Aller au contenu
Accueil > Shikoku > Préfecture de Kagawa > Retour à Iwaseo Hachiman-gū (石清尾八幡宮)

Retour à Iwaseo Hachiman-gū (石清尾八幡宮)

Le temple Iwaseo Hachiman-gū à Takamatsu est un peu spécial pour moi. Il n’a rien de bien particulier à première vue, mais c’est un des principaux temples Shintō de Takamatsu (sinon le principal), c’est celui du quartier de 康代 et c’est le tout premier temple que j’ai visité au Japon. Nous y sommes retournés au cours de ce voyage-ci, ce qui fut un plaisir.

Quelques infos à son propos :
Il s’agit du temple dédié aux dieux protecteurs de Takamatsu.
Il aurait été fondé en l’an 918.
Il dépend de l’Iwashimizu Hachiman-gū à Kyōto.
Il y a deux Matsuri principaux dans l’année, celui d’Automne aux alentours du 15 octobre (Tiens, ça tombe bien, nous étions le 15 octobre. Pourtant il n’y avait pas de Matsuri. Était-il deux jours plus tard ? Pendant le week-end ? Hint, hint…) et celui de Printemps aux alentours du 1er mai.

 Ce chien a la particularité d’avoir la tête creuse. Au sens propre du terme.
Je n’en sais pas plus à son sujet.

Un « pierre-tortue » (Kameishi – 亀石) 

Quand on prie le Kami, on sonne aussi la cloche pour attirer son attention.
Le sens pratique des Japonais est omniprésent, même dans la religion.
Je terminerai par une petite anecdote.
Alors que nous étions dans le temple depuis un petit moment, nous allions presque en partir en fait, un prêtre s’approcha de nous et soudain me tendit des papiers.
Un peu interloqué, je les pris. Ils étaient tout chauds. Il s’agissait de photocopies sorties de la machine il y avait moins d’une minute. Des photocopies tirées d’un livre en anglais expliquant ce qu’était le Shintoïsme !
Le prêtre m’avait vu de loin et la première chose qui lui était venue à l’esprit c’était de laisser ce qu’il était en train de faire en plan pour pouvoir vite me faire parvenir ces informations avant que je ne parte de peur que je ne comprenne pas de quoi il était question dans ce temple !
Je ne sais pas pour les Japonais que vous connaissez, mais ceux que je connais, ceux de Kagawa, ils sont comme ça. D’une gentillesse incroyable, et toujours prêts à rendre service sans rien attendre en retour.
Et presque comme une façon de le remercier, et aussi parce qu’il n’y a finalement pas tant de choses que ça à propos du Shintō sur le web en français, au cours des semaines à venir, je me servirai de ces documents qu’il m’a transmis pour écrire quelques articles vous expliquant un peu plus de quoi il est question exactement.


View Ogijima Locations in a larger map


3 commentaires sur “Retour à Iwaseo Hachiman-gū (石清尾八幡宮)”

  1. Est-ce que tu peux nous dire quelque chose à propos du cheval? Je suis étonné d'avoir vu exactement le même à Teshima (la preuve ici : http://nitosa.wordpress.com/2010/10/13/tele-la-realite/ )

    Pour les Japonais, sans aller jusqu'à dire qu'ils sont tous comme ça, j'en ai rencontré un ou deux. Mais lors de mon week end vers chez toi, j'ai pu ressentir une ambiance encore plus chaleureuse. Pourtant à Ôsaka, ils font déjà honneur à leur réputation de jovilité!

  2. Alors pour le cheval, je ne suis pas sûr, mais sachant qu'à Konpira-gū (que je te conseille plus que chaudement de visiter pour ta prochaine visite de Shikoku, voire même de faire le voyage exprès) il y a trois chevaux (deux vrais, vivants, et un en bois) et qu'ils sont les chevaux du Kami d'un côté.
    Et que de l'autre côté, ce temple-ci, et le temple de Karatō à Teshima sur ton blog (temple que je connais "très bien" mais seulement depuis trois semaines, tu verras pourquoi dans quelques posts) sont tous deux des temples dédiés à Hachiman, j'ose en déduire qu'il s'agit du cheval de Hachiman.
    Mais ce n'est qu'une simple déduction de ma part.

    Sinon oui, le Japonais moyen est plus gentil que le Français moyen, mais les gens les plus gentils que j'ai rencontrés, non seulement au Japon, mais dans le monde, sont tous à Kagawa (en particulier à Teshima et Ogijima, mais ailleurs aussi).
    Mais il est vrai que tous les "Osakans" (même pas peur des barbarismes) que j'ai rencontrés ne font pas mentir leur réputation de gens ouverts et sympas. (en fait, je sais que la différence est tenue, mais c'est ça, je trouve les "Kagawans" gentils et aimables, les "Osakans" ouverts et sympas)

  3. excellente définition! Et merci pour le travail de déduction!
    En guise de Osakans et de barbarisme, j'ai découvert récemment le terme Osakaïens… Globalement à part le Tôkyôïtes, on finit toujours par dire "les gens d'Osaka"… et finalement c'est bien le plus naturel ici. Je vote donc pour l'emploi massif de Ôsakajin et de Kagawa no Jûnin (ouais bon là ça devient plus compliqué… erf…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :