J’avoue, j’ai un avis assez ambivalent sur les gens qui ont de bonnes connaissances techniques en photographie, voire même un sens artistique, mais qui ont tendance à parfois en abuser. Avant que ceux parmi mes lecteurs qui sont bien meilleurs photographes que je ne le serai jamais ne s’offusquent, laisser moi m’expliquer. En temps normal, j’aime bien ce genre de photos. Ce sont-elles qui font que la photographie peut-être un art et pas seulement une technique de reproduction. Mais je trouve que parfois, faire des photos « trop » techniques ou « trop » artistiques ne s’accommode pas toujours très bien avec la photo de voyage, car c’est d’elle dont il s’agit ici ; celle qui doit montrer plus que suggérer. En d’autres termes, un photographe doit savoir s’effacer derrière son sujet. Si c’est vrai tout le temps, cela l’est encore plus quand le sujet est un lieu à faire découvrir.

J’écris ces lignes avec quelques exemples précis en tête. Si vous êtes blogueurs ne devenez pas paranos, ce n’est pas à vous que je fais allusion (en tout cas pas des blogueurs dont je lis régulièrement les blogs sur le Japon). Je pense plutôt à des photos d’un lieu lointain d’où un ami reviendrait, et quand vous regardez ses photos, vous ne voyez rien du lieu en question, vous n’en apprenez rien. À la place, ce que les photos vous disent c’est plutôt « tu as vu comment je les fais bien les gros plans, » « et ces flous en arrière-plan, tu as vu comment je les maîtrise à fond, » « non sérieusement, mon appareil super cher, je maîtrise trop à fond toutes ses fonctionnalités. »

En gros, le genre de photos ou non seulement le photographe ne s’efface pas derrière son sujet, mais des photos où il efface le sujet totalement. Oui, vous aussi, je suis sûr que vous connaissez des gens comme ça.

En d’autres termes, j’aime autant les photos d’art que les photos de voyage, mais je trouve que les deux se marient assez mal au final, encore plus quand le photographe confond talent artistique et connaissance technique de son appareil.

Pourquoi cette longue intro ?

Oh, tout simplement parce que j’ai un aveu à vous faire. En octobre dernier, lors de la visite du Setouchi International Art Festival, à force d’être entouré de toutes ces oeuvres d’art, je me suis surpris en flagrant délit de m’essayer à ce genre de photos.

Je ne les avais pas publiées jusqu’à présent, essentiellement parce que justement, elles ne vous montreront rien et elles ne vous apprendront rien du lieu où elles ont été prises (à savoir Ogijima). Elles ne serviront même pas à faire de l’esbroufe technique : mon appareil est un automatique à 200 €, mes connaissances techniques sont proches du zéro.

Mais bon, pourquoi ne pas les partager quand même avec vous ?

Donc les voici :

 

Sur Ogijima

 

 

Voila, juste quelques photos que j’aime bien (j’en ai jeté beaucoup) et qui n’ont pas vraiment leur place dans les autres articles sur Ogijima.

 

 

 

Étiquettes:

27 commentaires sur “Photos d’art sur Ogijima ?”

  1. Un article très intéressant : je te rejoins tout à fait sur la question, notamment depuis l’avènement du numérique. La tentation de se transformer en artiste en herbe est grande et bon nombre de personnes croient qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour obtenir une bonne photo… C’est un sujet de discorde assez courant entre les pros, les amateurs éclairés et les débutants.

    Petite question technique WordPress : tu utilises FancyBox for WordPress pour la visualisation de tes photos sur ce billet? Si oui, il est nickel! 😉

    1. Oui, il y aussi les gens qui pensent que prendre une photo c’est juste appuyer sur un bouton. Certes, mes connaissances techniques sont proches du zéro et mon appareil est plutôt automatique, mais j’essaie quand même de faire attention au cadrage, à la lumière quand je peux, et ce genre de choses.
      Mais en haut, je faisais surtout allusion aux gens qui confondent « connaissances techniques » et « talent artistique » (là aussi un grand débat, je pense qu’un bon photographe doit pouvoir prendre de bonnes photos avec n’importe quel appareil, je suis sûr que plein de gens ne seront pas de mon avis), ainsi que ceux qui ramènent de leurs voyages que des photos du style que j’ai posté au-dessus. On peut aimer (j’aime sincèrement les photos que j’ai postées au-dessus, certaines plus que d’autres), mais c’est un peu dommage si on veut documenter le lieu visité.

      Sinon, oui, c’est FancyBox. Je suis devenu fan, c’est exactement le truc que je recherchais.

      Finissons par un truc qui n’a rien à voir, mais ton blog est envahi de spam aujourd’hui, mais tu t’en es peut-être déjà rendu compte. (problème avec ton anti-spam?)

      1. Je viens de faire la chasse! 🙂 Je viens d’installer un captcha, pour éviter ce genre de désagrément… Mais je crois que je vais finir par opter pour ta solution : valider en aval le commentaire.

        « là aussi un grand débat, je pense qu’un bon photographe doit pouvoir prendre de bonnes photos avec n’importe quel appareil » -> Je te rejoins à 100% là-dessus!

        1. En fait, j’ai très peu de spam qui passe Akismet. En général c’est du spam « humain » qui est arrivé sur le blog en tapant « commentluv enabled » dans google et qui poste un truc nul (genre il aura passé deux secondes à survoler les premières lignes de l’article) pour y coller son lien.

          Mais j’ai pour habitude de modérer par peur des trolls. Pas vraiment un problème sur ce blog (croisons les doigts et touchons du bois) mais j’ai eu un autre blog dans le passé qui les attirait, donc j’ai pris cette habitude depuis.

          1. Mais Akismet est payant, n’est-ce pas?

            Le troll, presque un mode de vie pour certains… Un très bon forum photo a fermé il y a quelques années à cause des trolls : cela devenait carrément ingérable pour les deux bénévoles en charge du site. Mais c’est aussi, en quelque sorte, la rançon de la gloire! 🙂

            Dis moi, ton article me parle énormément. Puis je m’en inspirer, en te citant, pour exposer mon point de vue sur mon blog? Bien entendu, je te laisserai lire cet article avant de le lancer et j’effectuerai des modifications, si nécessaire. 😉

          2. Non, non Akismet est gratuit (et normalement installé par défaut avec WordPress non ?)

            Sinon pas de problème pour l’article. 🙂

          3. Sans oublier les cinglés de la gachette
            30 000 photos en 4 sec pour prendre au final un cliché, bon, c’est beaucoup jtrouve >_>

            1. Ça je dirais pourquoi pas en fait. Les caméras digitales le permettent pour pas cher, pourquoi s’en priver?
              Dans le temps, il fallait bien réfléchir avant d’appuyer sur le bouton à chaque fois, alors qu’il ne faut pas se leurrer les photographes pro ont toujours fait ça : prendre des dizaines de clichés et n’en garder qu’un ou deux.

          4. Eh bien une intro gigantesque pour des photos ? lol
            Je suis assez d’accord avec toi sur le fond surtout qu’aujourd’hui, on voit pleins pleins de monde avec des jolies appareils flambant neuf. La photographie est devenue tellement un phénomène de mode que je trouve qu’elle a perdu un peu de son charme.
            C’est surtout devenu du « t’as vu comment les couleurs ressortent ! »

            1. LOL. Pour les couleurs, j’avoue que mon appareil est parfois un peu flaiblard de ce côté-là et qu’il m’arrive de faire ressortir quelques couleurs grâce à quelques outils informatiques. 😉
              Mais j’ai l’excuse de ne pas me considérer comme photographe.

          5. Très intéressant ton point de vue.
            Et il me fait beaucoup réfléchir car je suis vraiment dans le travers de systématiquement avoir une approche artistique du sujet. D’ailleurs, le sujet perds souvent pour moi de son intérêt, je ne vois que la forme, les couleurs, la lumière.

            Et ce type de prise de vue sied très mal aux photos de voyages, plus dans un esprit de reportage. Il faut donc des cadres larges, des visions d’ensemble pour que le lecteur puisse apprécier le sujet en entier. Bien sûr, après, les détails sont importants, mais il y a quand même un besoin d’objectivité du photographe.

            Sur la question de la technique, je te suis aussi. Il faut en connaître un minimum, mais quand on a des appareils limités (je n’ai qu’un petit compact tout automatique), pas besoin de se noyer avec. Là encore, il faut savoir ce qu’on « veut » montrer.

            Une réflexion intelligente qui va m’accompagner quelque temps 🙂

            Et pour finir, j’aime beaucoup certaines des photos que tu as posté : la première de la colonne de droite, celle avec les poulpes et les deux dernières me plaisent vraiment beaucoup beaucoup.

            Et pour finir, l’important parfois, même avec un appareil limité (comme le tien, comme le mien) c’est juste de se faire plaisir, se s’exprimer. Si cela plaît tant mieux, sinon, on garde avec soi le moment magique de contemplation, de recherche du bon cadrage, du jeu de lumière. Un instant où la tête se vide, où seul compte l’image. Pour moi, c’est quasiment une forme de méditation 🙂

            1. Merci Marianne pour ton point de vue très intéressant aussi.
              Tu as bien raison que l’essentiel est de se faire plaisir, et toute « bonne » ou « mauvaise » méthode de faire des photos est un point de vue très subjectif.
              C’est pour ça que j’ai parlé ici de point de vue très ambivalent et que je n’ai pas utilisé de termes plus négatifs.
              Les seules photos qui me gênent vraiment sont comme je disais au-dessus les photos où le photographe confond talent artistique et maîtrise technique de son appareil, et elles sont finalement assez rares.

              Car même en ce qui concerne la photo de voyage, la nécessité d’une dimension plus artistique ou plus documentaire est assez subjective. Même si j’ai l’air de prôner ici une dimension uniquement documentaire de la photo de voyage, j’ai bien conscience que l’on peut rapidement tomber dans le « cliché » avec cette approche.

              Cela dépend aussi assez souvent de la familiarité que l’on a avec le lieu en question, il suffit de voir avec quelle rapidité des photos « documentaires » d’un lieu avec lequel nous sommes très familiers nous ennuient.

              Finalement merci pour les compliments sur mes photos, mais petit problème, je ne sais pas desquelles tu parles (à part les poulpes, bien sûr), la galerie dispose les photos de façon aléatoire à chaque chargement de page.

              1. oups… je viens de m’en rendre compte 😛
                Je te mets les liens :
                celle ci pour la texture zarbi et le cadrage. Je pense que je l’aurai fait pivoter à gauche pour « perdre » encore plus le sujet :
                http://www.ogijima.fr/wp-content/uploads/2011/05/Art-sur-Ogijima-9.jpg
                Celle ci pour les deux/ tiers bas totalement étrange avec des couleurs vraiment fabuleuse
                http://www.ogijima.fr/wp-content/uploads/2011/05/Art-sur-Ogijima-8.jpg
                Et enfin le pot casé, j’aime la légère contre plongé et l’effet de dialogue entre les formes des galets de les trous dans le pot. Et puis j’aime aussi beaucoup les couleurs :
                http://www.ogijima.fr/wp-content/uploads/2011/05/Art-sur-Ogijima-11.jpg

                1. Merci.
                  -La première j’ai fait plusieurs tentatives avec plusieurs cadrages, aucune ne me satisfaisait vraiment en fait.
                  -La deuxième ouais. En fait c’est dans ces moments-là que je regrette de ne pas être photographe, ce truc était vraiment fascinant en vrai et il y a vraiment des trucs à faire avec un appareil dessus.
                  -Le pot cassé, en fait c’est ma femme qui a pris la photo. Elle fait des gros plans sympas comme ça en général (en général la plupart des chouettes gros plans dans le blog, c’est souvent d’elle).

              2. Pas besoin d’être photographe pour faire de chouettes photos 🙂
                Pour la seconde, c’est dommage qu’il y ait un bout de bateau en arrière plan. La difficulté est de regarder l’image dans son ensemble quand tu prends ta photo. Il ne faut pas se limiter à l’objet que tu veux photographier mais inclure aussi tout les détails qui entre dans le champs.
                Cela évite parfois des éléments disgracieux ou incongrus.
                Un bon exercice mais qui demande d’avoir le temps de prendre sa photo.

                C’est là où tu vois les vrais pro : ils arrivent à un temps record à faire les réglages et à voir le meilleurs cadrage. Donc quand on est amateur, on prend juste plus de temps. Mais on s’en fous 🙂 Au final, l’important c’est d’être content du résultat.

                Tu transmettras mes félicitations à ton épouse alors pour sa participation ^_^

                1. Oui, oui, en général, je fais attention au cadrage, là je sais pas pourquoi j’ai laissé passer (car même s’il m’arrive de laisser passer quand je prends la photo, j’hésite pas ensuite à recadrer à posteriori, n’en déplaise aux puristes). Un oubli certainement.

              3. Voilà un petit débat que j’avais raté, et qui pourtant me passionne.
                D’autant que pour une fois, je ne suis pas du tout d’accord avec toi David. Bon, en fait si, un peu. Là où je suis d’accord : la technique n’a rien à voir avec l’artistique. Un petit appareil n’augmentera jamais les qualités artistiques d’une photo, mais bien techniques (photos de nuit par exemple). Là où je ne suis pas d’accord, c’est qu’il faudrait considérer la photo de voyage (c’est quoi d’abord?) comme de la photo documentaire uniquement.

                J’entends bien que c’est plus intéressant pour un lecteur qui vient pour découvrir un lieu, de pouvoir le reconnaitre. Mais ce que la photo qui tend à être plus artistique va permettre à ton lecteur, c’est l’immersion, le ressenti, l’ambiant… Aucune photo « plate » ne le permettra.
                Tu as sans doute remarqué (j’espère) que sur mes pages par exemple, j’essaye de traiter un lieu ou un truc que je montre, d’une façon assez régulière : photo d’ensemble, vue de loin, plan large, bref, tout ce qui permet d’identifier un lieu (même ici rien de t’empêche de déjà décentrer ton sujet pour guider le regard le long de la photo, ou pencher ton appareil pour suivre une ligne de construction plutôt que rester planté bêtement tout droit etc…ce qui te place déjà dans l’artistique si on va par là, bref), puis, dans un second temps, ce que j’appelle « entrer dans le détail ». Ce qui va permettre à ton lecteur de ressentir l’ambiance, parce que quand toi tu visites, bein tu t’approches, tu regardes de plus près etc. A cette étape là, la photo docu est non seulement inutile, mais chiante comme la lune. Il faut donc exciter l’œil de ton lecteur, comme ton œil a été excité.

                Pour faire ça correctement (j’ose espérer que j’y parviens un peu par exemple), il te faut un MINIMUM (j’insiste) de technique, et quelques tuyaux artistiques. La photo docu n’est pas intéressante si elle n’est pas suivie de photos plus artistiques, et celles-ci ne sont juste pas viables sans au moins une photo docu qui les introduit. A mon avis, tu as donc tord d’opposer les deux, ou d’hésiter à utiliser les deux sur ton blog. Il manquera toujours à ton public qui n’est jamais venu sur place le hors champs, la durée entre deux photos, l’espace qui les sépare et des milliers d’autres données que tu as toi. Pourquoi lui retirer une donnée de plus (par exemple l’orientation) serait-il un problème pour lui parler du lieu? Les images artistiques parlent autant, voire plus, du lieu que tu veux faire découvrir. En tout cas, c’est comme ça que je vois les choses moi 🙂

                Au final, pour reprendre l’exemple de la deuxième photo dont parle Marianne. Puisque tu n’auras jamais le même ressenti sur l’image que l’excitation que t’as procuré ce « truc »… Excite la curiosité, utilise la perspective de l’objet. Moi j’aurais sans doute choisi un cadrage en biais qui suivrait une ligne de l’objet (tu remarqueras sur mon blog que je fais ça très (trop?) souvent. Arrivé chez toi, si par exemple tu trouve ton image un peu trop fromage blanc, baisse la luminosité (si tu utilise photoshop, ne coche pas « utilise la luminosité existante, dans cet exemple en tout cas), et mon un peu tes contrastes. On est dans la bidouille, loin d’être technique ni rien, et pas franchement artistique dans le sens où ton objet sera reconnaissable. Mais ton image sera plus excitante, un peu comme ça, mais bon, le cadrage aurait été différent évidemment…là j’ai bidouillé à coup de tampon à l’arrache…

                http://lecoqetlecerisier.files.wordpress.com/2011/07/rouille.jpg

                Enfin voilà pour ce que j’en pense. Du reste, je ne me suis jamais fait la réflexion en te lisant « la vache quand même, il pourrait faire gaffe à ses photos! » commentaire que je me fais souvent sur d’autres pages…

                1. Non en fait, je pense qu’on est d’accord. 🙂
                  Je n’ai rien à redire sur ce que tu dis, je pense plus ou moins comme toi – et rassure-toi tes photos arrivent à faire passer le message (ou du moins les sensations) que tu dis vouloir faire passer.

                  Un minimum de sens artistique et de technique sont nécessaires pour faire de bonnes photos. (perso, je pense avoir le sens artistique, mais je n’ai pas de technique, ni avec l’appareil, ni avec Photoshop que je ne maîtrise pas (j’ai essayé pourtant, mais c’est à peu près l’outil le moins intuitif que j’ai utilisé sur un ordinateur), je sais me servir de Office Picture Manager et c’est à peu près tout. 😉 )

                  En fait, je n’exprime pas très bien ma pensée dans ce post parce que je veux rester vague, parce que je faisais essentiellement allusion à une personne bien précise (une connaissance) qui lit peut-être mon blog. Mais comme je doute que cette personne lise les vieux commentaires, lâchons-nous (et tant pis si je perds un ami d’amie). Je faisais référence à un ami d’une de mes meilleures amis qui se dit bon photographe (et qui donne des « cours » à mon amie) et qui a une très bonne technique, mais c’est tout.
                  Toutes les photos que j’ai vues de lui semblent n’avoir que faire du sujet ni de rien d’autre. Elles semblent toutes dire « cet appareil-photo m’a coûté super cher, je peux faire des trucs super compliqués avec, donc je le rentabilise un max » (il aime bien le bling bling et il croit que ça le rend impressionnant d’en avoir : syndrôme du gamin de banlieue qui a réussi je pense). Quand il prend des photos de Paris, je m’en fiche un peu, mais il y a quelque temps il est allé au Japon, il a posté ses photos sur Facebook (ou Flickr, je sais plus, c’est pas important) et j’en revenais pas. Sur la centaine -environ- de photos postées pas une seule intéressante ! Pas une… Je me retrouvais face à une série de très gros plans, de jeux sur les flous et autres trucs très techniques qui ne parlaient pas du Japon, qui ne montraient pas le Japon, qui ne parlaient que du fait que cet appareil-photo avait plein de fonctionnalités et que le type les maîtrisait toutes.
                  Voila. 🙂

                  1. Ok je vois le genre! Effectivement ça ne mérite pas beaucoup d’attention. Mais c’est le problème du matériel grand public. ça marche parcequ’on est persuadé que plus on a du lourd, meilleures seront nos photos. Mais penser ça est évidemment stupide, comme tu le soulignes. Ce serait comme dire, « j’ai acheté une Ferrari alors je suis un pilote. »

                    Mais ce comportement que tu décris n’a rien à voir avec la photo d’art. Qui d’ailleurs n’a pas de prétentions (techniques encore moins qu’autre chose). C’est certain que faire 10000 bornes pour ne ramener que ça, c’est inutile, mais j’ose espéré que le monsieur dont tu parles n’a posté que celles qu’il a jugé artistiques, et qu’il en a gardé d’autres pour lui…

                    Bref, je comprends bien ce que tu ne veux pas faire du coup 🙂 Mais rien ne t’empêche de mettre quelques photos qui cherchent un peu plus loin que le docu, sans aller jusqu’à Chris Marker 😉

                    1. Bien d’accord, mais en ce qui concerne mettre des photos un peu plus artistiques sur le blog, dans ce cas-là, mon manque de connaissances techniques surgit très rapidement et le bât va blesser tout aussi prestement. (cf ces photos-ci au-dessus ou mes dernières de Liminal Air -core- ). 🙂

                    2. J’oubliais, un truc que je n’aime pas beaucoup par contre, dans les blogs « de voyage », ce sont les photos noir et blanc. Elles sont parfois très réussies et très artistiques elles, mais je sais pas, déjà de base, je suis pas fan de noir et blanc sinon pour des portraits, mais quand il est question de voyage, je trouve ça assez contre-productif (bien sûr comme tout, il y a des exceptions, surtout si la photo noir et blanc est accompagnée d’autres traitant du même sujet et en couleurs)

                      1. Tes photos sont très bien! peut-être légèrement trop lumineuses, mais on a vu pire comme défaut.

                        Ah tiens c’est marrant ça, moi j’adore le noir et blanc (mais comme toi accompagné de couleur… 100% noir et blanc ça gave, je suis d’accord)
                        Par contre je n’irai pas jusqu’à « contre productif » certains noir et blancs rendent mieux le ton du moment (exemple dans ma collection perso, à Naoshima d’ailleurs) cette petite fille ne pouvait pas être en couleur parce que quand je l’ai regardé, je l’ai vu en noir et blanc quasiment tellement elle était à côté du reste du monde :

                        Quant à celle là, quelques mètres plus loin, elle n’aurait pas supporté le noir et blanc :

                        Comme quoi, c’est aussi parfois judicieux, pas seulement pour un style, à mon sens en tout cas. Mais je te comprends.

                      2. Pour la luminosité de mes photos, je me demande si je devrais pas calibrer mon écran (mais je ne sais comment faire en fait). Parfois, je les trouve trop sombres au sortir de l’appareil et j’ai tendance à les éclaircir un peu a posteriori (pas toutes). Peut-être ne devrai-je pas (et peut-être devrai-je aussi comparer avec les autres ordinateurs dans la maison).

                        Pour le noir et blanc, comprenons-nous bien, j’étais toujours dans l’optique « photo de blog de voyage montrant des lieux ».
                        La petite fille est magnifique en noir et blanc (par contre l’autre je ne sais pas, tu as mis deux fois le même lien).

                    3. rah le boulet… C’est parce que j’étais fatigué… Voilà la deuxième fillette :

                      Et effectivement, si tu as plusieurs machines, n’hésite pas à comparer pour voir si tu n’as pas un écart trop important de luminosité. En tout cas tes images de Liminal Air -core- sont très très bien je trouve.

                      1. Ah oui je me rappelle de cette photo. Tu as raison pas de noir et blanc possible pour celle-là. 🙂

                        Pour le trop de luminosité, je vois peut-être de quoi tu veux parler (et c’est là que mon manque de connaissances techniques ressort) : j’ai souvent des photos où mon sujet ressort trop sombre par rapport au ciel (ça arrive surtout sous les ciels couverts). Donc j’éclaire un peu la photo, mais du coup le ciel devient d’un blanc éclatant.
                        Un des exemples les plus extrêmes que j’ai étant la grille de fenêtre rouillée ici même. Ici, ça me dérange pas plus que ça, le but de cette photo étant de flirter avec l’abstraction, mais sur des photos plus figuratives, ça peut gêner.

                        Mais ça, c’est un truc que je ne sais pas comment gérer (soit parce que j’ai pas les connaissances, soit parce que j’ai pas les bons outils)

                    4. Oui mais rassure toi c’est un problème normal. J’ai exactement le même. Techniquement, on peut y remédier avec la balance des blancs, et toute sortes de réglages (temps d’exposition en tête etc) qui me saoulent, je ne suis pas technicien pour un sou. Par contre tu peux toujours rattraper les ciels vraiment trop cramés (blancs) avec la manip décrite avant (baisse de la luminosité -de l’image pas de la photo, donc uniforme- puis un peu plus de contrastes). Ce n’est pas toujours franchement rattrapable (ton ciel était voilé tu n’auras jamais un ciel bleu sur la photo, sauf bidouillages, mais ça ne nous intéresse pas.)
                      Le truc de base c’est de faire entrer moins de lumière dans l’appareil au moment de la photo, mais tu peux toujours rattraper un minimum a posteriori.

                      Maintenant un temps couvert reste une luminosité pénible, je m’en plains souvent sur mon blog d’ailleurs… ça me sert d’excuse 🙂
                      J’ai essayé de « corriger » un peu ta grille de fenêtre, mais rien à faire. Dans ces cas là, il faut que tu cadre différemment au moment de ta photo. Cadre juste la maison, ce qui empêchera ton objectif de prendre toute cette lumière mal orientée dans les dents. Quand c’est possible, il n’y a que ça à faire… Sinon, tant pis, j’avais laissé tombé lors de ma visite de Ginkaku-Ji :
                      http://nitosa.files.wordpress.com/2010/08/dsc00873.jpg

                      1. Ouais, j’ai découvert ça que les temps couverts c’est la galère.
                        Pour la grille de fenêtre, l’effet était plus ou moins voulu en fait (dans la réalité aussi il y avait ce contraste intéressant), c’était juste un exemple de ce qui arrive aussi quand c’est pas voulu, et en général, comme dans ta photo de Ginkaku-ji c’est quand je prends des bâtiments en photo (et donc que je ne peux virer le ciel de ma photo) que le problème en est un.
                        Oh well…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.