Dans l’ouest de l’Est (13e jour – 31 mai 2010 – première partie)

 

L’essentiel de la journée du 31 mai fut passée à visiter des « petits coins de nature » de la Préfecture de Yamaguchi, en commençant par un lieu connu sous le nom d’Akiyoshidai (prononcez [Aki-yoshidaï]) et qui est tout à fait singulier au Japon. Voyez plutôt :

 

 

 

Je sais pas vous, mais moi ça me fait plus penser à l’Écosse qu’au Japon – oui bon, je dis ça, mais en même temps, je ne suis jamais allée en Écosse. La raison de ce paysage inhabituel est double. Tout d’abord, un paysage naturel, de type karstique où diverses érosions d’un sol calcaire ont façonné la terre et la roche telles qu’elles sont aujourd’hui : un plateau recouvert de rochers sortant du sol et un grand nombre de dolines ici ou là. L’autre raison est humaine, car le lieu était à l’origine recouvert de forêts, mais il y a longtemps, quand les hommes se sont installés dans la région et surtout quand ils ont commencé à y élever du bétail, la forêt fut coupée pour la remplacer par des pâturages et, depuis cette époque, le plateau est régulièrement brûlé en hiver (tous les ans ?) pour éviter que les arbres n’y repoussent. Nous nous retrouvons donc avec ce lieu assez unique au Japon (à ma connaissance en tout cas) : un lieu en pleine nature, sans forêt ni habitation (pour l’instant partout où je suis allé dans le pays, c’était soit l’un, soit l’autre).

 

 

 

 

Quand je vous dis qu’on se croirait en Écosse, il y a même des chardons !

 

 

 

 

Sous le plateau, il y a environ 400 grottes et cavernes, la plupart trop petites, dangereuses ou étroites pour être visitées (sauf si on est spéléologue), mais l’une d’entre elles, Akiyoshidō se trouve être la plus grande grotte du Japon, elle fait près de huit kilomètres de long, mais seulement 1 km est ouvert au public. Une grotte assez impressionnante donc et qui vaut la peine d’être visitée. Un conseil, l’entrée principale est en aval de la rivière souterraine ayant creusé la grotte, mais on peut tout aussi bien entrer par la sortie (du moins on le pouvait le jour où j’y suis allé, je ne sais pas si c’est possible tout le temps, surtout les jours de grande affluence). J’y vois deux avantages indéniables : tout d’abord, on va d’amont en aval, en d’autres termes, on fait la visite en descendant pas en montant, c’est donc moins fatiguant ; ensuite, je pense que la partie la plus intéressante et surtout la plus belle de la grotte est sa deuxième moitié (quand on descend) ainsi que la sa sortie en elle-même. Sortie et deuxième partie qui deviennent l’entrée et la première partie si on entre par l’entrée principale (vous me suivez ?) ce qui rendrait la fin de la visite beaucoup moins intéressante.

Notez que mon appareil-photo étant tout pourri, les photos dans la grotte ne sont pas exactement réussies, mais je les partage toutefois avec vous car j’aime bien le petit côté abstrait qu’elles ont (j’espère que vous aussi vous aimerez).

 

 

 

Cliquez ici pour une visite virtuelle de la grotte sur Google Maps.

 

 

 

 

 

Quand la visite s’achève (ou débute, selon le sens que vous prenez), on se retrouve dans une longue rue, remplie de boutiques de souvenirs et autres qui ne doit pas être des plus charmantes les jours où le lieu est envahi de touristes, mais quand nous y sommes allés, en semaine, loin de tout jour férié et le matin cette rue était presque déserte, et elle avait un charme indéniable même si les boutiques vendaient surtout des souvenirs inintéressants.

 

 

Anpanmanest vraiment partout

 

Et pour une raison que j’ignore, les villages de la région semblent avoir choisi les Kappa comme mascotte. Peut-être y en a-t-il dans la région, qui sait ?

 

[iframe src= »http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF8&hl=en&t=p&msa=0&msid=105642463287016234539.00048cff919e31f9b7b7a&ll=34.236357,131.31443&spn=0.042575,0.05167&z=13&output=embed » frameborder= »0″ marginwidth= »0″ marginheight= »0″ scrolling= »no » width= »300″ height= »300″]
View 31 mai 2010 – Yamaguchi in a larger map

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Dans l’ouest de l’Est (13e jour – 31 mai 2010 – première partie)”

%d blogueurs aiment cette page :