Blind Blue Landscape

Certaines œuvres du Setouchi International Art Festival dont je vous ai parlé ces derniers jours ne m’avaient pas beaucoup inspiré. Aujourd’hui, c’est différent, puisque je vais vous parler d’entre celles qui m’a le plus surpris. Positivement surpris.
Il s’agit de Blind Blue Landscape (ブラインド・ブルー・ランドスケープ – Paysage Bleu Aveugle) de Teresita Fernandez.
L’œuvre se trouve sur Naoshima, dans un couloir reliant l’hôtel de la Benesse House à la terrasse de son restaurant situé en bord de mer, autrement dit, dans un des plus beaux endroits de l’île (j’aurai l’occasion de vous remontrer ce lieu) :

Pourquoi s’agit-il d’une bonne surprise ?
Parce que la seule photo que j’en avais vu ne m’inspirait rien : une multitude de petits points sur un mur bleu, et le texte l’accompagnant photo ne laissait rien présager, en tout cas rien de bon, puisqu’il y était question de petits cubes de verre (au nombre de 15000) reflétant le paysage et les gens passant dans le couloir.
En fait, Blind Blue Landscape c’est exactement ça : 15000 petits cubes de verre sur le mur d’un couloir bleu (le « mur » d’en face étant une grande verrière donnant sur le parc et sur la mer). Sauf qu’aucune photo (surtout pas les miennes) et ni aucune description ne pourra rendre parfaitement grâce à cette œuvre. Au delà du travail colossal que cela à dû demander, le résultat est tout simplement époustouflant. La multitude de cubes fait office de miroir sous certains angles, sous d’autres – assurément aussi à certaines heures particulières de la journée – c’est à des milliers de petites loupiotes éclairant le couloir qu’ils font penser. Bref, il s’agit là d’une œuvre relativement simple et pourtant si riche, aux effets multiples provoquant des visions et des sensations extrêmement diverses selon les facteurs environnants, y compris vous même puisqu’il n’est pas vraiment possible de l’observer sans s’y refléter.
Je me plains parfois que certaines œuvres semblent n’avoir que faire du contexte culturel de l’île où elles se trouvent et qu’elles pourraient exister n’importe où. On pourrait presque être tenté de faire cette même critique à Blind Blue Landscape, sauf que non, cette œuvre ne pourrait pas exister n’importe où ailleurs, elle n’aurait tout simplement pas le même impact, la même grâce, la même splendeur. Elle dépend entièrement de son contexte pour être ce qu’elle est, sinon il ne s’agirait que de petits cubes de verre sur un mur. Son contexte socio-culturel à elle, c’est la Benesse House et sa plage. On s’éloigne certes un peu des traditions vieilles de plusieurs siècles, mais ce lieu fait aussi depuis quelques années partie de l’identité de l’île et de la région.
Notez que bien que le Festival soit terminé, l’installation est toujours présente et restera je pense de manière permanente. Les horaires où on peut l’admirer sont ceux d’ouverture du bâtiment où elle est située, à savoir : tous les jours de 8h30 à 19h00.
Quant à l’artiste, Teresita Fernandez, elle vient de Miami, elle est née en 1968, et je pourrais vous fournir toute une série d’informations sur elle, mais pour une fois – vu qu’elle est américaine, Internet en est plein (en anglais toutefois) car, si je ne m’abuse, elle commence à être bien connue dans les milieux artistiques  actuels. Je vous laisse avec sa page Wikipedia.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :