Démographie et Géographie d’Ogijima

 

Pas plus tard que ce matin, un commentaire d’Olrik me rappela que je n’avais jamais écrit cet article « généraliste » sur Ogijima. La raison principale étant que je préfère distiller les informations sur l’histoire et la culture de l’île au fur et à mesure des articles (ainsi qu’au fur et à mesure que je les apprends).

Toutefois, à cause de cette coquetterie je ne vous ai jamais non plus parlé des données les plus factuelles et chiffrées de l’île (il faudra aussi que je pense à le faire pour les autres îles, faites-moi signe si vous ne voyez rien venir au cours des prochaines semaines).

Et donc, les voici (ils datent de l’an dernier) :

– Superficie : 1.37 km2, dont 0.01 km2 de terres cultivées et 0.61km2 de forêt.
À ce propos, je vous conseille de jeter un oeil à ce blog. Les dernières photos de la page, des photos aériennes d’Ogijima entre 1948 et 2007 sont fascinantes (et tristes aussi d’une certaine façon). Il n’y a pas mieux pour comprendre l’exode rural que subissent Ogijima et toutes ses voisines. En 1948, presque toute l’île était recouverte de champs (et on devine des maisons presque jusqu’au phare le long de la route – c’est vrai qu’ici où là on peut deviner des ruines entre les fourrés), aujourd’hui la végétation sauvage et même la forêt a repris ses droits en un peu plus de 60 ans. On y découvre aussi que la digue actuelle d’Ogichō est très récente puisqu’elle n’existait pas sous cette forme en 2007 (ça doit donc dater de 2008).

– Circonférence : 5 km.

– Point Culminant : 213 m.

– Population : 189 personnes réparties dans 108 foyers et selon les groupes d’âge suivants :

  • 0-14 ans : 9 personnes.
  • 15-64 ans : 64 personnes.
  • 65 ans et plus : 116 personnes.

Des chiffres qui font assez froid dans le dos quant au futur de l’île qui peut tout simplement devenir abandonnée en moins de deux générations si rien n’est fait.

Et c’est pour cela que des choses sont faites depuis maintenant deux ans. Inutile de vous rappeler Art Setouchi et tout particulièrement Maison de Urushi et Onba Factory, et espérons que leurs démarches ne soient qu’un début (bien entendu, je vous tiendrai au courant de tout développement connu).

Un signe positif : à la fête d’Obon la semaine dernière, il y avait une centaine de participants, alors que l’an passé (alors que nous étions en plein Setouchi International Art Festival) il n’y avait eu qu’une trentaine (en plus des résidents de l’île je suppose).

Je termine cet bref article par une série de photos d’Ogijima. Pas les plus belles, j’avoue, mais qui représentent bien divers aspects de l’île.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Démographie et Géographie d’Ogijima”