Meon – めおん

 

Comment ai-je pu vous parler autant d’Ogijima et des îles de cette partie là de la Mer Intérieure de Seto sans jamais vous parler une seule fois de Meon ?

(en fait, je l’ai déjà mentionné, mais je voulais faire une entrée en matière dramatique ; toutefois, il est vrai que je ne lui ai jamais consacré un article entier)

Qui donc est Meon ?

Et bien, Meon n’est rien de moins qu’une des figures emblématiques de la région, et tout particulièrement de Megijima et Ogijima. Car il s’agit du petit ferry qui relie les deux îles à Takamatsu et par extension au reste du monde.

 

 

Emblématique parce que c’est un petit ferry (« tout mignon » aurai-je presqu’envie de rajouter mais je ne le ferai pas parce que j’ai une réputation à tenir) qui fait vraiment partie du décor quand on se rend au port de Takamatsu ou sur l’une des deux îles, dont il fait partie intégrante d’une certaine façon.
Pensez donc, il y a même un film à son nom (mais je doute qu’il soit un jour disponible en France), je n’ai pas réussi à trouver d’extrait sur youtube (je le rajouterai a posteriori si j’en trouve un), mais voici sa page sur imdb !

 

On y embarque sur l’embarcadère plus ou moins « central » du Sunport, celui tout près de l’oeuvre Liminal Air – core –

 

Ne vous laissez pas tromper par cette photo et la précédente. Là, c’était pendant le Setouchi International Art Festival. En temps normal la moyenne est plus proche de 15 ou 20 passagers à chaque trajet.

 

En fait, il n’existe pas un mais deux Meons (Meon et Meon 2 les bien nommés), et des rumeurs courent sur le fait qu’il y en aurait même un troisième. Et ils doivent une fière chandelle au Setouchi International Art Festival.

 

En effet, contrairement à ce que les deux photos précédentes laissent sous-entendre, il y a en temps normal bien peu de monde qui l’utilise, à savoir uniquement les habitants des deux îles quand ils doivent se rendre en ville et les quelques fous comme moi qui vont les visiter dès qu’ils en ont l’occasion. Si bien que la société qui les gère s’apprêtait à vendre l’un des deux l’année dernière pour manque de rentabilité.

 

 

Mais si même si certains doutent que le Festival ait eu un impact économique notable sur Takamatsu, ceux qui l’ont vraiment ressenti l’impact, ce sont les sociétés qui gèrent les ferries du coin, au point qu’aujourd’hui, ni Meon ni Meon 2 ne devraient être vendu et, espérons-le, ils devraient continuer à opérer pendant encore quelques années, les caisses étant renflouées au moins jusqu’au prochain festival. Imaginez que le chiffre d’affaire de la ligne Meon a été multiplié par 10 ou 15 au cours des trois mois que dura le Festival, sans compter le fait que le nombre de visiteurs de Megijima et Ogijima post festival est nettement supérieur à ce qu’il était avant celui-ci.

 

Retour à Takamatsu en fin de journée.

 

 

En espérant que vous aussi vous en soyez passager/ère dans un futur pas trop éloigné. 🙂

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Meon – めおん”