Aller au contenu
Accueil > Shikoku > Le Japon en 1707

Le Japon en 1707

 

Oui, bon, pas exactement le Japon, mais une carte occidentale de celui-ci datant de 1707.

Je l’ai trouvée sur Wikipedia, en cherchant certaines choses dont je vous parlerai bientôt (il y a un sacré indice sur la carte elle-même pour les férus d’histoire japonaise).

 

Carte du Japon 1707

 

On notera, que même à l’époque, Shikoku était laissée pour compte. 🙁

D’ailleurs, je me demande si le cartographe ne s’est pas un peu mélangé les pinceaux : je n’arrive pas vraiment à lire le nom qui est donné à Shikoku, « Tokoesi » ou quelque chose comme ça, et Kyūshū est nommée « Cikoko« , ce qui ressemble sacrément à « Shikoku ». De même, si je ne m’abuse, « Tsukushi » est un ancien nom de Kyūshū. « Tokoesi » pourrait être une transcription approximative.

Par contre, malgré la forme grotesque et le nom erroné, on retrouve bien les quatre provinces de Shikoku :

  • Sanuki (« Sannaqui » sur la carte), soit Kagawa.
  • Awa (que je n’arrive pas bien à lire, quelque chose comme « Av…« ), c’est-à-dire Tokushima.
  • Tosa (« Teasa« ?), Kōchi.
  • Iyo (« Viyo« ), connue aujourd’hui sous le nom d’Ehime.

 

 

2 commentaires sur “Le Japon en 1707”

  1. Salut David, super article ! Je pensais également faire quelques articles sur des (une ?) carte(s) japonaises à l’avenir. Pour le nom, je lis Tococsi pour ma part. Une recherche sur Google (Books) peut peut-être confirmer cette lecture ? (http://www.google.com/search?q=Tococsi). Pour l’indice, je ne vois pas tellement malgré ma passion pour l’Histoire où tu veux en venir : la venue des hollandais au Japon ? l’île de Ezo (Hokkaidô) ou bien le fait que Shikoku soit en rouge sur la carte comme l’île (bizarre) qui semble être à la place de la péninsule de Corée ?

    1. Merci, merci…
      Ouais, c’est bizarre, j’ai toujours été passionné de cartes (contemporaines ou anciennes), mais jusqu’à hier, j’avais jamais pensé à chercher des vieilles cartes du Japon.
      Oui, ça pourrait aussi être Tococsi (effectivement, sur google books, il y a un bouquin du 19e siècle qui mentionne une île japonaise sous ce nom).
      Pour l’indice, tu n’as pas trouvé. 😉
      Pour la couleur des îles, ça ne veut rien dire, toutes les cartes anciennes (jusqu’à très récemment, je me souviens encore que c’était le cas sur les cartes dans mon école primaire – bon ok, je ne m’en souviens pas exactement, j’ai juste eu la chance de retrouver des cartes de l’Éducation Nationale des années 50, c’était les mêmes dans mon école (non, je ne suis pas si vieux, les cartes de mon école, si, je me souviens encore d’une avec l’Afrique Française, on ne l’utilisait pas en classe, mais elle était là, dans le stock))… Où en étais-je ? Ah oui, les cartes politiques jusqu’à très récemment était toujours comme ça: fonds blancs et contours, limites et frontières avec des couleurs arbitraires.

      Pour la Corée, je ne connais presque rien de son histoire (surtout à cette époque-là, je connais un poil avant, et ensuite le 20e siècle), mais il me semble qu’elle aussi fut fermée au étrangers pendant longtemps et qu’elle ai eu encore moins de contact avec l’Occident que le Japon à cette époque-là. Donc pas trop surprenant que l’on pense qu’il puisse s’agir d’une île. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :