Surprise, aujourd’hui il faisait beau, et comme cela faisait plusieurs dimanches que l’on voulait faire une petite promenade insulaire constamment reportée pour diverses raisons, nous avons sauté sur l’occasion pour une balade sur Ogijima :

 

Ogijima - juin 2014 - 01Le port d’Ogicho.

 

Ogijima - juin 2014 - 02Comme le titre l’indique pas mal de travaux sur Ogijima en ce moment. À commencer par ce terrain au bord du port autrefois occupé par une maison abandonnée et en ruines. Il s’y construit quelque chose. Pas sûr que ce soit une maison, mais pas trop d’idée de ce que ça peut être.

 

Ogijima's SoulOgijima’s Soul toujours aussi magnifique.

 

Ogijima - juin 2014 - 04Des abricots ! J’ai trouvé des abricots sur Ogijima !
C’est la première fois que je vois des abricots (que j’adore) en dehors d’Europe !

Mais, ils étaient dans le jardin de quelqu’un, donc pas de récolte impromptue. Par contre, je suis revenu avec des prunes (je ne reviens que très rarement les mains vides d’Ogijima) offertes par une cliente de Café Tachi, juste comme ça.

 

Ogijima - juin 2014 - 05La piscine ressemblant enfin à une piscine pour la première fois depuis 5 ans que je me rends régulièrement sur Ogijima (elle a été nettoyée et restaurée à l’occasion de la réouverture de l’école en avril dernier).

 

Puisqu’on parle de la réouverture de l’école, comme je vous l’avais précédemment mentionné, le bâtiment de l’école est en cours de rénovation, les plus gros travaux sur Ogijima depuis l’agrandissement du port, il y a 10 ans environ.

Ogijima - juin 2014 - 06

 

Ogijima - juin 2014 - 10

 

Une rampe d’accès a été construite pour permettre aux engins de démolition et de construction de monter jusqu’à l’école. En contrebas s’entassent les morceaux de bâtiments démolis, de vieux arbres arrachés, etc.

 

Ogijima - juin 2014 - 11

 

Ajoutez à cela, le « bordel » qui occupe habituellement cette partie de l’île et cela donne un paysage assez intéressant :

 

Ogijima - juin 2014 - 09

 

Ogijima - juin 2014 - 07Un autre bâtiment a été rénové, juste à côté de l’atelier de Team Ogi. Je me demande ce que c’est.

 

Ogijima - juin 2014 - 08

 

Ogijima - juin 2014 - 12

 

Ogijima - juin 2014 - 13

 

De nombreux visiteurs d’Ogijima (comprendre surtout les jeunes femmes japonaises) s’émeuvent à la vision des chats qui pullulent dans cette partie de l’île (faites une recherche du hashtag #男木島 sur Instagram, et vous y trouverez surtout des photos de chats par exemple). Personnellement, ils me dégoûtent un peu. Déjà, les chats, à la base, c’est pas forcément ma tasse de thé (j’ai rien contre, mais j’ai rien pour non plus), mais ceux-là sont à moitié sauvages, mal nourris, miteux, pas toujours en bonne santé… Bref, pas très attirant tout ça. S’ils s’accumulent là, c’est qu’une personne vivant dans une maison de ce coin de l’île les nourrit et/ou héberge. Un jour j’ai vu jusqu’à 40 chats autour de la maison en question !

 

Ogijima - juin 2014 - 14

 

Ogijima - juin 2014 - 15Walking Ark de Keisuke Yamaguchi

 

Ogijima - juin 2014 - 16Un truc dans l’eau. Si vous savez ce que c’est, ça m’intéresse. On dirait un crustacé, mais il semble accroché au rocher comme un coquillage.

 

Ogijima - juin 2014 - 17

 

Ogijima - juin 2014 - 18

 

Ogijima’s Soul de Jaume Plensa, encore et toujours (à mes yeux le deuxième plus beau bâtiment de la région après le Teshima Art Museum).

Ogijima's Soul

Fun fact : j’avais pris plus ou moins la même photo lors de ma toute première visite de l’île.

 

Le Onba Café étant malheureusement exceptionnellement fermé, nous n’avons pas pu y terminer notre passage sur l’île en compagnie des Oshima comme nous le faisons souvent, mais en descendant vers le port, nous avons croisé (et fait la connaissance de) Rikuji Makabe, lui aussi de passage sur Ogijima pour donner un coup de pinceau à son œuvre, la splendide Wallalley.

 

 

Je sais enfin ce que sont ces espèces de cheminées grâce à Amy Chavez (si vous ne comprenez pas l’anglais : ce sont des tuyaux de ventilation servant à ce que la maison n’empeste pas pour cause de toilettes étant constituée d’un gros trou dans le sol – en gros – oui, pas de tout à l’égout sur les îles)

 

L’école temporaire, sur le port en entendant la rénovation de la « vraie » école – rénovation qui devrait prendre plusieurs mois.

 

La cour de récréation.

 

 

 

Naoshima au loin

 

À bientôt Ogijima

 

 

 Au fait, si vous souhaitez me suivre plus ou moins lors de ces visites, n’hésitez pas à me suivre sur Twitter, Instagram et Google+, j’y poste souvent des choses (la plupart du temps de photos) que vous ne retrouverez pas toujours ailleurs.

 

6 commentaires sur “Ogijima en travaux”

  1. J’aime bien le reportage photo, mais je ne souscris pas sur les chats.
    Si c’est un plus de l’île, tant mieux.
    Les chats, c’est bien. (Sauf le mien qui a pissé sur le sixième de ma ludothèque mais passons… )

    1. Je ne fais pas de « l’anti-chats » ici.
      Je souligne juste que parfois, j’ai l’impression que quand tu recherches Ogijima sur certains réseaux sociaux comme Tumblr ou Instagram (ou simplement quand tu te promènes dans ce coin de l’île), ce sont ces chats qui fascinent le plus certains visiteurs (en général visiteur de sexe féminin et de moins de trente ans). Déjà, tu connaitrais l’île (tu en as vu pas mal ici) tu trouverais ça aberrant, mais en plus tu verrais les chats en question « kawai » n’est pas exactement le terme qui me vient à l’esprit quand je les vois. Plus « dégoûtants » ou « flippants ».
      Mais j’aurais le même sentiment s’il s’agissait de chiens, de hamsters ou autres.

  2. Moi aussi je ne souscris pas à ta vision des chats! Mais j’ai cru comprendre que les chats sont un peu une plaie au Japon et je peux comprendre ta position.
    Pour le reste, j’ai eu un peu l’impression d’être en Bretagne. La mer et belle mais il traîne du bordel un peu partout sur les quais! J’aime bien aussi l’Ogijima’s soul qui allie l’art à l’utile.

    1. Comme je réponds à Ebatbuok au-dessus, les chats je n’ai rien pour ni rien contre, mais dans ce cas précis, c’est leur « accumulation » et leur piteux état qui me rebute. J’aurais le même sentiment avec de nombreux autres animaux dans la même situation.

      Oui, c’est le côté un peu négatif des îles, certains coins peuvent être de véritable dépotoirs. Sur Ogijima, c’est quand même assez limité à ce coin de l’île et heureusement (et qui sait, à la fin des travaux, quand ils enlèveront tous les gravats, peut-être emporteront-ils aussi les trucs qui trainent depuis des années.
      Néanmoins, ceci est aussi un rappel que tout ce que l’on jette va bien quelque part. On a tellement l’habitude de jeter des trucs et d’oublier leur existence juste après.. Sur les îles, à l’exception des ordures ménagères – je ne connais pas les détails, mais je pense qu’il doit y avoir une espèce de bateau éboueur qui passe de temps en temps – les autres choses que l’on jette… restent sur l’île…

  3. Cette « petite » visite de l’île donne vraiment envie. Ca doit te faire plaisir de voir cette île se reconstruire.

    Pour les chats, je comprends ta position, les chats sauvages ne peuvent pas être considérés comme le meilleur ami de l’homme (désolé pour les chiens).

    Tes précisions sur les déchets sont extrêmement intéressantes. C’est vrai qu’il faut bien que les déchets aillent quelque part et les avoir à proximité pourrait être le meilleur moyen pour responsabiliser les gens pour éviter le gaspillage, non ?

    1. Oui, mais en général au Japon, les gens sont assez responsables en matière de déchets (par exemple, on emporte toujours ses déchets avec soi pour les jeter dans sa propre poubelle).
      Par contre, c’est le pays dans son ensemble qui n’est pas trop responsable avec leur obsession des emballages pour tout, même et surtout les trucs qui n’en ont pas besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *