Aller au contenu
Accueil > Éditos, News et Autres > La Citrouille Jaune de Yayoi Kusama retournera-t-elle un jour sur Naoshima?

La Citrouille Jaune de Yayoi Kusama retournera-t-elle un jour sur Naoshima?

Vous savez probablement tous ce que l’été dernier, la Citrouille Jaune de Yayoi Kusama a eu une drôle de mésaventure (ceci est un euphémisme).

Au cas où vous l’auriez oublié, un « typhon surprise » l’a délogée de son pilier sur la côte sud de Naoshima et l’a gravement endommagée.

Le typhon lui-même n’était pas une surprise, mais la violence des vents l’a été. Habituellement, lorsqu’un typhon arrive, la Citrouille Jaune est mise en lieu sûr jusqu’à ce que les intempéries cessent.
Ce jour-là, aucun vent fort n’était prévu dans la région, mais voila… Les prévisions ne sont pas toujours totalement correctes. Je me souviens très bien que ce jour-là, le vent m’a surpris et qu’il a bouleversé mes plans pour la journée. Apparemment, je ne suis pas le seul dont les plans ont été chamboulés.

La citrouille était surveillée, mais lorsqu’il fut clair qu’il fallait la retirer de son ponton, il était trop tard et il était devenu trop dangereux de le faire.

Honnêtement, je vois cela comme une bonne chose. Cela signifie qu’il a été décidé que la sécurité du personnel était plus importante que celle de la citrouille malgré sa notoriété et sa valeur monétaire. Je ne suis pas sûr que ce serait le cas partout.
(Si vous êtes curieux de connaître cette valeur monétaire, sachez qu’elle n’est pas publique, mais les chiffres que j’ai – dont certains de source fiable – oscillent entre un et quatre millions de dollars).

Donc voila, plus de Citrouille jaune.

 

avant

 

après

 

Depuis ce jour fatidique, beaucoup de gens se demandent quand est-ce que la Citrouille Jaune reviendra ? Voire même si elle reviendra tout court ?

C’est que pour la faire revenir, il faut composer avec de nombreuses parties. À savoir l’entourage de Kusama, Benesse Holdings, leurs assureurs et avocats respectifs, et probablement quelques autres encore.

En d’autres termes, les choses sont assez compliquées et prennent beaucoup de temps. Et comme souvent au Japon, il faut de nombreuses réunions avant qu’une décision puisse être prise. Dans ce cas, probablement même plus que d’habitude.

Entre le mois d’août 2021, date à laquelle la citrouille a été emportée, et l’hiver dernier, il n’y a eu pratiquement aucune information publique sur le sujet. Mais il y a quelques mois, l’internet anglophone a commencé à en parler un peu.

Je peux me tromper, mais je pense que cela a commencé par un article de l’Asahi Shimbun (vous pouvez le lire en cliquant sur le lien ci-dessous) :

Yayoi Kusama’s ‘Yellow Pumpkin’ to stay sidelined for art festival.”

L’article explique que les discussions sur la restauration de la citrouille n’ont pas encore abouti et que l’œuvre d’art ne reviendra pas à temps pour la Triennale de Setouchi 2022.
Si vous lisez l’article dans son intégralité, il est clair que le retour de la citrouille est toujours à l’ordre du jour. C’est juste que rien n’a encore été finalisé (la réparer ? la reconstruire à partir de zéro ? pour combien d’argent ? etc.)

Puis quelque chose « d’amusant » s’est produit. Plusieurs sites d’information consacrés au Japon ont rédigé leurs propres articles sur la chose à la suite de celui-ci. Puis, certains sites d’information consacrés à l’art contemporain ont fait de même. Surtout en anglais, je ne crois pas en avoir vu en français. Et comme d’habitude, ces articles étaient écrits à partir de sources secondaires. Il se trouve que les gens qui écrivent dans ce genre de sites « d’infos » ne sont presque jamais de vrais journalistes. Leurs sources sont généralement Google et d’autres sites web. C’est d’ailleurs pour cela que ce genre d’articles se ressemble toujours un peu. Parce qu’ils se copient essentiellement les uns les autres. 🤷

Étrangement, les titres étaient un peu « différents » de l’info originale. Je pense que vous êtes familier/ères du terme « putaclic. »

Je me souviens spécifiquement d’un article – probablement le pécheur original – qui était titré (ma traduction) :

« Il n’y a actuellement aucun plan pour remplacer la citrouille de Naoshima ».

(Je ne lie pas vers l’article en question pour ne pas lui faire de publicité ni lui envoyer du « google juice« )

Certes, l’article citait l’Asahi Shimbun comme source, mais apparemment, l’autrice n’a pas lu l’article jusqu’au bout… ou alors c’est volontaire et c’est problématique.

Bien sûr, ni le titre ni l’article ne sont totalement mensongers. En effet, aucun plan n’a été décidé ni finalisé. Je suppose que ce sera la ligne de défense de l’autrice. Elle a juste « omis » d’ajouter un « pas encore » dans son titre. L’article lui-même ne mentionne que brièvement, à la toute fin, qu’il y a des discussions et qu’elles ne sont pas terminées. Mais bon. L’information principale est dans le titre. Il a malheureusement fait un peu le tour du web. Les personnes qui partagent de tels articles les lisent-elles au moins avant ?

Et cette ambiguïté a conduit à l’étape suivante, lorsque les bas-fonds du web, ainsi que certaines personnes sur les médias sociaux, ont eu encore moins de scrupules et ont tout simplement déclaré que la Citrouille ne reviendra pas ! (J’ai vu certaines réactions très tristes sur Facebook et Twitter – je ne peux pas les blâmer. Par contre, je blâme les personnes qui écrivent des articles ambigus et malhonnêtes sur le Web.)

D’un côté, je trouve intéressant de voir comment : « La Citrouille ne reviendra pas à temps pour le festival, mais ils discutent encore des modalités de son retour, cependant, rien n’a encore été décidé » est rapidement devenu « Il n’y a aucun plan pour son retour », qui à son tour est devenu « Elle ne reviendra pas ».

D’un autre côté, il est triste de constater qu’une fois de plus, tant de gens ne savent pas vérifier leurs sources et/ou ne savent tout simplement pas dire la vérité. Dans le cas présent, probablement pour obtenir quelques clics et quelques partages supplémentaires. Et le pire c’est que ça marche (et je pleure quand je vois la fréquentation de mon site en comparaison).

Donc, sans vouloir être un père-la-morale, ceci est un avertissement pour faire attention à ce que vous trouvez en ligne et ce que vous partagez. Les sources sont importantes. Le journalisme est un vrai métier. Et, non, écrire pour un site d’information ne fait pas de vous un journaliste juste parce que vous êtes payé.

Je n’insinue pas que moi, je suis un journaliste. Je ne le suis pas. Cependant, je suppose que le fait d’avoir étudié la linguistique et la littérature pendant trop d’années à l’université m’a appris quelques notions sur la recherche et sur les sources, comment les utiliser et pourquoi elles sont importantes.

J’ai aussi la prétention, je l’avoue, d’avoir de vraies sources sûres (même si elles ne sont pas toujours publiques) quand je vous donne des scoops sur la Triennale et les Îles de Setouchi.

 

Pourquoi ai-je passé du temps à écrire ceci au lieu d’écrire sur les nouvelles œuvres d’art de la Triennale de Setouchi ? Votre supposition est aussi bonne que la mienne. Je suppose que j’avais besoin de mettre des points sur des i.

OK, si vous avez lu jusqu’ici, je sais pourquoi vous l’avez fait.
Vous voulez savoir ce que je sais sur le retour de la citrouille jaune à Naoshima.

Eh bien, j’ai quelque chose pour vous, alors 🙂 …

Bon, elle va revenir cette Citrouille oui ou non ?

Pas de problème, je vais vous répondre. Il se trouve que justement, je connais quelqu’un qui sait un peu de quoi il en retourne et qui m’a donné quelques informations qu’il m’a autorisé à partager avec vous… Sans toutefois trop entrer dans les détails, Benesse Holdings pourrait ne pas apprécier. En effet, rien de tout cela n’a été annoncé officiellement et que les choses peuvent changer à tout moment (je vous le dirai si c’est le cas).

Donc oui, la Citrouille Jaune devrait retourner sur son quai à Naoshima dès cet automne !

 

Il s’agira très probablement d’un nouveau modèle. Celle qui a été endommagée me semble effectivement plutôt difficile à réparer, du moins pas d’une manière qui rende les dégâts invisibles. Quelqu’un m’avait suggéré qu’ils la réparent en kintsugi. Je crains que cela ne se fasse pas. Espérons que cette fois, elle sera fabriquée dans un matériau plus solide (comme son homologue rouge, qui sauf erreur de ma part est principalement faite de béton).

Les choses ne sont pas encore finalisées. Tout d’abord, Yayoi Kusama est bien sûr trop âgée pour en fabriquer elle-même une nouvelle. Ce sera donc probablement son « équipe de production » qui le fera. Il y a aussi beaucoup de choses à régler à ce sujet. Par exemple, ce qui peut et ne peut pas être externalisé afin que l’œuvre puisse être considérée comme « de Kusama ». Le coût de l’opération est également en cours de négociation. Ces deux choses sont les principales raisons pour lesquelles le projet prend plus de temps que certains ne le souhaiteraient. Si vous êtes familiers avec la culture japonaise, cela n’a rien d’extraordinaire. Le processus de décision prend souvent beaucoup de temps, beaucoup plus qu’en Occident. Mais ensuite, une fois que cette étape est réglée, l’exécution d’un projet peut être très rapide.

J’espère que tout cela a apaisé vos doutes et vos craintes si vous êtes un fan de la citrouille.

 

Oh, et si jamais vous voulez parler de tout cela sur votre site ou votre blog, puis-je vous demander de bien vouloir mentionner votre source (ce présent site) et de faire un lien vers cette page (je sais qu’Internet est une sorte de Far-West parfois, mais nous pouvons être meilleurs que ça, nous – les créateurs de contenu – devrions essayer d’être meilleurs que ça).

 

le futur ?

 

Si cet article vous a intéressé et que vous souhaitiez me remercier, cliquez sur le logo ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :