Aller au contenu
Accueil > Éditos, News et Autres > Japan Rail Pass & Shinkansen (15e jour – 2 juin 2010 – première partie)

Japan Rail Pass & Shinkansen (15e jour – 2 juin 2010 – première partie)

 

Si vous avez déjà voyagé au Japon, vous connaissez certainement déjà le Japan Rail Pass ou JR Pass pour les intimes.

Pour les autres, c’est un passe qui permet de prendre le train de manière illimitée pendant une certaine période et pour un certain prix. Un peu comme le passe Euro Rail ou un passe de transport en commun tout bête.

En plus, il est joli :

 

 

À l’intérieur, il est un peu moins sexy, mais bon, c’est pas le but.

Et pour le règlement sur le côté gauche, ne vous inquiétez pas, il est aussi au verso en anglais.

 

Quelques restrictions qui sont bonnes à connaître à son sujet :

  • Tout d’abord, il ne marche qu’avec les trains de la compagnie Japan Rail ou JR. Mais, avouons-le, ce n’est pas un gros problème, JR est la compagnie principale de trains au Japon, elle dessert l’ensemble du territoire et elle possède les lignes de métro principales de Tokyo.
  • Ce n’est pas donné : au mois de mai, j’ai payé environ 250 € pour une semaine (le tarif est dégressif pour deux ou trois semaines). Mais bon, là aussi, tout dépend de ce que l’on en fait. Si on ne compte prendre que peu ou pas le train, ce n’est même pas la peine d’y penser, mais il suffit d’un ou deux longs trajets pour que le coût soit rentabilisé.
  • Il ne faut pas être résident du Japon et il faut l’acheter en dehors du Japon. Mais ça a priori, si vous voyagez au Japon ce n’est pas un gros gros problème non plus.
  • Sur le Shinkansen, on ne peut pas prendre le Nozomi – le plus rapide – mais il faut être vraiment tatillon pour considérer cela comme un problème quand on peut prendre les autres à volonté.

 

Vous l’achetez donc dans votre pays de résidence et une fois arrivé au Japon, il suffit de se rendre dans une agence commerciale de JR (dans les gares et aéroports) où sur présentation de votre preuve d’achat l’on vous donnera le passe en question (pas besoin d’aller le chercher le premier jour de validité, on peut y aller avant).

Au cours de notre voyage, il nous fut bien pratique puisque pour ces 28300 ¥ nous sommes allés :

  • De Hiroshima à Miyajima (ferry compris).
  • De Hiroshima à Kyōto.
  • Aux quatre coins de Kyōto.
  • De Kyōto à Tokyo.
  • Un peu partout dans Tokyo.
  • Et finalement de Tokyo à Takamatsu.

Ce qui nous aurait coûté beaucoup plus cher sans le JR Pass.
Et le tout sans avoir à nous préoccuper de quoi que ce soit, sinon de réserver nos places à l’avance pour le Shinkansen et de présenter le passe au préposé du guichet à chaque entrée en station (à côté de là où l’on glisse son ticket dans la machine en temps normal).

 

Et donc, pour nous rendre d’Hiroshima à Kyōto, nous avons pris le Shinkansen. Pour les trois qui ne le savent pas encore, le Shinkansen, c’est le TGV japonais. Et j’avoue que c’est une expérience des plus intéressantes et des plus plaisantes. J’ai parfois du mal à saisir pourquoi les Japonais adorent leurs trains et le Shinkansen en particulier, je crois que j’ai compris un peu ce jour-là.

Déjà, il vous faut savoir que les trains japonais sont toujours à l’heure. Toujours !

D’ailleurs, c’est assez amusant de voir que sur le quai, il y a même un employé (plus ou moins chef de gare) dont le boulot est – entre autres – de noter l’heure à laquelle le train arrive et de bien prendre garde à ce qu’il parte à l’heure exacte, pas une minute de plus, ni de moins. Et c’est pas qu’une question liée à l’importance que les Japonais attachent à la ponctualité, c’est aussi une question de sécurité, car sur une ligne donnée, c’est pas un toutes les deux heures qu’il y en a des Shinkansen, mais un toutes les 10 minutes environ !

Ensuite, la deuxième chose qui marque c’est l’intérieur. Alors que le Japon est un pays où l’on manque traditionnellement de place, où les maisons sont petites, les jardins minuscules, les champs et les voitures pas bien grands pour ne citer qu’eux, le Shinkansen surprend par l’espace dont on dispose à l’intérieur. Alors que je ne sais que faire de mon mètre quatre-vingt-sept quand je prends le TGV, ici pas de problème, le siège de devant est presque à un mètre devant moi ; peut-être pas tant, mais impossible de le toucher avec mes genoux même si j’essayais. Même l’allée centrale est spacieuse et on peut y croiser quelqu’un sans problème.

 

 

La vitesse ensuite. Oui, il est rapide, très rapide même. Il a fait les – environ – 300 kms qui séparent Hiroshima d’Osaka en moins d’une heure et demi, et pourtant il s’est arrêté à un certain nombre de gares entre les deux. Bref, je fus plus que séduit, et je dois avouer que cela me rend la mauvaise conception des voitures du TGV encore plus insupportable : je suis tout particulièrement fan – ironie – du relativement nouvel habillage fait par l’inénarrable Philippe Starck, certes on y a un peu plus de place à l’intérieur que dans l’ancien… mais il est maintenant interdit de voyager avec des bagages les jours d’affluence, c’est vrai après tout, qui aurait la drôle d’idée de voyager avec des bagages ? Bref passons et revenons à des choses plus positives c’est-à-dire le Shinkansen grâce à qui nous pûmes quitter Hiroshima à 9h15 et arriver – après un changement de train et une correspondance de 5 minutes environ à Osaka – à Kyōto à 11h04.

 

 

Au passage, je pus observer un peu plus de la partie occidentale de Honshū et entrevoir le Château d’Himeji malheureusement actuellement en rénovation (et ce jusqu’en 2015 normalement, je vous avertis au cas où vous aviez dans l’idée d’aller le visiter dans un futur proche).

Mais trêves de bavardages, car c’est rien de moins que Kyōto qui m’attendait pour cette journée du 2 juin et les suivantes.

 

  Accueillis par Astro Boy (aka Atom) à la Gare de Kyōto

 

 

5 commentaires sur “Japan Rail Pass & Shinkansen (15e jour – 2 juin 2010 – première partie)”

  1. Je me trompe peut être, mais ce n'est pas ton premier voyage dans l'archipel non ?

    Par contre, visiblement, première fois en shinkansen.

    Sinon une chose:

    "Alors que le Japon est un pays où l’on manque traditionnellement de place, où les maisons sont petites, les jardins minuscules, les champs et les voitures pas bien grands pour ne citer qu’eux, le Shinkansen surprend par l’espace dont on dispose à l’intérieur."

    Pour le shinkansen, ok. "Traditionnellement", je veux bien. Mais la maison où je crèche fait bien plus de 200 m² habitable. Ce qui demeure un standard relativement "grand". Et c'est pas la seule du voisinage, voir, d'ailleurs. Certes le jardin n'est pas l'équivalent de celui de Versailles, mais enfin, on peut aussi posséder pour plusieurs hectares de rizières si ça nous chante.

    Et je connais plus d'un Tokyoite dont les conditions de vie feraient envie à nombre de Parisiens question confort et espace. Et ils ne sont pas tous riches, loin s'en faut.

    Comme quoi, faut pas trop regarder les émissions de Bernard De la Villardière.

    Les dommages collatéraux peuvent être irréversibles.

    Clarence, il préfère TF1

  2. Effectivement, Clarence, c'était mon deuxième voyage au Japon, mais mon premier en Shinkansen.
    (si ça t'intéresse, je t'invite à consulter les archives pour le récit du premier voyage. 😉 )

    Pour l'autre remarque, le mot-clé était effectivement "traditionnellement", loin de moi l'idée de faire des généralisations avec ce genre de clichés (j'ai pas dû regarder M6 depuis des années, TF1 environ autant), et j'essaie -avec plus ou moins de succès – de ne parler uniquement que de mes expériences personnelles sur ce blog, tout en essayant d'être un minimum informatif sur les lieux visités (je te confie un secret : je fais ça aussi pour apprendre moi-même ; les trucs que "j'enseigne" ici, je les ai en général appris quelques heures avant de les poster).

    Maintenant, je plaide coupable sur un truc : je savais que je n'avais pas assez travaillé ce texte, mais ai décidé de le poster tel quel quand même parce qu'il n'y était question "que" de trains. Sur ce passage en particulier, j'ai oublié de remettre cela en contexte, car – d'où la nécessité d'être un lecteur régulier (allez hop, dans ton RSS Feed si ce n'est déjà fait) 😉 je fais souvent plus ou moins directement allusion à des trucs mentionnés précédemment (ou parfois pas encore mentionnés, mais je crois que si). Ici, le fait que ma femme – et la majorité des Japonais rencontrés – sont persuadés que le Japon est un pays minuscule (peut-être parce qu'ils ont tendance à comparer avec les voisins chinois et russes, ainsi que le "colon" américain) où il n'y a pas de place, truc sur lequel j'ironise souvent mais qui n'est pas totalement faux non plus quand on mesure 1m86. Bien souvent le manque de place ressenti provient plus de ma grande taille selon les normes de ce pays que de questions de surface ou autres, d'où ma surprise dans le Shinkansen. 😉

  3. Pas de soucis. 😉

    Je ne tiens pas non plus à partir en croisade contre le cliché à cheval sur la vérité. Je laisse ça à Don Quichotte, et ton blog m'a l'air loin de ça.

    De toutes façons, il est évident que le Japon n'est pas la patrie favorite des gros et grands "gabarit". Et on serait loin de pouvoir tenir la comparaison avec l'American BIG way of life par exemple.

    C'était juste que ça me rappelait un peu cette émission de l'ami Bernard, qui avec sa proverbiale déontologie, ne cherchait QUE les exemples allant dans son sens. Violence et favelas à Sao Paulo, maison riquiqui et hotel capsule à Tokyo.

    Autant se conforter dans ses idées hein. Bien tranquillement. Comme nos amis japonais quand ils évoquent l'étranger en général.

    Zidane, baguette, et Napoléon au sac Vuitton.

    Comme quoi. On n'en sort plus.

    Bref, je te fous dans mes flux. Continue de partir à la découverte de ce pays, armé de ta curiosité et ton bon sens, je suivrai tout ça.

    Clarence, keep walking

  4. Je vois très bien ce que tu veux dire. Ayant vécu longtemps aux US, les clichés, j'y ai été confronté et pas qu'un peu, et ce des deux côtés de l'Atlantique. Donc, j'essaie moi-même de ne pas tomber dans ces travers quand je vais à l'étranger. Par contre, j'adore jouer avec, même si j'essaie de ne pas trop le faire ici, l'aspect "jeu" n'étant en général apparent que si l'on connait bien son interlocuteur.

    Sinon, ouais, les hôtel-capsules… Plusieurs personnes m'ont demandé si j'avais dormi dedans lors de mon séjour (certaines pensant sincèrement que ce sont les seuls hôtels existant au Japon).

  5. Je viens de voir l'émission dont tu parlais Clarence (mon père enregistre tout ce qu'il voit sur le Japon à la TV ces temps-ci, ça a pas raté, il y avait ça), effectivement, ça fout le jetons.
    Alors si j'ai bien tout compris, Tokyo est une ville où l'on vit dans 15m2 dans des appartements vétustes dans eau ni électricité, on y dort dans des hôtels capsules, pour pouvoir caresser un chat, pas d'autre solution que d'aller payer 8€ dans un "salon de caressage de chats" et pour faire l'amour, le love hotel bien sûr (si possible à Shibuya)…
    Et pour couronner le tout, je sais pas, mais l'attitude du mec… C'est rare que j'aie envie de baffer un mec comme ça, sans raison… Lui si…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :