Aujourd’hui, je vous montre juste une photo vue d’avion de (plus ou moins) mon quartier à Takamatsu… Sauf qu’elle date d’il y a une cinquantaine d’années environ :

 

Vue aérienne de Takamatsu années 50

 

Si vous ne connaissez pas bien la ville, je vous invite à comparer avec une carte. Tout d’abord pour vous aider à vous y retrouver, sachez que cette photo est orientée avec l’ouest en haut et le nord à droite.

On reconnaît de suite le Parc Ritsurin au pied de sa colline (Shiun-zan). Les deux carrés blancs au centre un peu sur la droite, ce sont les collège et lycée Sakura-machi, de loin, ils n’ont pas l’air d’avoir beaucoup changé non plus.

Ensuite, tout le reste est à peine reconnaissable, sinon quelques routes et rues. Par exemple, la route blanche au centre de l’image se prolonge de plusieurs kilomètres maintenant (jusqu’à la côte, à Shido, une dizaine de kilomètres plus loin), quant au quartier lui-même, il reste encore quelques champs aujourd’hui (vous savez déjà que je vis à côté de l’une des plus grosses rizières du quartier), le nombre de bâtiments est bien plus important qu’à l’époque.

Quoiqu’il en soit, je suis fan de ces vieilles photos…

 

 

 

4 commentaires sur “Mon quartier à Takamatsu”

  1. Curieusement cette photo me rapelle le visionnage du film « Hiroshima mon amour » d’Alain Resnais, diffusé récemment sur Arte. J’ai pu comparer ce qu’il montrait de la ville (et du point Zéro) en 1955 et ce que j’ai vu en 2012.

    Quant aux rizières en plein Takamatsu, ta description m’a remis en mémoire ma découverte d’une rizière en pleine zone urbanisée, pas très loin de chez les parents de ma bru.

    1. Je n’ai pas vu Hiroshima mon amour depuis 10 ans au moins et mes souvenirs du film sont relativement flous.

      Pour les champs et rizières, oui, dès qu’on s’éloigne un peu de l’hypercentre, il y en a ici ou là, mais si elles disparaissent peu à peu… Du côté de chez moi, trois ont déjà disparu et ont été remplacées par des immeubles depuis que j’y vis. J’ai peur que cela arrive à celles juste à côté de chez moi tôt ou tard… L’an dernier, la plus grande avait été laissée en jachère et j’avais craint le pire… Son propriétaire l’a labourée il y a trois jours, ça peut vouloir dire qu’il va la planter cette année, mais ça peut aussi vouloir rien dire, il laboure ses champs de temps à autres pour tuer les plantes qui y poussent (et le sol est si fertile que de nombreuses plantes y poussent vite, même quelques pousses d’arbres sont sorties de terre cet hiver).

  2. Oui c’est toujours amusant de comparer les vieilles photos avec la réalité du moment. Malheureusement cela déclenche plus souvent de la nostagie plutôt qu’une admiration pour le « progrès ».

    1. Effectivement… Encore plus ici, car si la population de Takamatsu augmente (c’est le cas) alors que celle du Japon baisse ça ne peut vouloir dire qu’une chose : que les campagnes avoisinantes continue à mourir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *