Jinne-in et Kan’on-ji, les 68e et 69e Temples du Pèlerinage de Shikoku

 

L’autre jour j’ai eu l’occasion de me rendre dans la ville de Kan’onji, et ce fut donc l’occasion de mettre deux temples du Pèlerinage de Shikoku de plus dans mon escarcelle (j’en suis maintenant à 14, plus que 74 !!!).

Il s’agit des temples numéro 68 et 69, c’est-à-dire les temples Jinne-in et Kan’on-ji.

Et si je mentionne les deux en même temps, c’est qu’ils ont la particularité d’être situés dans la même enceinte et d’être plus ou moins mélangés. Par « mélangés » j’entends que les temples ne sont pas juste côte à côte, mais bien partageant le même espace, certains bâtiments appartenant à un temple, d’autre à l’autre. Il y a même une carte sur place pour y voir un peu plus clair.

Je vous avoue qu’à part les Kondo (le bâtiment principal d’un temple) j’ai pas trop cherché à faire la différence.

Voici quelques photos du lieu :

 

Jinne-in Kanon-ji - 1

Les deux temples partagent aussi la même porte et ses Nio.

 

 

Jinne-in Kanon-ji - 4

 

Le Kondo de Jinne-in a aussi la particularité d’avoir été récemment reconstruit dans un style contemporain :

 

Jinne-in Kanon-ji - 5

Je crois que c’est seulement la deuxième fois que je vois un temple bouddhiste dans ce style (l’autre étant non loin de chez moi). Quand on monte l’escalier, on se retrouve dans un espace ni vraiment à l’intérieur, ni vraiment à l’extérieur – et je réalise à l’instant que fasciné par la chose, j’en ai oublié de prendre des photos – faisant face au Kondo à proprement parler et qui n’était en lui-même pas si intéressant que ça.

 

Jinne-in Kanon-ji - 6

La seule photo provenant de cet espace, curieux mélange de modernité et de tradition (argh… j’ai pas pu résister, je ne pensais pas écrire un jour ce cliché dans mon blog…).

 

Jinne-in Kanon-ji - 7

 

Jinne-in Kanon-ji - 8Le Kondo de Kan’on-ji, rien de bien particulier non plus.

 

Jinne-in Kanon-ji - 9

 

Jinne-in Kanon-ji - 10

 

Jinne-in Kanon-ji - 11

 

Jinne-in Kanon-ji - 12

 

Jinne-in Kanon-ji - 13

 

Au final ce sont loin d’être les temples les plus intéressants que je connaisse, mais ils méritent quand même une petite visite, sinon pour leur disposition hors du commun, au moins pour l’apparence unique de Jinne-in.

Petite parenthèse sur l’orthographe utilisée pour « Kan’on-ji. »
Bon déjà, le tiret, ça c’est pas officiel, les suffixes sont parfois intégrés au mot parfois non, j’ai pris le parti de mettre un tiret quand il s’agit du temple (comme Kan’on-ji, Zentsu-ji, littéralement : le temple de Kan’on, le temple de Zentsu) et de ne pas le mettre quand il s’agit de la ville (Kan’onji et Zentsuji donc). Ça c’est un choix personnel qui me semble logique.
La petite précision que je voudrais faire à plus trait à la présence assez étonnante d’une apostrophe, signe typographique assez rare quand il s’agit de retranscrire le japonais en alphabet. Celle-ci est là pour aider à la prononciation et pour s’approcher le plus possible des kanji originaux. En effet, le nom s’écrit avec trois kanji: 観音寺 qui se retranscrivent par Kan, On et Ji. L’absence d’apostrophe laisserait sous-entendre une transcription en Ka, Non et Ji, ce qui aurait une prononciation et surtout un sens différents.

 

 

 

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Jinne-in et Kan’on-ji, les 68e et 69e Temples du Pèlerinage de Shikoku”

%d blogueurs aiment cette page :