Ogijima


Ogijima 500

 

Comme vous le savez certainement si ce n’est pas la première fois que vous lisez ce site, Ogijima est mon île préférée de la région (et même si vous venez ici pour la première fois, ceci n’est pas trop difficile à deviner). Et même si elle m’avait séduit bien avant la Triennale de Setouchi, les œuvres que l’on peut y trouver depuis 2010 n’ont fait qu’accentuer ma passion pour cette île.

D’ailleurs, on peut dire que c’est l’une des îles qui a le mieux tiré parti de l’arrivée de l’Art de Setouchi en tant que moteur de revitalisation. L’île que vous découvrirez n’a plus rien à voir avec l’île endormie et en train de mourir à petit feu de la fin des années 2000.

Grâce aux efforts de la population, l’île a su se montrer assez attractive pour que de nouveaux résidents s’y installent régulièrement et emmènent avec eux leur énergie et leur savoir-faire. Ils sont en train de créer le cercle vertueux dont l’île avait besoin pour survivre.  Car n’oubliez jamais que l’Art et la Triennale de Setouchi sont bien plus que la simple instauration d’îles d’art comme on lit souvent dans les guides touristiques et autres blogs de voyage. Il s’agit ici de sauver cette magnifique région en danger de mort pour cause d’exode rural et de dépopulation.

  • Superficie : 1,38 km2
  • Circonférence : 5 km
  • Point Culminant : 213 m
  • Population : 175 personnes dans 112 foyers (en 2016)

 

Accès

On accède à Ogijima par ferry depuis Takamatsu.

 

Se déplacer

Bien qu’il soit possible de louer des vélos sur l’île, le meilleur moyen de se déplacer, en particulier dans l’unique village, reste de marcher. Les vélos ne sont vraiment utiles que si vous comptez vous rendre au phare dans le nord de l’île, ils sont même interdits aux non-résidents par raison de sécurité.

 

Guide

Ce site contient aussi un guide complet d’Ogijima détaillant tout ce qui n’a pas directement trait à l’Art de Setouchi :

Guide d’Ogijima

 

Œuvres d’art

De manière générale, les œuvres d’art en extérieur sont accessibles en permanence.

Les œuvres d’art en intérieur sont ouvertes :

  • Les week-ends et jours fériés de mi-mars à fin juin, et de début septembre à début novembre.
  • Du vendredi au dimanche en juillet et août.
  • Elles sont aussi parfois ouvertes en semaine durant certaines périodes : Golden Week (première semaine de mai), Obon (semaine du 15 août), Silver Week (semaine du 20 septembre), etc.
  • Dans le doute, contactez-moi.

L’entrée est gratuite pour les moins de 16 ans.

 

Œuvres d’Art sur Ogijima

Artistes et nouveautés prévues pour la Triennale de Setouchi 2019 :

 

Ogijima’s Soul

(l’Âme d’Ogijima)

Jaume Plensa (2010)

  • Ouvert tous les jours de 6h30 à 17h00 (l’extérieur du bâtiment est accessible en permanence).
  • Sur le blog : article principalplus

Avis : Le bâtiment est magnifique, on ne s’en lasse jamais. Notez qu’il ne s’agit pas que d’une œuvre d’art, mais d’un véritable « centre d’accueil » de l’île avec des informations, souvenirs, on peut y acheter des tickets de ferry, etc.

 

Ogijima Soul

 

 

Onba Factory

(Fabrique de Onba)

par Onba Factory (actuellement composée de Yoshifumi Oshima et Katsumasa Hashimoto – anciens membres : Atsushi Yamaberi, Keiichi Dai, Yumi Nagano, Kojiro Nakai) depuis 2010

  • Ouvert les week-ends et jours fériés de 11h00 à 16h30 (ainsi que le vendredi en juillet et août).
  • Entrée : 300 yens (gratuit pour les consommateurs du Onba Café –  les consommations ne sont bien entendu pas gratuites).
  • On peut voir les Onba fabriqués par Onba Factory dans les rues d’Ogijima quand leurs propriétaires les utilisent (ou les laissent dehors).
  • Articles sur le blog : en 2010, en 2012, plus

Avis : L’atelier et le café sont un des mes lieux préférés de toute la région (oserais-je dire de tout le Japon ?) Quand au projet lui-même, il représente pour moi exactement l’esprit de la Triennale de Setouchi : de l’art s’intégrant à la culture et l’histoire locales, fusionnant avec celles-ci, créé avec la collaboration des habitants et intégré à leur vie quotidienne – tout le contraire de l’art coupé du monde et enfermé dans un musée. Bref, c’est je pense, l’œuvre la plus importante de l’Art de Setouchi. Je pèse mes mots.

 

 

 

Kaleidoscope Black & White (dans la Galerie Takeshi Kawashima & Dream Friends)

Takeshi Kawashima (2010, 2016)

Avis : J’adore cette galerie toujours intéressante et accueillante. Quant à Kaleidoscope Black & White c’est une œuvre à la fois amusante et déroutante donnant une atmosphère au lieu très différente de ce à quoi il nous avait habitué.

 

 

 

Akinorium

Akinori Matsumoto (2015)

  • Ouvert les week-ends et jours fériés de 11h00 à 16h30 (ainsi que le vendredi en juillet et août).
  • Entrée : 300 yens.
  • Sur le blog :  article sur Akinorium.
  • L’œuvre à la particularité d’être la propriété de la communauté d’Ogijima et d’être gérée par ses membres.

Avis : Un lieu magique. Un lieu où il faut prendre son temps (y rester 10 minutes environ, plus si on peut se le permettre) et à visiter si possible un jour où il n’y a pas grand monde. Entrez, restez un peu en bas. Montez à l’étage, asseyez-vous et laissez-vous bercer et surprendre.

 

Akinorium - 3

 

 

Memory Bottle

(Bouteille de Souvenirs)

Mayumi Kuri (2013)

  • Ouvert les week-ends et jours fériés de 11h00 à 16h30 (ainsi que le vendredi en juillet et août).
  • Entrée : 300 yens.
  • Sur le blog : article principalplus

Avis : Une des plus belles œuvres de l’Art de Setouchi. À ne pas rater.

 

 

Memory-Bottles-13

 

 

Maison de Urushi

par Maison de Urushi Project (dirigé par Shozo Kitaoka et Hayato Otani), depuis 2010.

  • Ouvert seulement pour des occasions particulières et des expositions temporaires.
  • Entrée gratuite.
  • Sur le blog : article principalplus

Avis : Un lieu qui montre ce que l’on peut faire avec la laque urushi et comment on peut l’intégrer au monde contemporain. Je trouve que ce projet a tant à apporter, ce genre de lieu est, je pense, une des façons de revitaliser les îles sans avoir forcément recours au tourisme : des lieux où se mélangent art, artisanat et culture locale et autour desquels une économie locale peut se développer. Malheureusement, pour des raisons que j’ignore, la direction qui avait été prise entre 2010 et 2013 semble avoir un peu été abandonnée et le projet stagne depuis. Dommage, très dommage.

 

Maison de Urushi - Mars 2013 - 2

 

 

The Room Inside of the Room

(La Pièce dans la Pièce)

Oscar Oiwa (2016)

Avis : Le projet est très rigolo et s’inscrit bien dans les jeux sur les perspectives qu’affectionne Oscar Oiwa. Bien entendu, ne vous focalisez pas uniquement sur l’incongruité de la pièce, n’oubliez pas de dévouer le temps nécessaire au tableau et au dessin qui s’y trouvent. Ils sont magnifiques.

 

 

20 - The room inside of the room

 

 

Project for wall painting in lane, Ogijima Wallalley

Rikuji Makabe (2010)

  • Œuvre en extérieur, gratuite et accessible en permanence.
  • Sur le blog : article principalplus

Avis : J’adore ces murs éparpillés dans le village qui lui donne une atmosphère vivante et colorée. Vous l’aurez compris, j’aime surtout l’art quand il s’intègre à la vie quotidienne ou à son environnement.

 

Wallalley 6

 

 

Walking Ark

(Arche qui marche)

Keisuke Yamaguchi (2013)

  • Œuvre en extérieur, gratuite et accessible en permanence.

Avis : Pas mon œuvre préférée, mais je ne la déteste pas non plus. Ce n’est pas en étant à côté d’elle qu’on peut l’apprécier au mieux, mais au contraire, depuis une certaine distance. Distance qui variera selon votre taille, puisqu’il faut dans un premier temps que la « base » de l’arche/barque/île corresponde à la ligne d’horizon. Quand c’est le cas, observez l’œuvre alors que vous avancez vers elle, et même les pieds ne bougent pas, vous la verrez glisser le long de l’horizon, comme une île se déplaçant.

 

Walking Ark

 

 

OGI Project

(Projet « Esprit Chevaleresque »)

par Team OGI, depuis 2013

  • Œuvre en extérieur, gratuite et accessible en permanence.
  • Toutefois, les bateaux ne sont pas toujours au port, ils sont parfois en mer, et les drapeaux ne sont pas toujours dressés non plus. Cela dépend bien entendu du bon vouloir des habitants.

Avis : Les bateaux sont magnifiques. Le projet est une sorte de suite au projet Onba Factory. Il s’inscrit dans la même logique de faire de l’art pour la communauté, avec sa collaboration et qui s’intègre complètement à sa vie quotidienne.

 

Bateaux de Team Ogi

 

 

Rotation – Revolution

Tianmiao Lin (2016)

  • Ouvert les week-ends et jours fériés de 11h00 à 16h30 (ainsi que le vendredi en juillet et août).
  • Entrée : 300 yens.

Avis : Je trouve cette œuvre très moche. Pire : elle ne fait pas réfléchir, elle ne provoque aucune sensation, il n’y a pas d’expérience à vivre. Bref, elle est inutile (et moche, je sais, je l’ai déjà dit). Mais ce n’est pas le pire. Quand les artistes viennent sur l’île pour réaliser leurs œuvres ou simplement trouver l’inspiration, il leur arrive de prendre des objets dans les maisons abandonnées ou bien d’en recevoir de la part des habitants de l’île. Le résultat est en général un bel hommage aux gens et à l’histoire de l’île (comme par exemple Memory Bottle un peu plus haut). Mme Lin s’est procuré de tels objets, mais honorer la culture locale semblait être le dernier de ses soucis. En effet, elle a récolté de vieux bols laqués en urushi, qui sont des objets d’une importance culturelle et historique notable. Et… Elle les a cassés en deux pour les intégrer à ses mobiles. Je peux vous dire que les habitants de l’île avec qui j’en ai parlé ne sont pas contents et ne font pas son éloge. Bref, vous faites ce que vous voulez, mais votre temps sur Ogijima étant limité, vous en gagnerez un peu en ne faisant pas le détour vers Rotation – Revolution.

 

12 - Rotation Revolution

 

 

Dreaming of Blue

(Rêver de Bleu)

Regina Silveira (2016)

  • Œuvre en extérieur, gratuite et accessible en permanence.

Avis : J’ai rien contre, mais je n’ai rien pour non plus. Certes, le mur du gymnase est plus coloré et moins aride grâce à elle, mais elle n’a rien d’exceptionnel non plus.

 

27 - Dreaming of Blue