Aller au contenu
Accueil > Îles de la Mer de Seto > Ogijima en Février

Ogijima en Février

 

Je suis allé deux fois sur Ogijima en février, le week-end dernier et celui d’avant, pour y faire plusieurs trucs, essentiellement des interviews (je me faisais interviewer le premier week-end, j’interviewais le second) pour divers projets dont je vous donnerai plus de détails un jour ou l’autre, ainsi qu’un atelier intéressant qui sera certainement le sujet de mon prochain article.

J’ai aussi pris quelques photos ici ou là, comme à presque chacune de mes visites, j’en partage quelques unes avec vous :

 

Kiba-san et le Puits du Kami

M. Kiba, le « chef de quartier » d’Ogicho nous montre le « puits du kami », le puits historique d’Ogijima (dont je vous raconterai la légende le jour où j’arriverai à m’en souvenir mieux qu’approximativement). Il est désaffecté depuis plusieurs années, mais il est question de le remettre en service et des mesures sont en train d’être prises dans cette direction (il y a plusieurs mois il avait été rouvert pour la première fois depuis bien longtemps et il est en train d’être nettoyé depuis – c’est une longue opération avant d’être sûr que son eau redevienne potable – c’est le but).

 

Mer Interieure de Seto dans la Brume

La Mer Intérieure de Seto était bien brumeuse.

 

Onba Factory

Avouez que vous aussi vous aimeriez avoir cette vue depuis votre salon!

 

Onba numero 120

Un des tout derniers Onba de Onba Factory en date! Notez qu’il s’agit du 120e Onba! Qui aurait cru que l’on atteigne ce nombre quand le projet fut lancé en 2010? En fait, il y a même un 121e Onba de terminé (il s’agit d’un Works Onba – par opposition aux My Onba – je vous le montrerai quand il sera ‘officiel’ au moment de la réouverture d’Onba Factory le 21 mars après la fin de la trève hivernale). Ce 120e onba est aussi le plus grand « onba » de l’île.

 

Pecheurs et bateau de Team OgiUn pêcheur et son épouse raccommodant les filets sur leur bateau qui est l’un de ceux faisant partie du Ogi Project de Team Ogi.

 

Yashima dans la brumeYashima dans la brume.

 

 

 

 

6 commentaires sur “Ogijima en Février”

    1. Il est vrai que les villages des îles de la région ont pas mal de similarités.

      Mais un truc que les gens ignorent avant de visiter un peu la région, c’est que chaque île est vraiment unique avec sa propre identité, culture, histoire, atmosphère.
      Cela vient essentiellement du fait qu’avant l’avènement du train (et bien entendu de la voiture), la Mer de Seto était « l’autoroute » du Japon, c’est dans les îles – pas sur les côtes – que les bateaux s’arrêtaient autrefois pour dormir, se ravitailler, etc.

      La Mer de Seto est toujours cette « autoroute » tous les cargos ou presque venant de presque partout y passent encore, mais bien entendu, ils ne s’arrêtent plus.

  1. Bonjour, pas mal la mer brumeuse (je n’avais pas beaucoup d’occasion de voir la mer sans brume !). Je voudrais savoir la légende du puits !!! Normalement l’eau manque aux petites îles mais ça m’a surprise qu’il y en a certains qui possedent des puits. Nous sommes allés à l’île d’Hiroshima en février, mais pas beaucoup de chose intéressante. A propos, aujourd’hui j’ai pu acheter la carte de 10 ème anniversaire d’Iruca. Youpi !

    1. Il faut que je demande de nouveau pour la légende du puits, elle m’échappe complètement

      En fait, Ogijima n’a pas de source d’eau, les puits sont surtout des réservoirs de récolte d’eau de pluie. Ça doit être le cas pour pas mal d’îles.

      Je ne suis encore jamais allé à Hiroshima (l’île de Kagawa, pas la préfecture, je précise pour les autres lecteurs).

      Est-ce que la carte d’Iruca a quelque chose de spécial ? Je ne suis pas au courant.

  2. Oui j’imagine bien. Déjà que deux villages n’ont pas toujours les mêmes habitudes, je suppose que cet effet est renforcé dès qu’il s’agit d’îles. Si il est facile actuellement de passer de l’une à l’autre, cela n’a pas dû être toujours le cas. Et chaque île devait être un peu dans une bulle permettant le développement de coutumes et d’habitudes particulières.

    1. Oui exactement.
      Souvent, les gens – même les gens de la région, c’est un peu déprimant comment les gens de Kagawa sont complètement ignorants des îles juste à côté de chez eux – pensent que les îles sont plus ou moins interchangeables quand c’est exactement le contraire : chacune est un monde en soi pour les raisons que tu indiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :