Petites Coupures à Shioguni de Florent Chavouet

 

Petites Coupures à ShioguniJ’ai enfin lu Petites Coupures à Shioguni, le dernier livre de Florent Chavouet.

Au début je voulais en faire une critique construite, mais à la réflexion, non.

Pourquoi ? Je ne sais pas trop, peut-être parce que pour faire une bonne critique, il faut avoir l’esprit reposé et là, moins d’une journée après l’avoir terminé, je suis encore tout excité par cette lecture. Bon allez, j’essaie, mais ce sera un peu fouillis, je vous avertis.

Or donc, vous devez déjà certainement savoir que c’est la première œuvre où Florent se lance dans la fiction. Dans le format, c’est de la BD (presque) traditionnelle. Je dis « presque » parce qu’il reste quelques pages ici ou là qui nous reprennent l’aspect carnet auquel il nous a habitué.

Et au final, c’est pas juste une réussite, c’est un coup de maître. Son trait est adapté à la BD, ça je pense que n’importe qui pouvait le deviner, mais son découpage est d’un dynamisme et d’une vivacité détonants. Il a son propre style, sa propre touche. C’est pas du pseudo-manga (vous savez, cette drôle de tendance qu’ont pas mal d’auteurs de BDs traitant du Japon d’avoir un style manga, parce que le Japon, donc le Manga voyez-vous), c’est pas non plus de la BD franco-belge. C’est du Florent Chavouet. Et c’est génial.

Mais qu’en est-il du scénario ? Florent est-il capable d’écrire une fiction qui nous tienne en haleine sur plusieurs dizaines de pages ? Oui il l’est ! Je ne vous raconterai rien de l’histoire sinon le préambule que l’on retrouve en quatrième de couverture et un peu partout ailleurs sur le web (j’imagine que c’est en gros dans le dossier de presse) :

Kenji avait emprunté de l’argent à des gens qui n’étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n’avait pas de clients. Forcément quand les prêteurs sont revenus, c’était pas pour goûter les plats.

Ensuite, je rajouterai que ce n’est pas ce que vous croyez, et que ce qui fait la force de cet ouvrage c’est vraiment la narration totalement maîtrisée. En plus, elle contient tout ce que j’aime : une chronologie non-linéaire, des narrateurs multiples et pas toujours très fiables. Bref, que des trucs qui ne vont peut-être pas plaire à certains lecteurs habitués à des trucs moins bons et plus simplistes (je les entends d’ici « l’histoire est confuse ! ») mais personnellement, ce sont des techniques dont je suis très friand, surtout quand elles sont maîtrisées (et elles le sont) et qui sont en général le signe d’un bon écrivain.

Une dernière chose : ma plus grande appréhension était le style. Je me souviens que lors de ma première lecture de Manabé-Shima, un petit côté un peu tiédasse qui plait tant aux Bobos et aux jeunes générations m’avait pas mal gêné. Mais si, vous savez, cette mouvance omniprésente dans les BD d’autofiction (surtout les blogs BDs) d’être rigolo mais pas trop, de s’enthousiasmer pour des petits riens mais pas trop, de faire des bons mots mais pas trop, etc. Je blâme Boulet et Vincent Delerm pour avoir mis cette pratique détestable à la mode, mais peut-être n’en sont-ils que le reflet, je n’en sais rien (j’évite de perdre trop de temps à m’intéresser à cette école de non-pensée de la littérature contemporaine). Bref, il y avait un peu de ça dans Manabé-Shima…  Attention hein ! Pas trop non plus… Sinon je pense que je ne serais pas en train de vous parler du dernier bouquin de Florent Chavouet en ce moment même. D’ailleurs, en la relisant, je trouve que ma critique de l’époque était un peu dure quand même. Je devais être de mauvaise humeur. Il faut dire que c’était une époque (tiens d’ailleurs j’ai écrit cette critique-là il y a quatre ans jour pour jour, coïncidence) où j’étais assez remonté contre ces auteurs mous du genou qui sont fiers de faire leur fond de commerce de la médiocrité de leur vie ; aujourd’hui, la distance aidant, c’est vrai qu’ils ne me préoccupent plus trop.

Mais le style de Florent alors ? Et bien, il s’est débarrassé de tous ces petits travers douteux. Pourquoi ? Plus de maturité ? Il a ouvert les yeux en lisant ma critique ? Ou alors l’aura-t-il fait au lendemain d’une soirée arrosée ? Aucune idée et ça n’a aucune importance. Son style est aujourd’hui vraiment à la hauteur de tout le reste, il sait être sérieux, marrant, voire même un poil mordant, oser ce qu’il faut oser pour faire avancer son récit. Attention, ça reste tous publics, mais toute tentation d’un ton pusillanime boboïsant a disparu. En fait, j’avoue, c’est pas totalement une surprise, lisant son blog régulièrement, j’avais pressenti ce changement pour le mieux depuis un moment déjà.

Bref, ces Petites Coupures à Shioguni sont pour l’instant son chef d’œuvre, et j’attends de pied ferme le prochain ouvrage.

 

Bon ben j’ai raté mon coup, puisque de fil en aiguille je l’ai écrite cette critique (même si elle n’est pas très construite, il est vrai), et je n’ai même pas encore parlé de ce dont je voulais vous parler, à savoir les nombreux clins d’œil et easter eggs que l’on peut trouver dans ces Petites Coupures.

Donc commençons par le lieu de l’action, Shioguni. Ne cherchez pas cette ville dans Google Maps, vous ne la trouverez pas. S’il s’agit d’une ville bel et bien imaginaire, il n’est par contre pas difficile de deviner dans quelle partie du Japon elle se trouve puisque sa préfecture est mentionnée : Tosa-ken. Et là, quelqu’un va me rétorquer qu’il n’y a pas de Préfecture de Tosa au Japon. C’est vrai. Mais autrefois, il y avait une Province de Tosa, juste au sud des Provinces d’Awa, Iyo et Sanuki (tiens, juste comme sur le petite carte de la région en début du livre. Vous l’aurez donc compris, notre histoire se déroule dans la Préfecture de Kochi, sur Shikoku.

Bon par contre, j’ai cherché à savoir s’il s’agissait d’une ville vraiment imaginaire, ou bien d’une ville existante qui aurait été rebaptisée, et tout porte à croire qu’il s’agit bel et bien d’une ville imaginaire. Même si certains noms de lieux sur les cartes présentes dans l’ouvrage existent, aucun ne correspond à ce à quoi ils sont censés correspondre sur lesdites cartes. En tout cas, maintenant je sais pourquoi Florent Chavouet était allé passer quelques jours dans Kochi quand nous nous étions rencontrés à Takamatsu il y a deux ans. 🙂

Une autre chose : le réalisme des lieux. Si vous connaissez Florent Chavouet, vous savez qu’il dessine les bâtiments avec merveille et avec un sens du détail inégalé, tout particulièrement les bâtiments existants. Mais là, si c’est une ville imaginaire, comment a-t-il fait ?

Ville imaginaire ne veut pas forcément dire bâtiments et rues imaginaires.

Maintenant il est vrai que ces bâtiments et ces rues, il a pu les trouver n’importe où. Exactement.

À quelques pages du début, le premier bâtiment dont on voit l’extérieur est un koban (vous savez, ces petits postes de police de quartier) :

 

Koban - Petites Coupures a Shioguni

 

Et ça m’a sauté aux yeux ! Ce koban, je le connais très bien. C’est l’un des tout premiers (peut-être le tout premier) koban que j’ai vu de ma vie, et je sais que Florent le connait aussi. D’ailleurs en voici une photo (tirée de Google Street View, j’ai pas eu le temps d’y aller pour cet article) :

 

Koban - Takamatsu

 

Ah ! Ah ! Sacré Florent ! Bon, ben maintenant il ne me reste plus qu’à retrouver les autres lieux du livre (s’ils sont à Kochi, je suis bien parti).

Et vous, il ne vous reste plus qu’à dépenser une petite partie des étrennes que vous avez reçues pour les fêtes pour vous procurer et lire Petites Coupures à Shioguni le plus rapidement possible. Tenez, je vous mets même un lien pour vous faciliter la tâche (notez que si vous achetez le livre par ce lien, je gagne quelques centimes par achat, ils seront utilisés à bon escient, ne vous en faites pas) :

 

[iframe style= »width:120px;height:240px; » marginwidth= »0″ marginheight= »0″ scrolling= »no » frameborder= »0″ src= »//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ss&ref=ss_til&ad_type=product_link&tracking_id=ogji-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2809710457&asins=2809710457&linkId=JF5ZZL3Z5UAF2CQW&show_border=true&link_opens_in_new_window=true »]

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Petites Coupures à Shioguni de Florent Chavouet”