En route pour le Festival International d’Art de Setouchi !

J’y ai déjà fait plusieurs fois allusion, mais je n’en ai jamais parlé explicitement. C’est le moment !
Donc en juillet dernier, l’association Shikoku Muchujin lançait un concours similaire à celui de l’an dernier : cinq bloggeurs allaient être invités à passer deux semaines à Shikoku au frais de la princesse (comprendre au frais des nombreux sponsors) dans le but de promouvoir cette île magnifique mais délaissée par les touristes occidentaux et tout particulièrement par les Français, pourtant de plus en plus nombreux chaque année à visiter le Japon. Apparemment, la plupart pensent que le Japon se limite à Tokyo et Kyōto, et les rares autres semblent oublier que l’archipel est composé de quatre grandes îles, non de trois (et bien sûr, de centaines de petites îles). Je sais, je noircis un peu le tableau… Mais si peu… Le but de cette association étant de promouvoir le tourisme français (et plus généralement occidental) sur Shikoku, sa présidente, Mme Mie Ozaki a eu l’idée géniale d’inviter des bloggeurs à venir sur l’île pour la découvrir, faire partager leurs expériences et donner envie à d’autres personnes de vivre les mêmes choses.

Vous l’aurez compris je fais partie des cinq lauréats de cette année et je serai donc à Shikoku du 11 au 27 octobre grâce à Shikoku Muchujin (si je vous en parle aujourd’hui, c’est que je vais pas mal être occupé et vadrouiller du côté de Paris et de la Touraine avant de partir, donc les articles sur ce blog seront rares entre demain et la mi-octobre environ) et Mme Ozaki que je ne remercierai jamais assez de me donner cette opportunité de retourner une fois de plus dans cette région qui est devenue l’une de mes préférées au monde.
L’originalité du voyage cette année c’est qu’il y en a deux différents et qu’ils sont thématiques.
Trois personnes feront une partie du pèlerinage Henro, vous savez, le pèlerinage des 88 Temples dont j’ai déjà fait mention. Ils ne visiteront pas tous les 88 Temples, mais quand même une bonne trentaine si je ne m’abuse.
Nos trois pèlerins seront :
  • Gaël que vous pouvez retrouver sur son blog Kanpai ! (que vous connaissez certainement déjà si vous êtes un habitué de la blogosphère dédiée au Japon).
  • Thierry, amateur (au sens noble du terme) de jardins japonais et dont le site s’appelle Fujijardins.
  • Christian, alias Maître Banane, maître zen (le vrai zazen japonais, pas les bêtises new age) et mangaka. Vous pouvez lire son blogonzo là et retrouver ses mangas là.

Deux personnes iront, quant à elles, explorer le Festival International d’Art de Setouchi (prononcer [Sétohoutchi]) et il s’agit de :

  • Delphine « Aki« , illustratrice.
  • Votre serviteur.
Nous explorerons donc les sept îles associées au Festival, observerons les diverses œuvres et installations exposées, irons à la rencontre des artistes et des populations locales dans la mesure du possible et aurons quelques surprises très certainement.
J’ai déjà un peu parlé du festival, mais pour mémoire :
Le Festival International d’Art de Setouchi voit ses origines dans un état de fait assez simple : les diverses îles de la Mer Intérieure de Seto, malgré le fait qu’elles fassent partie des plus belles choses que le Japon a à offrir, dépérissent petit à petit essentiellement depuis que le transit dans la Mer de Seto s’est industrialisé (et l’on voit mal les tankers et autres cargos s’arrêter pour se ravitailler et se reposer dans les villages de pêcheurs comme c’était le cas dans les siècles passés), elle subit un exode de sa population comparable à l’exode rural qui a frappé les campagnes françaises (et je suspecte japonaises aussi) il y a quelques décennies, sa population vieillit et son activité à la fois économique et culturelle, en d’autres termes son activité humaine meurt peu à peu, faisant par là même disparaître toute une culture riche et chargée d’histoire. J’ai par exemple récemment appris que jusqu’à la fin du 19e siècle, les îles de Seto étaient plus développées et peuplées que ses côtes, la tendance s’étant inversée avec l’apparition des bateaux propulsés aux hydrocarbures.
Toutes les îles dépérissent ? Non.

Car voila un peu plus de 20 ans, la Benesse Corporation décida d’installer un Musée d’Art Contemporain, conçu par Tadao Andō sur l’île de Naoshima. Peu à peu, le prestige du musée et de l’île ont grandi, d’abord dans les milieux artistiques, puis dans les milieux touristiques, au point qu’aujourd’hui cette île est devenue un des cœurs de l’art contemporain japonais, voire international et elle voit un afflux constant de touristes que les autres îles de la région lui envient.

Donc l’idée, inspirée d’une initiative similaire dans le nord du pays, fut de transformer plusieurs de ces îles en hôtes de diverses œuvres d’art contemporain, dont la plupart sont inscrites dans l’histoire ou la culture de l’île où elles sont exposées, la population ayant même souvent été mise à contribution, dans le but de bien entendu créer un Festival attirant beaucoup de touristes (apparemment c’est chose réussie, il ne désemplirait pas depuis son ouverture fin juillet), mais sur le moyen et long terme le but est de redynamiser ces îles grâce à l’art. On espère qu’un bouche-à-oreille des touristes s’étant rendus au Festival et étant tombés sous le charme des îles y retournent et convainquent leurs proches de les découvrir à leur tour. De plus, on espère aussi que les artistes aussi reviendront, voire même s’y installeront pour certains, des sites devenant plus ou moins permanents si j’ai bien compris (avec créations de maisons d’artistes sur les îles et choses similaires). Et dans le meilleur des cas, le Festival deviendrait un évènement renouvelé tous les deux ou trois ans.
Nous verrons ce que cela donnera sur le long terme, et je dois vous avouer que je suis vraiment content de participer à ma façon à promouvoir la région en général et ces îles en particulier, car si vous lisez souvent ce blog vous savez déjà à quel point je les aime, surtout l’une d’entre elles.
Les îles concernées et que je visiterai (normalement je les visiterai toutes sauf impondérable) sont :

À très bientôt donc pour le récit presque en direct de ce voyage !!!
(Cependant, j’aurai une connexion internet très sporadique entre mardi 5 et lundi 18, donc le rythme du blog va sérieusement baisser par rapport à ce à quoi je vous ai habitués).

Qu'en pensez-vous ?

5 commentaires sur “En route pour le Festival International d’Art de Setouchi !”

%d blogueurs aiment cette page :