Aller au contenu
Accueil > Cinéma > L’Été de Kikujirō

L’Été de Kikujirō

 

L’Été de Kikujirō Je viens de revoir L’Été de Kikujirō (Kikujirō no Natsu – 菊次郎の夏) de Takeshi Kitano.

La première fois, c’était il y a presque quatre ans, à l’époque où je commençai tout juste à m’intéresser au Japon. Je ne connaissais de Kitano que Sonatine (peut-être le premier film japonais que j’ai dû voir de ma vie, il y a une quinzaine d’année) et Dolls dont je suis très fan (parfois, je me demande si je ne suis pas le seul, je n’entends jamais parler de ce film quand on parle de Kitano).

J’étais curieux de voir ce qu’une comédie réalisée par lui pouvait bien donner (surtout que j’avais appris qu’au Japon, il était plus connu pour être comédien que pour ses films). Je dois avouer qu’au début j’avais eu un peu de mal à entrer dans le film, mais petit à petit je m’étais laissé porter par cette histoire et surtout par ces personnages ; plus le petit Masao et l’ex-Yakuza s’attachaient l’un à l’autre, plus moi aussi je m’attachais à eux.

Aujourd’hui, l’émotion était intacte, j’ai tout autant aimé le film que la première fois, peut-être même un peu plus, n’étant plus déstabilisé par le rythme et le montage un peu inhabituels pour qui n’est pas habitué aux films de Takeshi Kitano.

Difficile d’en parler plus en détails sans dévoiler les moments clés du film, non que l’intrigue soit pleine de suspense, mais parce que l’intérêt de ce film se trouve aussi dans l’évolution du ressenti du spectateur.

L’Été de KikujirōSans vouloir trop en dévoiler, le film s’ouvre sur le début des vacances d’été et par ce petit garçon élevé par sa grand-mère et qui, resté à Tokyo alors que tous ses amis sont partis en vacances, s’y ennuie comme un rat mort. Il décide alors d’aller voir sa mère vivant dans la Préfecture d’Aichi et qu’il n’a pas revue depuis plusieurs années. Il se retrouve un peu par hasard accompagné par l’ami d’une amie de sa grand-mère, un homme entre deux âges, bourru et vulgaire. S’ensuit alors une espèce de road movie singulier dans la campagne japonaise (que je découvrais pour la première fois).

J’aime tout particulièrement la deuxième moitié du film et l’évolution des personnages, ou plutôt devrai-je dire du personnage principal, l’homme joué par Kitano qui contrairement à ce à quoi l’on pourrait s’attendre est celui qui subit une véritable évolution du début à la fin du film. Masao lui reste le même petit garçon innocent du début à la fin. Mais j’en ai déjà trop dit.

Je vais donc m’arrêter là et vous conseiller chaudement de voir ce beau film qu’est L’Été de Kikujirō. Un film un peu hors norme (en tout cas d’un point de vue occidental) mais aussi un film attachant, voire émouvant…

 

[iframe: src= »http://rcm-fr.amazon.fr/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=FFFFFF&fc1=000000&lc1=227AD1&t=ogji-21&o=8&p=8&l=as4&m=amazon&f=ifr&ref=ss_til&asins=B00006B68S » style= »width:120px;height:240px; » scrolling= »no » marginwidth= »0″ marginheight= »0″ frameborder= »0″]

Si vous ne l’avez jamais vu, voici un lien pour vous aider à organiser une séance de rattrapage.
(et si vous l’achetez depuis ce lien, il me sera reversé quelques centimes qui m’aideront à payer l’hébergement du site, donc vous faites une bonne action par la même occasion 😉 )

 

10 commentaires sur “L’Été de Kikujirō”

  1. C’est sûrement l’un voire le premier film japonais que j’ai vu alors que j’étais à la fin du collège ou au début du lycée entre 2000 et 2002 ! À l’époque il m’avait peu touché mais après l’avoir revu quelques années plus tard j’ai compris le message du film. Tu as oublié de dire que les musiques de Joe Hisaishi sont magnifiques 🙂

    1. Ouhla, mais t’es jeune. J’ai tendance à l’oublier (c’est un compliment ça, dans ma bouche). 😉

      Et effectivement, au temps pour moi, je n’ai pas mentionné la musique qui est effectivement magnifique et qui contribue à rendre le film attachant.

  2. Eh bien ton résumé me donne vraiment envie de voir ce film!
    J’ai fait ma curieuse et regardé sur divers sites , les commentaires sont quasi unanimes sur la beauté de ce film « superbe, sublime, émouvant, drôle, poétique » et j’en passe … sans oublier que tout le monde trouve aussi la musique « somptueuse, sublissime… »
    Ca donne envie non 🙂
    Je note pour mes futurs achats 😉
    Merci, je ne connaissais pas!!

  3. Souvenirs, souvenirs… pas le premier Kitano pour ma part (il y a eu avant Sonatine et Hana Bi) et pas mon préféré mais je me souviens d’avoir apprécié. Ça aurait pu être cucul, ça ne l’est pas, Kitano ayant su jouer d’un double registre avec finesse. Une version kitanesque du Kid de Chaplin en somme.

    1. Ouais, exactement. En fait j’avais super peur que ce soit cucul je pense (connaissant mal l’animal à l’époque) et la bonne surprise m’a bien aidé à aimer le film.

      Par contre, le crois-tu, j’ai jamais vu Hana-Bi et pas moyen de mettre la main dessus, à croire qu’il n’est plus « publié » en France.

  4. Pas impossible. Cela dit en import anglais on le trouve à moins de dix euros.
    Sinon, wow ! je viens de me relire l’intégralité des commentaires sur le match, c’était bon ! On s’est bien donné ! Et effectivement, je ne regrette pas de ne pas avoir basculé sur Twitter, ça fait un bon petit souvenir accolé à mon article ;).

    1. Oui, t’as raison, je l’ai déjà trouvé en import UK. Il va falloir que je l’achète dans un futur proche alors.

      Pour les commentaires dans la buvette, c’est vrai que tu avais raison, le seul truc un peu chiant c’est de devoir reloader toutes les deux minutes (tu me diras, ça gonfle les stats du site 😉 ) ce que j’aime bien sur Twitter, c’est que ça défile tout seul et que des fois on fait des connaissances (tu me diras, ça c’est valable pour la buvette aussi)

  5. Punaise, ça y est, j’ai l’impression d’être un pauvre Kid ignorant lol
    Bon plus sérieusement, merci pour cet article ! Je m’étais mis ce film de coté il y a déjà de ça un bon paquet de temps et j’ai super zappé de me le taper !
    Du coup, je me le met au programme pour cette nuit 🙂

    Ps : Dolls est une pure merveille… Tu n’es pas seul à penser ça

    1. Les kids sont toujours ignorants, même quand ils croient ne pas l’être (moi aussi à l’époque), mais bon tu connais et apprécie Dolls à sa juste valeur, donc tu n’est pas si ignorant que ça. 😉

      Content de t’avoir donné envie de voir Kikujiro donc. J’en attends de tes nouvelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :