avec mon fils et nous avons passé une journée assez géniale sur l’île.

Alors que Meon quittait le port de Takamatsu, il y avait une petite surprise sur l’autre quai. L’ancien ferry de Naoshima ! Je ne l’avais pas vu depuis des années et je ne l’ai pas utilisé depuis encore plus longtemps. Je pense que c’est celui que j’avais pris lors de ma première visite, il y a 12 ans.

Le ferry existe toujours, mais aujourd’hui, il relie principalement le côté industriel de Naoshima à Okayama (c’est-à-dire qu’il ne transporte pas vraiment de passagers, seulement des camions). Je suppose que l’un des ferries réguliers est en maintenance et que celui-ci le remplace pour quelques jours. À Ogijima, Meon 2 n’était pas là non plus. Il est également en maintenance, ou remplace un autre ferry ailleurs qui est en maintenance. On dirait bien que c’est la saison de la maintenance des ferries.

 

Je n’avais pas vu Takamatsu sous cet angle depuis bien longtemps.

 

Oshima (devant) et Shodoshima (derrière)

 

La Triennale de Setouchi 2022 commence dans moins de trois semaines, et je n’ai encore presque aucune information à son sujet, ce qui est inédit ! Les choses ne vont clairement pas au même rythme que d’habitude cette année, pour des raisons évidentes. J’ai l’impression que tout est finalisé à la dernière minute.

Je suis aussi allé à Ogijima aujourd’hui pour essayer de recueillir quelques informations. Sans grand succès. Même les résidents n’ont que quelques bribes. La réunion leur informant des détails de la chose et qui aurait déjà dû se tenir n’a pas encore eu lieu !

Au moins, je suis tombé sur Team Ogi au grand complet. Tous les membres s’étaient réunis pour nettoyer et rénover leur Takotsuboru !

 

 

Bon, j’avoue, je sais quand même deux trois trucs sur la Triennale 2022 (mais pas beaucoup plus), et dimanche j’étais aussi allé sur Ogijima pour y voir… quelqu’un… Mais ça restera encore un mystère pour quelques mois de plus, car il était juste là pour faire des repérages pour cet été. Donc je vous laisse en plein suspense, là tout de suite.

Et en dehors de cette rencontre mystérieuse et de mes amis de Team Ogi, rien… Absolument rien en rapport avec la Triennale de Setouchi. Sauf un échafaudage. Un autre artiste était sur place, mais il venait juste d’arriver et il n’avait encore eu le temps de n’installer qu’un échafaudage. J’en ai vu un peu plus aujourd’hui, je vous le montrerai d’ici à la fin de la semaine.

 

Du coup, mon fils et moi avons décidé de faire le tour de l’île. Littéralement. Nous ne l’avions pas fait depuis longtemps.

Mais d’abord…

 

Depuis que j’ai déménagé au Japon il y a un peu plus de 10 ans, je me suis créé une petite tradition. C’est d’essayer de voir la première fleur de cerisier de l’année sur Ogijima (si vous fouillez dans le blog, vous verrez quelques articles à ce sujet). J’ai réussi à le faire presque tous les ans. Bien sûr, pas ces deux dernières années pour les raisons que nous savons.

Eh bien, cette année, je suis heureux de vous dire que dimanche, j’ai vu ma première fleur de cerisier de l’année sur Ogijima !

 

 

Je ne m’y attendais pas. De tous les cerisiers que j’ai vus sur l’île aujourd’hui (et je pense que j’en ai vu la plupart, voire tous), c’était le seul en fleur, et comme vous pouvez le voir sur la photo, il n’y avait que quelques fleurs.

C’est un détail insignifiant mais qui m’a vraiment mis la pêche. Un petit peu de normalité alors que très peu de choses sont normales depuis deux ans.

 

Après cela, nous avons fait le tour de l’île. En commençant par la côte Est, qui offre les plus belles vues sur la mer intérieure de Seto, mais que peu de gens connaissent (à certaines périodes de l’année il faut presque une machette pour passer à quelques endroits) :

 

On y trouve aussi des lianes fascinantes :

 

On a fait une petite pause au phare :

Sur le chemin du retour, la route du phare, sur la côte Ouest de l’île on a fait quelques petites rencontres animales dont ce lézard bien moins peureux que ses confrères :

 

C’est la maison que j’aimerais pouvoir rénover.

 

Ah oui au fait, le tout nouveau centre communautaire d’Ogijima a ouvert ses portes il y a quelques semaines (vous pourrez pas le rater quand vous viendrez sur l’île) :

 

Ogijima’s Soul de Jaume Plensa

 

 

À très bientôt Ogijima, plus jamais je ne m’absenterai si longtemps (croisons-les doigts).

 

 

Voila, c’est tout pour aujourd’hui. J’y suis retourné… Aujourd’hui ! Je vous en parlerai plus tard cette semaine.

Ah oui au fait, si vous l’avez raté, je vous annonce que je viens de créer une newsletter (essentiellement pour pouvoir garder un lien avec vous tout en me désintoxiquant de Facebook – si jamais vous y êtes, mais ça peut vous intéresser aussi si vous n’y êtes pas). On verra ce que ça donnera, et je vous invite à venir voir vous aussi, si ce n’est déjà fait.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :