Aller au contenu

Parc Tamamo, printemps 2024 (deuxième partie – La Porte des Cerisiers)

Souvenez-vous, en avril, je me suis rendu au parc Tamamo (alias le parc du Château de Takamatsu) pour la première fois depuis bien trop longtemps. Et même si les cerisiers étaient encore en fleurs (voir le lien précédent), le but de ma visite n’était pas les fleurs, mais un peu d’histoire et d’architecture. Je voulais voir le Sakura Gomon (plus ou moins « Porte des Cerisiers ») qui a été « récemment » reconstruit mais que je n’avais pas encore vu.

Eh bien, le voici :

Quelques informations à son sujet.

La « Porte des Cerisiers » est l’une des portes principales et probablement l’une des plus anciennes du Château de Takamatsu. Elle est présente dans les plus anciennes représentations du château qui nous sont parvenues, et celui-ci a été construit à la fin du XVIe siècle.
Comme vous pouvez le voir, il s’agit d’une « porte-tour » (avec plusieurs pièces à l’étage).
La porte avait été classée trésor national (aujourd’hui on dit « Bien Culturel Important ») en 1944, mais le 4 juillet 1945, elle a été détruite par les bombes américaines en même temps que la majorité du centre-ville.

Contrairement à de nombreuses autres villes du pays, les bâtiments historiques détruits à Takamatsu n’ont pas été reconstruits dès que le tourisme a fait son apparition quelques années après la guerre. C’est plutôt une bonne chose quand on voit tous les châteaux rapidement reconstruits en béton pendant le boom économique, sans aucun souci d’historicité, ne ressemblant que vaguement à l’original de l’extérieur et pas du tout à l’intérieur (pensez aux châteaux d’Osaka, d’Okayama et de Hiroshima, pour ne citer que les plus célèbres de la région).

En fait, lorsqu’il a été décidé de reconstruire le Château de Takamatsu (la tour principale a elle été détruite au XIXe siècle, bien avant la Deuxième Guerre Mondiale), il a été décidé de le faire aussi près que possible de l’original, en utilisant les mêmes matériaux et grâce aux techniques traditionnelles.
Cela ne cesse de poser problème pour la tour principale. Après la reconstruction de la base en pierre au début des années 2010 – juste quand je découvrais Takamatsu – les travaux et les recherches sont plus ou moins à l’arrêt car aucun plan n’a été retrouvé et les photographies d’avant sa destruction sont rarissimes. La photographie n’était pas encore très répandue dans cette partie du Japon à l’époque.

Heureusement, il existe de nombreuses photos du Sakura Gomon original, mais ce n’est qu’en 2011 que le projet de reconstruction n’a vraiment été lancé.

Le Sakura Gomon original et en médaillon le mur après sa destruction (source : un panneau du parc)

 

Après huit années de recherches, la reconstruction de la porte a débuté en 2019. Elle a été achevée en 2022 (et je ne sais pas pourquoi il m’a fallu un an et demi pour aller enfin la voir).

 

Tout a été reconstruit de manière aussi fidèle que possible de l’original et ceci par les meilleurs artisans traditionnels – et locaux quand ça a été possible).

D’ailleurs, notez que les tentures ont été réalisées par Makoto Okawahara (que vous connaissez en tant que membre de Team Ogi si vous lisez le blog de longue date ou si la Triennale de Setouchi vous est familière) mais dont le métier principal est la fabrication de telles toiles traditionnelles (surtout des drapeaux, mais pas seulement). Vous pouvez retrouver certaines de ses créations, entre autres, à la boutique du Parc Ritsurin, si cela vous intéresse.

 

Il est possible d’entrer à l’étage où l’on trouve une mini-exposition expliquant les procédés de la reconstruction et autres.

 

 

 

De l’autre côté de la porte :

Terminons ce petit article avec deux gros plans :

 

Voila, c’est tout pour aujourd’hui.

La prochaine fois, je vous montrerai quelques photos de l’intérieur du parc Tamamo.

 

En attendant et si vous avez trouvé ceci intéressant :

 


En savoir plus sur Ogijima

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *