Quel Budget pour Faire le Pèlerinage de Shikoku?


 

Je vous avertis de suite, si vous êtes arrivés sur cette page en espérant une réponse précise à la question posée, vous allez être déçus.

(Mise à jour : toutefois, après lecture de cet article-ci, je vous conseille chaudement de lire l’exemple concret du budget d’une personne ayant fait le pèlerinage en 2015)

En fait, c’est un lecteur (Emilio de Suisse) qui m’a récemment posé la question et je me suis dit que si je ne pouvais pas vraiment y répondre peut-être que quelqu’un lisant ça le pourrait.

Donc en fait, chers lecteurs, si possible ayant été Ohenro-san, pouvez-vous répondre à la question de savoir quel est le :

 

Budget pour faire le Pèlerinage de Shikoku?

 

Bon, maintenant, je vais pas me contenter de laisser les autres faire le boulot pour moi, je vais quand même essayer de donner quelques pistes.

Nous considérerons ici un pèlerinage fait à pied, et bien entendu, le prix du trajet pour se rendre du domicile du futur pèlerin jusqu’à Ryozen-ji, le premier temple, n’est pas inclus.

Par contre, dès arrivés à Ryozen-ji, vous allez commencer à entamer votre budget pour vous procurer toutes les choses dont un pèlerin de Shikoku, un Ohenro-san, se doit de posséder.

À savoir :

  • un bâton de pèlerin.
  • une veste de pèlerin.
  • un chapeau de pèlerin.
  • une écharpe de pèlerin.
  • un cahier de pèlerin.
  • un guide sur le pèlerinage.
  • J’oublie peut-être une chose ou deux.

 

Et je me contredis de suite, puisque de toutes ces choses-là, aucune n’est indispensable ni obligatoire, à l’exception peut-être de la veste blanche de pèlerin. En effet, au Japon, plus que partout ailleurs, l’habit fait bien souvent le moine, et sur Shikoku en particulier, la veste blanche fait le pèlerin. Mais là encore, aucune obligation de vous procurer la veste « officielle » du pèlerinage : n’importe quel autre vêtement similaire peut faire l’affaire tant qu’il est blanc.

Ensuite, si les autres éléments ne sont pas obligatoires, ils ont bien entendu leur utilité, mais ils peuvent être remplacés à loisir par n’importe quel objet similaire.

Je n’ai pas les prix exacts de chacun des éléments en tête, mais il me semble qu’une moyenne de 2 000 yens par objet est assez proche de la réalité. Donc, si vous voulez vous procurer toute la panoplie du parfait pèlerin, il vous en coûtera environ 12 000 yens (j’arrondis à 100 euros, mais vérifiez avec les cours actuels, le cours du yen d’aujourd’hui n’étant pas forcément celui de demain).

 

Pèlerins Henro a Konsen-ji

Un couple de pèlerins encore tout frais (j’ai failli dire « pieds tendres » – tiens, je me demande s’il y a un terme similaire sur Shikoku ?) sortant de Konsen-ji, le troisième temple du pèlerinage .

 

Un autre coût en prendre en compte, et auquel vous n’aurez peut-être pas pensé avant d’arriver sur Shikoku, est celui des calligraphies. Voyez-vous, après la visite de chaque temple, il est coutume de faire signer son cahier de pèlerinage, c’est la « preuve » que vous avez bien visité le temple en question. Une fois de plus, ce n’est nullement obligatoire (souvenez que la règle d’or en ce qui concerne le pèlerinage de Shikoku, c’est qu’il n’y a pas vraiment de règles), mais quand on sait que la signature en question est une magnifique calligraphie, il est difficile d’y résister. Pour vous donner une idée, je vous en ai déjà montré quelques unes sur ce blog (comme par exemple celle-ci, provenant de Zentsu-ji), d’ailleurs, j’en ai pas moins de 12 nouvelles à vous montrer tôt ou tard.

Faire signer le cahier coûte 300 yens, mais n’oublions pas que parlons ici de 88 temples, donc à la fin, le tout fera quand même 26 400 yens (soit un peu moins de 250 euros – conversion toujours approximative).

Donc, déjà, sans nous en rendre compte, nous sommes déjà arrivés à 38 400 yens (allez, disons un peu plus de 350 euros).

Bien évidemment, les plus grosses dépenses lors de votre pèlerinage seront la nourriture et le logis. Mais c’est sur ces points que j’aurai bien du mal aujourd’hui à vous donner des prix. Essayons quand même.

Faire le pèlerinage de Shikoku va vous prendre entre un et deux mois (selon votre vitesse, les conditions météos et autres, votre fatigue ou non, d’éventuels détours, et j’en passe), c’est-à-dire entre 30 et 60 nuits, et entre 90 et 180 repas (interdiction de sauter le petit déjeuner, vous aurez besoin de forces pour la matinée).

Pour les repas, gardez deux choses à l’esprit :

  • Même s’il vous faut, bien évidemment, les inclure dans votre budget, ce n’est pas exactement quelque chose à payer « en plus » : si vous restez chez vous, vous les ferez aussi ces repas.
  • En tant que pèlerins sachez que vous serez nourris de temps à autres. Cela fait partie de la tradition d’hospitalité de Shikoku. Tout au long de votre trajet, des inconnus vous donneront de petites offrandes à manger : le plus souvent des fruits, mais aussi des onigiri, des mochi et autres. Il peut aussi arriver que l’on vous invite tout simplement à manger.

Donc, mon approximation très approximative me fait penser que votre budget nourriture va tourner autour de 500 à 1000 yens par jour (sauf si vous êtes un gros mangeur)… Allez, disons 1000 yens, soit entre 30 000 et 60 000 yens (250 et 500 euros) pour tout le pèlerinage.

Quant au logement, et c’est là que j’aurais besoin de faire plus de recherches (et vous aussi), et que les plus grandes différences de budget peuvent apparaître selon vos goûts de luxe, vos préférences, les aléas de la route et j’en passe. Vous pouvez tenir à tout prix à dormir dans des hôtels ; ou à l’opposé, préférer dormir là où vous trouverez une fois la nuit tombée, même si cela signifie au bord du chemin (sachez qu’il existe sur le trajet des abris pour les pèlerins s’étant fait surprendre par la nuit, étant trop fatigués pour avancer plus, ou tout simplement qui sont assez aventureux pour ne pas planifier leurs arrêts). Sachez toutefois qu’il existe sur la route un très grand nombre de minshuku, guesthouses et lieux similaires à l’attention des pèlerins. Il est aussi possible de dormir dans certains temples pour une modique somme – mais pas dans tous, là aussi, il vous faudra vous renseigner.

Donc, là, totalement au pifomètre, je dirais une moyenne de 5000 yens la nuit, mais c’est vraiment au pifomètre. Ce qui fait un total compris entre 150 000 et 300 000 yens pour le logement (1000 à 2000 euros ?).

Voila, voila, comme vous le voyez beaucoup d’approximations dans ces estimations. Si jamais vous avez fait le pèlerinage, n’hésitez surtout pas à partager votre expérience dans les commentaires, et je mettrai cet article à jour grâce à vos informations.

Et si vous êtes en train de préparer votre budget pour faire le pèlerinage de Shikoku, à défaut d’être vraiment utile, j’espère que cet article vous donnera quelques pistes. Et n’hésitez pas à partager vos recherches avec nous.

 

 


A propos de David Billa

David vient du Sud-Ouest de la France. Après quelques années passées aux États Unis et quelques autres à Paris, c'est aux abords de la Mer Intérieure de Seto qu'il s'est finalement posé. Subjugué par la beauté de cette région malheureusement si méconnue, il a créé ce blog pour vous la faire découvrir.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 commentaires sur “Quel Budget pour Faire le Pèlerinage de Shikoku?

  • PORET Alain

    Bonjour
    voici la copie de la note de retour de ce périple effectué en septembre / octobre 2015 :
    ——————————————————————————————————————————————————————
    Premières impressions sur le « CHEMIN DES 88 TEMPLES DE SHIKOKU »
    Le compostelle Japonais

    Konnichiwa Bonjour à tous.

    Le 3 novembre 2015 , après 54 jours sur l’île de Shikoku au japon , je suis de retour de ce périple des 88 temples .Le décalage horaire a été laborieux dans sa phase de récupération (je pense que l’age y est pour quelque chose!).

    Globalement, tout s’est bien passé.

    Sur cette île de Shikoku le dépaysement fut total .La langue et l’écriture, le comportement,la culture,les traditions de ce pays nous plongent dans un univers des plus surprenant.

    Le Japonais vit « dans et avec » la religion bouddhiste de Kūkai, plus connu sous le nom de Kōbō-Daishi qui est le saint fondateur de l’école bouddhiste Shingon.

    Ceci a fait émerger un raisonnement que je n’avais pas perçu lors de mes précédents voyages « exotiques » – En temps qu’individu on a des racines enfouies au fond de nous qui nous classent dans un type de société .Dans nos contrées , que nous soyons croyant fervent, athée ou simple citoyen … nous sommes des judéo-chrétiens ! C’est quelque chose d’enfoui dans nos gênes.

    Je ne parle toujours pas japonais , ce qui ne m’a pas empêché d’avoir des contacts superbes avec la population qui est toujours dans le sourire,l’amabilité,le respect des autres et de leurs traditions .
    Ces comportements m’ont enchanté.
    J’ai d’ailleurs marché pendant un mois avec un Henro (nom du pèlerin japonais) très pratiquant , qui ne parlait que japonais et qui était dans son vingtième parcours des 88 temples .Je ne pouvais trouver mieux comme compagnon de marche .Il m’a fait découvrir des endroits réservés aux initiés et m’a mis très rapidement au fait des pratiques courantes de la vie au Japon.

    Il n’y a pas eu une journée sans faire de nouvelles rencontres.

    Ce chemin, avec ses longs parcours en milieu urbain, a été beaucoup plus rude que Compostelle car les quelques 30% de parties montagneuses sont des plus éprouvantes .J’ai perdu du poids, le peu de graisse superflu a fondu comme neige au soleil ! Mais je suis en pleine forme . Avec les temples secondaires et quelques détours que m’a fait découvrir mon compagnon, ce cheminement s’est étiré sur 1400kms.
    Il faut compter de 40 à 45 jours pour faire les 1200kms du parcours pédestre des 88 temples.

    La nourriture est à base de poisson,riz,légumes et udon (nouilles).Le poisson cru , tel qu’il est préparé au Japon, est une merveille visuelle et gustative.
    L’utilisation des baguettes est un passage obligé (je m’y suis fait assez rapidement).
    Le thé vert est dégusté tout au long de la journée .Et il y a de très bonnes bières !

    Bilan plutôt positif … mais physiquement , ce fut RUDE !! Mes chaussures , neuves au départ , n’ont plus de talons dignes de ce nom.

    Il me reste des photos , des séquences vidéos .Il va y avoir du travail pour les exploiter.

    Bien cher tous , recevez les amitiés d’Alain Poret.

    —————————————————————————————————————————————————————-
    total des dépenses 437800 yen / environ 3500euros soit 65euros par jour
    Billet-avion JAL 787,43 euros
    Le budget global est d’environ 4300 euros

    si vous m’indiquez une adresse mail , je peux vous communiquer le fichier excel de ma feuille de route qui comporte le détail du parcours et des couts.
    Cordialement

    • David Billa Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ce témoignage.

      Votre feuille de route m’intéresse effectivement.
      Vous pouvez me l’envoyer à david @ ogijima.fr (moins les espaces autour du @ qui sont là pour éviter qu’on robot spammeur ne s’y intéresse 🙂 ).
      Merci d’avance.

    • Zorba

      Bonjour Monsieur,
      Je prépare le pèlerinage de Shikoku et je suis intéressé par votre fichier excel !
      J’ai aussi 3 questions :
      – peut-on se réapprovisionner en osamafuda, ou faut-il tout acheter au temple 1 ?
      – peut-on marcher en bermuda (qui arrive au genoux) ou seulement en pantalon ?
      – si on dort en auberge, est-il utile d’apporter un duvet ? Ou un sac à viande ?
      Merci pour votre réponse !
      (zorba35 @ netc.fr)

      • David Billa Auteur de l’article

        Bonjour Zorba,
        Et merci de vous arrêter ici pour y laisser quelques mots.

        Si vous êtes patient et si M. Poret le veut bien, je posterai tôt ou tard les informations contenues dans le fichier en question (M. Poret si vous lisez ça – en fait, je vous envoie un e-mail dans quelques minutes si jamais).

        Sinon pour répondre à quelques unes de vos questions, on peut marcher dans la tenue que l’on veut. 🙂
        Si on dort en auberge, il y aura tout ce qu’il faut dedans. Mais je pense qu’un duvet n’est pas du luxe si jamais on se retrouve à devoir dormir dehors par accident.

    • yvette Hallier

      Bonjour Alain,
      Je prévois marcher sur les traces des pèlerins de Shikoku en 2019.
      Je commence mes recherches. C’est avec beaucoup d’intérêt que je recevrai votre fiche de route.
      En effet, je n’ai pas encore trouvé d’itinéraire avec le nombre de km précis entre chaque temple (mais cela doit sans doute exister).
      Merci d’avance pour cette première réponse. D’autres suivront sans doute au fur et à mesure de l’organisation de ce périple.
      Cordialement
      Yvette

      • PORET Alain

        Bonjour Yvette
        David a publié ma fiche de route , accessible sur ce site avec ce lien : https://ogijima.fr/exemple-budget-pelerinage-de-shikoku/

        Sur ce cheminement des 88 temples , il n’y a pas d’étapes pré-établies comme sur les topoguides des chemins de Compostelle.
        Vous ajustez votre parcours journalier à votre convenance à l’aide du topoguide “Shikoku Japan 88 Route Guide (David C. Moreton)” .
        Vous trouverez facilement un hébergement à proximité du temple de fin de journée ( ATTENTION : la réservation est obligatoire pour être hébergé dans ces établissements . Partez avec une petite note Français / Japonais avec les phrases de demande d’hébergement … le logeur Japonais de l’étape se fera un plaisir de le faire avec son téléphone ).

        Si David n’y voit pas d’inconvénient .. pour des informations plus personnelles vous pouvez me contacter sur cette adresse mail :

        pourlechemin @ yahoo.com

        Cordialement
        Alain Poret

        • CEZAC

          Bonsoir et merci pour votre feuille de route.
          Elle va m’être très utile.
          Je pars dans 2 mois 1/2. J’ai maintenant une idée plus précise des coûts et du temps qu’il me faudra
          pour arriver au bout, si tout va bien.
          Cordialement.

    • Nipponrama

      Merci Alain pour cette information. Cela m’a un peu refroidit à vrai dire. Mais on est tout de même sur un budget de 2 mois, c’est donc une somme relativement peu élévée s’il on considère la durée du séjour.

    • David Billa Auteur de l’article

      De rien.
      Monsieur Alain Poret qui a commenté au-dessus m’a envoyé le détail de son budget.
      Dès que j’aurai le temps, j’essaierai de l’inclure ici ou dans un autre article (avec son accord, bien entendu)

  • Cartier

    Bonjour,

    Je prépare ce pèlerinage pour un départ début mars 2018. Je suis très contente d’avoir trouvé ce site qui me donne encore quelques infos pratiques (coût approximatif confortant à ma prévision !) la question du duvet, le faut-il oui/ non ?
    Et c’est avec plaisir que je regarderai le fichier excel d’André Poret s’il est possible de le publier.
    Merci et bon chemin à tous ceux qui l’envisage
    Isabelle

    • PORET Alain

      Bonjour Isabelle ,
      je repasse sur ce site et je vois votre interrogation au sujet du duvet.
      Si vous n’essayez pas de dormir à la belle étoile ou hébergement de fortune … vous n’en avez pas besoin !
      Il y a divers types de logement : minshuku, ryokan, hôtels classiques ou le couchage est fourni et bien souvent la brosse à dent et le dentifrice!
      A l’aide du topoguide « Shikoku Japan 88 Route Guide (David C. Moreton) » vous trouverez facilement un hébergement à proximité du temple de fin de journée ( ATTENTION : la réservation est obligatoire pour être hébergé dans ces établissements . Partez avec une petite note Français / Japonais avec les phrases de demande d’hébergement … le logeur Japonais de l’étape se fera un plaisir de le faire avec son téléphone ).
      Cordialement
      Alain Poret

      contact possible :
      [email protected]

      • COULLET CATHERINE

        Cher Monsieur Poret,
        J’ai une question qui n’a rien à voir avec tout ce que j’ai lu (et qui m’a passionnément intéressée) : je rêve de faire le pèlerinage au moment où les cerisiers sont en fleurs. Car j’imagine qu’il y a des cerisiers sur l’île. Je garde un souvenir magnifique des cerisiers de Kyoto. Connaissez-vous le moment exact de leur floraison à Shikoku ?
        J’ai fait Compostelle en septembre en dormant sous la tente ; est-il possible de camper au Japon ou de dormir dehors?
        Merci pour tout ce que vous avez écrit, je pense que je vais me lancer !
        Catherine Coullet

        • David Billa Auteur de l’article

          Chère Catherine,

          En ce qui concerne les cerisiers, je ne sais pas si Alain peut répondre, mais je le peux.
          Les cerisiers sont en fleurs fin mars – début avril sur Shikoku (plus ou moins en même temps qu’à Kyoto). Cela varie d’une année sur l’autre (cela dépend de l’hiver, doux ou froid, et ce genre de choses) et bien entendu de la géographie, ils seront en fleurs au sud et à l’ouest de l’île (Kochi et Ehime) avant le nord et l’est (Kagawa et Tokushima), même si ce n’est qu’une question de quelques jours de différence.
          Vous pouvez consulter le site de l’Office National du Tourisme qui donne les dates de floraison chaque année :
          http://www.jnto.go.jp/sakura/eng/index.php (au moment où je tape ces lignes, ce sont encore les dates de l’an dernier, les prochaines estimations devraient être publiées en février je pense).

          Quant à camper en faisant le pèlerinage, c’est tout à fait possible aussi, Alain vous en dira un peu plus, s’il n’a pas lui même campé, je suis sûr qu’il a croisé des campeurs sur sa route. Toutefois sachez que si vous voulez faire le pèlerinage pendant la saison des cerisiers, les nuits peuvent parfois être froides dehors.

        • PORET Alain

          Bien chère Catherine,
          pour les cerisiers , David est en effet plus apte que moi pour donner réponse à cette question. Au mois d’octobre , il y avait beaucoup de clémentines ! (qui étaient très bonnes)

          Le camping n’a pas fait parti de mes pratiques, pour moi c’étais le contact avec la vie courante de la population … l’accueil en Ryokan ou Minshuku me convenait mieux.
          Au cours de ce périple , j’ai vu des personnes qui étaient en hébergement non programmé. De temps à autres , il y a des abris plus ou moins rudimentaires … c’est très variable , cela va du simple banc à la petite cabane . Le camping n’est pas très répandu , mais il existe. j’ai croisé un jeune Français qui le faisait ; il demandait au propriétaire des lieux l’autorisation de planter sa tente et à priori ça fonctionnait .Il y a eu aussi un jeune couple Espagnol en vélo avec une tente … et même démarche positive auprès de la population.
          Si vous le souhaitez , je peux vous fournir le lien pour télécharger le film que j’ai réalisé sur ce cheminement.
          Contactez moi à l’aide de cette adresse mail : [email protected]

          Cordialement
          Alain

  • Alex de Nihonkara

    Alors ça, c’est pratique ! Je mets le dossier « pèlerinage » dans mes favoris pour plus tard. C’est un truc que j »ai en projet de faire avec une amie dans quelques mois/années, j’ai vraiment hâte 🙂