Un détail parfois un peu perturbant au Japon…

 

Je veux parler d’un symbole mondialement connu et qui a des connotations très différentes ici ou là. En France ou en Allemagne, il est tout simplement interdit sauf s’il est utilisé dans le cadre d’une reconstitution historique ou sur des documents d’archive. Au Japon, il est tout simplement presque omniprésent…

Vous l’avez compris, je veux parler du svastika. Un détail que l’on oublie trop souvent c’est que cette croix existe depuis la nuit des temps (les plus anciennes trouvées ont environ 7000 ans, c’est-à-dire qu’elles datent de l’époque des premières civilisations connues), dans tout un tas de civilisations et sur tous les continents. Ce n’est que depuis récemment qu’elle a très mauvaise presse en Occident et dans quelques autres régions du monde pour les raisons que l’on sait. Mais il y a d’autres pays, dont le Japon, où elle ne choque personne et fait même partie du paysage quotidien, et non, ce n’est pas parce que le Japon a eu de très mauvaises fréquentations pendant la deuxième guerre mondiale.

En effet, au Japon, c’est un des symboles du bouddhisme et on le retrouve dans de nombreux temples bouddhiques, sur les cartes routières pour les symboliser et ailleurs, comme ce petit autel dans la rue aux abords du jardin impérial à Kyōto :

 

micro temple bouddhiste

 

Vous aurez par ailleurs noté que cette croix au Japon est dextrogyre, c’est-à-dire que son sens de rotation potentiel est celui des aiguilles d’une montre (cela se voit à la branche supérieure tournée vers la gauche), contrairement à celle associée aux années 40 qui elle est tournée dans l’autre sens.

Néanmoins, je dois avouer que les toutes premières fois que j’en ai vues ça m’a fait sacrément drôle, par exemple quand ma belle-mère m’avait proposé d’acheter un petit talisman avec un gros svastika dessus comme cadeau pour ma mère l’an dernier. Aujourd’hui, je m’y habitue petit à petit, mais je pense que cela prendra du temps pour ne plus faire l’association d’idée évidente pour un Occidental.

(note : si vous trouvez que je fais pas mal usage d’allusions dans ce post, vous avez tout à fait raison et c’est bien sûr pour minimiser les chances que des gens débarquent ici depuis Google en ayant entré de « mauvais » mots-clés.)

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Un détail parfois un peu perturbant au Japon…”

%d blogueurs aiment cette page :