Projet REAL time FOOD sur Megijima

 

Je me suis toujours demandé si l’habitude de prendre son repas en photo venait du Japon. Certainement parce que la toute première personne que j’ai vu faire cela, et ce régulièrement, était une Japonaise vivant en France, il y a un dizaine d’années.

Quoiqu’il en soit, moi aussi, je sacrifie à la chose de temps à autres, comme par exemple une photo de mon repas du 12 novembre prochain.

Oui, oui, vous avez bien lu, je n’ai pas fait d’erreur.

Mais voyez plutôt :

 

real-time-food

 

Il s’agit du « restaurant le plus lent du monde ». Il y a huit jours, je m’y suis rendu, et on m’a donné cette pousse de je ne sais trop quel légume. Je l’ai plantée quelques minutes plus tard, et je mangerai le légume en provenant le 12 novembre.

Tout cela s’inscrit dans un projet durant deux mois sur Megijima, et donc jusqu’au 12 novembre, dont le but, au-delà d’être artistique, est de nous reconnecter avec la nourriture, c’est-à-dire ce qu’elle est avant d’être dans notre assiette. Et aussi de nous faire réfléchir sur la provenance de tout ce que nous mangeons.

Ce projet s’appelle REAL time FOOD et il est mené à bien par Patrick Lydon, Suhee Kang et Kaori Tsuji.

Ils organisent divers ateliers tous les samedis (mais sont sur place en permanence ou presque), et même si ce projet ne fait pas partie de la Triennale de Setouchi, je vous conseille vraiment d’y jeter un oeil lors de votre visite de Megijima en octobre prochain, si vous venez. Le projet, ses ateliers et expositions sont situés au Oni Café & Gallery, sur la plage, à une dizaine de minutes à pied du port.

Malheureusement je n’aurai pas trop le temps de décrire le projet en français, mais je vous conseille de jeter un œil à mon blog anglophone où j’entre plus dans les détails :

Je sais, c’est un peu frustrant pour les non-anglophones parmi vous, mais je n’aurai vraiment pas le temps d’écrire ces articles en deux fois en ce moment. J’ai donc fait le choix de l’anglais vu que c’est une des deux langues dans lesquelles le projet est mené (l’autre étant bien évidemment le japonais). Si tout cela vous intéresse, mais vous ne maîtrisez pas assez l’anglais pour suivre, faites-moi signe et fin novembre, je ferai un article synthèse en français ici même. Qu’en pensez-vous ?

 

 

 

Laisser un commentaire

11 commentaires sur “Projet REAL time FOOD sur Megijima”

%d blogueurs aiment cette page :