Radioactivité au Japon… et en France

 

RadioactivitéJe ne voulais pas revenir sur le sujet, mais un mois plus tard, je vois que les choses n’ont non seulement pas changé, mais ont en plus empiré.

Il est vraiment déprimant d’entendre les gens au Japon nous expliquer qu’il n’y a presque plus d’étrangers venant visiter le pays. D’entendre parler d’avions vides, d’agents de voyage – quand ce n’est pas carrément les employés de compagnies aériennes – vous déconseillant de vous rendre au Japon.
Ici même, je n’ose vous dire le nombre de gens arrivant sur ce blog après des recherches telles que « annuler son voyage au Japon » (indice: il y en a plus qu’il n’y a de lecteurs réguliers, et pourtant j’en ai gagné pas mal ces derniers temps – merci à vous au passage).

Au début, on pouvait blâmer les médias qui grossissent toujours le trait, font des raccourcis simplistes, ne parlent que de ce qui est catastrophique et qui fait peur aux Français (parce que le tsunami, lui est vraiment catastrophique, mais combien de personnes l’ont déjà oublié ?).

Mais au jour d’aujourd’hui, je suis désolé, les médias ont bon dos. Quand je vois des gens qui avaient réservé leur voyage au Japon et qui ont annulé sans s’être renseignés avant sur des choses aussi basiques que la géographie du pays (j’ai un scoop pour eux, le Japon ne fait pas 30 km de large, mais 3000 km de long), je ne vois pas comment on peut blâmer les médias pour ça.

La chose à blâmer c’est la bêtise des gens et puis c’est tout. Je sais, cela ne se fait pas d’agresser son lectorat, mais si vous lisez ces lignes et que vous avez annulé votre au voyage au Japon et que votre destination n’était pas l’une des trois préfectures sinistrées, bêtise est le plus faible des termes que j’ai à disposition pour vous qualifier ; les autres ne sont vraiment, mais alors vraiment pas polis.

Quand nous vivons à une époque où nous avons tout le savoir de l’humanité à portée de main si l’on se donne un peu la peine de chercher, il est tout simplement inacceptable de se laisser aller à des on-dit, des peurs irrationnelles et de ne pas vouloir s’informer, réellement s’informer, pas s’affaler sur le canapé à 20h tous les soirs. Encore plus quand c’est sur un sujet qui vous concerne, par exemple le Japon quand on avait l’intention de s’y rendre.

Démonstration par l’exemple.

Voici les taux – moyens et arrondis – de radioactivité dans chaque Préfecture du Japon relevés hier (exprimés en micro-sieverts par heure – µSv/h) :

Hokkaido : 0.03
Aomori : 0.03
Iwate : 0.02
Miyagi : 0.08
Akita : 0.03
Yamagata: 0.05
Fukushima: 1.9
Ibaraki: 0.13
Tochigi: 0.07
Gunma: 0.04
Saitama: 0.06
Chiba: 0.05
Tokyo: 0.07
Kanagawa: 0.06
Niigata : 0.05
Toyama : 0.05
Ishikawa : 0.05
Fukui : 0.05
Yamanashi : 0.04
Nagano : 0.04
Gifu : 0.03
Shizuoka : 0.04
Aichi : 0.04
Mie : 0.05
Shiga : 0.04
Kyōto : 0.04
Osaka : 0.04
Hyōgo : 0.04
Nara : 0.05
Wakayama : 0.03
Tottori : 0.06
Shimane : 0.05
Okayama : 0.05
Hiroshima : 0.05
Yamaguchi : 0.09
Tokushima : 0.04
Kagawa : 0.06
Ehime : 0.05
Kōchi : 0.03
Fukuoka : 0.04
Saga : 0.04
Nagasaki : 0.03
Kumamoto : 0.03
Oita : 0.05
Miyazaki : 0.03
Kagoshima : 0.03
Okinawa : 0.02

Plusieurs choses à noter.

  • D’abord mes sources. Il s’agit du MEXT (Ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, Sciences et Technologies) du Japon. Pourquoi lui ? Parce que c’est lui qui rassemble et publie toutes les données relevés par les départements de physique nucléaire des diverses universités du pays. Ces données proviennent donc de scientifiques neutres (des universitaires) et pas divers organismes plus ou moins crédibles et aux intérêts plus ou moins flous. (mise à jour 25/04/11: le MEXT vient de mettre en forme ces données de manière lisible, et y ajoutant les taux d’iode 131 et césium 137, vous pourrez les suivre au jour le jour)
  • Les valeurs relevées à Miyagi l’ont été à partir de machines portables installées à Sendai (celles de l’université ayant dû être endommagées par le séisme)
  • Concernant Fukushima, n’oubliez pas qu’il s’agit d’une moyenne. Le taux est bien plus élevé aux abords de la Centrale de Fukushima Daiichi, mais il est aussi bien plus faible dans l’ouest de la Préfecture.
  • Toutes les données reportées ici sont dans les fourchettes de radiations normales pour ces Préfectures, à l’exception de Fukushima et Ibaraki qui sont bien supérieures. Quelques autres (Chiba, Tochigi) ont des taux très légèrement supérieurs à la normale.
  • Si le taux de Tokyo est légèrement supérieur à celui des régions alentours, c’est qu’il est affecté par l’extrême urbanisation de la région, le rayonnement gamma étant toujours plus important en zone urbaine (à cause du béton et ce genre de choses).

 

Mais bon, j’ai la sensation que ces données ne vont pas encore être suffisantes pour certains. Je les entends d’ici :

Mais qu’est-ce qu’il nous dit qu’il n’y a pas de danger ? Il y a des radiations partout, c’est bien la preuve que le Japon est foutu !

Non, c’est la preuve que si vous pensez ça vous êtes encore plus mal informé que je le pensais (ai-je entendu quelqu’un dans le fond dire « inculte » ?)

Voyez-vous le monde ne se divise pas en deux zones :

  • Les zones sans radiations où on ne risque rien.
  • Les zones irradiées (comprendre Tchernobyl et le Japon) où l’on va tous mourir.

Non, le monde ne se divise pas, la totalité de la surface du globe est irradiée. La radioactivité est un phénomène naturel qui n’a pas attendu les bombes atomiques et les centrales nucléaires pour exister. Elle est présente sur Terre et dans l’univers depuis toujours, et pour toujours.
Ce qui la rend potentiellement dangereuse c’est le dosage comme tout le reste (Saviez-vous que vous pouvez-vous intoxiquer à l’eau ? Je suis sérieux).

Et si vous n’êtes toujours pas convaincus, voici les moyennes régionales en France au cours du mois qui vient de s’écouler, je n’ai pas pu trouver les taux d’hier pour avoir une comparaison exacte avec les chiffres ci-dessus, je vous prie de bien vouloir m’en excuser (et ils sont toujours exprimés en micro-sieverts par heure – µSv/h) :

Alsace : 0.11
Aquitaine : 0.08
Auvergne : 0.14
Basse-Normandie : 0.08
Bourgogne : 0.09
Bretagne : 0.1
Centre : 0.1
Champagne-Ardenne : 0.08
Corse : 0.13
Franche-Comté : 0.11
Guadeloupe : 0.06
Guyane : 0.07
Haute-Normandie : 0.07
Ile-de-France : 0.07
Languedoc-Roussillon : 0.11
Limousin : 0.13
Lorraine : 0.11
Martinique : 0.05
Midi-Pyrénées : 0.1
Nouvelle-Calédonie : 0.05
Nord-Pas-de-Calais : 0.08
Pays-de-Loire : 0.09
Picardie : 0.08
Poitou-Charentes : 0.09
Provence-Alpes-Côte-D’azur : 0.07
La Réunion : 0.06
Rhône-Alpes : 0.1
St-Pierre-et-Miquelon : 0.09
Tahiti : 0.07

 

Ça va ? Bien remis ? Vous n’avez pas fait dans votre pantalon en voyant que la radioactivité en France métropolitaine était supérieure à celle de presque tout le Japon ?
Vous ne vous sentez pas trop ridicules non plus d’avoir annulé votre voyage par peur de la radioactivité pour vous retrouver au final avec plus de radioactivité autour de vous que si vous étiez allé au Japon ?

J’ai failli oublier les précisions d’usage :

  • Mes sources sont l’IRSN.
  • N’oubliez pas qu’il s’agit de moyennes régionales, il y a des variations d’un endroit à l’autre dans une même région. En particulier en fonction de l’altitude. Oui, plus on est en altitude, plus il y a de radiations, parce que l’atmosphère est moins épaisse et protège donc moins des rayons cosmiques d’un côté, et parce que les roches granitiques communes en montagne sont plus radioactives que l’argile et bien d’autres roches. Par exemple, le taux moyen de radiation à Chamonix est de 0.25 µSv/h.

Avant de terminer sachez que la moyenne mondiale est de 0.27 µSv/h (source : Comité Scientifique des Nations Unies). En d’autres termes, le taux de Chamonix, bien supérieur à presque partout ailleurs en France et partout au Japon à l’exception des environs de Fukushima Daiichi est similaire au taux moyen mondial. Il est des lieux où les taux sont beaucoup beaucoup plus élevés.
Si vous voulez briller en société, vous pourrez annoncer fièrement que Ramsar en Iran est la région la plus naturellement radioactive du monde. Des taux de plus de 29 µSv/h y ont été mesurés ! (étrangement la population locale n’est pas affectée, je n’irai pas jusqu’à dire que l’on exagère beaucoup les effets réels de la radioactivité sur le corps humain, mais bon voila quoi)

Finalement, vous vous demandez certainement à partir de quelles doses la radioactivité est-elle dangereuse ? Entre 0.25 Sv et 1Sv pour les premiers symptômes, ça devient vraiment dangereux au-delà de 1Sv, on a des chances de mourir au-delà de 3Sv, la mort est presque assurée au-delà de 6Sv et elle est certaine à 10Sv en moyenne.

N’oubliez pas qu’au-dessus, les chiffres sont exprimés en µSv/h, donc 0.25Sv et 1Sv en micro-sieverts, cela donne : 250000 µSv et 1000000 µSv.

Maintenant vous avez toutes les données en main pour savoir combien d’heures il vous faudra passer au Japon avant que les premiers symptômes n’apparaissent (et je suis gentil, je vous épargne le fait que les radiations exprimées au dessus ne s’accumulent pas toutes dans votre corps, un certain pourcentage est émis de nouveau dans l’atmosphère).

Allez, pour les plus nuls en maths parmi vous, il vous faudra passer entre 3 et 14 millions d’heures à Tokyo avant de ressentir les premiers symptômes. Et par premiers symptômes, j’entends rien de mortel si c’est traité médicalement.
Oui je sais, ces nombres d’heures sont un peu abstraits. Cela équivaut en gros à entre 400 et 1600 ans…

Vraiment de quoi annuler son voyage, je le reconnais.

Mises à Jour:

– 21/04/11 : Un lien vers le blog Actualités du Monde Végétal Japonais qui traite du même sujet, avec de nombreux liens, en particulier sur les domaines que je n’ai pas traités dans cet article (concernant la nourriture et l’eau par exemple).

Et n’oubliez pas non plus l’opération Blog for Japan si vous souhaitez aider des ONGs japonaises.

– 25/04/11 : Le site du Ministère de l’Agriculture met à disposition les données récoltées en anglais.

Pour ceux qui s’inquiètent de ce qu’il se passe dans l’océan, des modèles (théoriques) de dispersion réalisés par l’Université de Toulouse.

68 commentaires sur “Radioactivité au Japon… et en France”

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :