Notre dernière soirée au Japon ce voyage passé fut un peu particulière. Elle ne fut pas passée en famille, mais dans la banlieue d’Osaka, près de Kansai International Airport, dans la ville d’Izumisano. La raison en est très simple, notre vol vers Francfort était le matin, nous dûmes donc quitter Takamatsu la veille et passer la nuit à proximité de l’aéroport.

Pourquoi est ce que je dis que cette soirée fut un peu particulière ? Parce qu’à bien des égards, cette banlieue japonaise me faisait bien plus penser à une banlieue américaine qu’au Japon. Encore cette influence américaine dans le Japon moderne à laquelle on ne s’attend pas toujours (au point que j’entends ou lis souvent des choses du genre « les Konbinis, si typiquement japonais »).

Pas grand-chose de particulier à raconter de cette soirée qui fut essentiellement passée dans le centre commercial du coin, parce que c’est ce qui arrive parfois quand on passe une soirée dans un lieu inconnu et qu’on ne sait pas trop où aller.

 

Vue depuis le Garden Palace Spa à Izumisano

La vue depuis la chambre d’hôtel. Je sais pas vous, mais un hôtel qui donne sur des champs, j’adore.

Tant que j’y suis, deux trois mots sur l’hôtel. Il s’agissait du Garden Palace Spa, petit hôtel bien sympathique ma foi. Rien de bien particulier à dire sur les chambres, elles ressemblaient – en tout cas la nôtre – à pratiquement toutes les autres chambres d’hôtel dans lesquelles j’ai mis les pieds au Japon. Par contre les parties communes étaient magnifiques, décorations simples, mais parfaites, surtout son Sentō. Car oui, pour la première fois, j’ai utilisé un Sentō (oui, après quatre voyages au Japon, il était temps, je sais). Mes impressions ? Bon tout d’abord, nous étions dans une salle privative « familiale », pas dans la salle publique (mais cette dernière était magnifique au vu des photos). La raison principale pour laquelle je n’avais jamais été dans un Sentō, c’est que je ne voyais pas trop l’intérêt d’aller me laver publiquement. Pas vraiment une question de pudeur (sauf la fois où mon beau-père voulait que j’y aille avec lui, j’avoue), je vois juste pas l’intérêt quand j’ai une salle de bains qui m’attend dans ma chambre, surtout que je préfère les douches. Bref, essayer un Sentō ne m’intéressait que si je pouvais partager l’expérience avec quelqu’un (et si possible pas mon beau-père… quoiqu’au jour d’aujourd’hui cela me mettrait – un peu – moins mal à l’aise, à l’époque, je le connaissais à peine). Là, c’était la situation idéale puisque je pouvais faire cette nouvelle expérience avec 康代.

Et donc mon impression ? Ben, je sais pas si c’était normal, mais l’eau du bain était super chaude quand même, bien trop chaude à mon goût, genre j’avais presque du mal à respirer à cause de la vapeur. Selon 康代 c’était plus chaud que la moyenne, je veux bien la croire. Par contre, dans la partie publique du Sentō il y avait un bain en extérieur. Ça, j’aurais aimé essayer, je pense.

Il y avait aussi un sauna. J’ai là aussi essayé pour la première fois de ma vie. J’ai dû y rester 20 secondes, j’avais l’impression d’avoir l’intérieur du nez qui prenait feu.

Oui, je sais, j’aime quand il fait chaud (ma température idéale c’est dans les 30 degrés environ), mais là c’était trop chaud, et quand je me douche, j’ai plutôt une tendance aux douches tièdes en fait. Bref, pas totalement sûr de renouveler l’expérience dans un futur proche.

Comme je disais plus haut, ne sachant vraiment où aller et espérant faire un peu de shopping (en fait, nous n’avons rien acheté je crois), nous sommes allés aux abords de l’échangeur vers Kansai International Airport, là où se trouve un grand parc ainsi qu’un centre commercial. Ça s’appelle Rinku Town, même si je n’ai pas bien compris s’il s’agissait du nom du quartier ou du centre commercial.

Échangeur d'autoroute vers Kansai International Airport

L’échangeur d’autoroute pour aller vers Kansai International Airport. Les autoroutes japonaises sur « pilotis géants » ne cessent de me fasciner et de m’impressionner.

Outlet Mall à Rinku Town

Aurais-je soudain été téléporté en Floride ?

Là, il y avait aussi un Outlet Mall qui me donna la drôle d’impression de me retrouver soudain en Floride. Pour ceux qui ne connaissent pas, un bon nombre de centre commerciaux en Floride (et pas que les Outlet) ressemblent à ça. Bref, entre l’hôtel à deux pas des champs et ce centre commercial, j’avais de moins en moins l’impression d’être au Japon et de plus en plus celle d’être du côté de Homestead. À un détail près, la clientèle était à grosse majorité chinoise. Un ou deux (ou plus?) groupes de touristes chinois avaient envahi le lieu. Déjà, j’ai du mal avec le tourisme de groupe, mais j’ai jamais trop compris le tourisme-shopping, quoique j’espère qu’ils ne sont pas allés au Japon seulement pour faire du shopping. Sinon, je ne voudrais rien dire de désobligeant, mais que les Français se rassurent, ils ne vont pas rester longtemps premiers au classement de « pires touristes du monde ».

Puisqu’on parle de Chine, étonnamment, notre dernier repas au Japon pour ce voyage fut dans un restaurant chinois. Ce sont les gros Gyōza en résine dans la vitrine qui nous ont fait craquer. 🙂 Le repas était sympa sans être délicieux. À noter que tout le staff du restaurant était japonais. Belle revanche face aux faux restaurants « japonais » de Paris.

Pont vers Kansai International Airport

Le pont vers Kansai International Airport

Parc à Rinku Town

Après dîner, nous finîmes la soirée par une petite balade dans le parc en bord de mer avant de rentrer à l’hôtel. À noter que dans le parc, nous croisâmes – entre autres – trois filles, la vingtaine environ, qui se baladaient en mini-jupes… dans un parc… la nuit… De quoi nous rappeler qu’il existe encore des lieux sur Terre où les femmes peuvent s’habiller comme elles le souhaitent à toute heure du jour et de la nuit et dans n’importe quel lieu. Ils sont si rares.

 

6 commentaires sur “Izumisano & Rinku Town”

  1. Le pont vers le Kansaï airport est vraiment impressionnant !

    Quand à l’Outlet Mall, c’est bien moche :/

    Jolie article ma parole 😀

    1. Pourtant c’est un des ponts les moins impressionnants du coin. 🙂 Jette un coup d’oeil aux ponts entre Kobe et Shikoku. 😉

      Sinon bravo, un truc que j’écris à l’arrache en improvisant, tu me dis « joli article » et quand je passe des heures à faire des recherches et tout ça, rien… 😉

  2. Bien bien bien tout ça! Alors pour ce que je peux ajouter… Rinku Town est plutôt le nom du centre commercial…

    A mon avis, non les Chinois n’étaient pas venus juste pour ça, ils ont dû faire aussi une razzia au Yodobashi-Umeda mdrrr

    Je n’en suis qu’à mon 3ème voyage ici (oui bon ok, y a pas de retour pour ce 3ème…) et je n’ai toujours pas testé le sentô. Je crois même pouvoir ajouter que je n’irai probablement jamais… donc rassure-toi, tu n’es pas bizarre, ou alors on est deux. (et avec beau papa, c’est no way!)

    Les filles en mini jupe, raides à minuits qui marchent plus droit, sous ma fenêtre, dans les parcs dans les ruelles etc, c’est effectivement la norme ici, mais ce que je préfère encore, c’est de voir tous les gamins de 6 ans rentrer chez eux en train tout seuls, le monde entier pourra me rabâcher que les Japonais sont formatés et tout le tsouin tsouin, mes gosse grandiront ici, je l’espère, et je m’occupe du formatage que je veux, merci.

    Tous les restaurants, quelle que soit la nationalité de la cuisine proposée, ont du personnel Japonais. Je n’ai encore jamais vu (je sais que ça existe quand même) de serveur blanc dans un restau occidental, une boulangerie française, une pizzeria etc etc… Va dans un restau Jap en France où un blanc bec te sert, tu seras capable de préférer un cambodgien juste parce qu’il fait plus « typique »… (« tu » c’est pas toi David hein, c’est un « tu » général)…

    Enfin j’aime bien que tu parles de ta femme en utilisant son nom « original »… Moi j’ai opté pour des pseudo, mais j’aime bien ton idée, et ça m’amuse d’imaginer par quoi tes lecteurs qui ne lisent pas le Japonais, remplacent-ils son nom dans leur tête… « ninin »? « hmhm »? 🙂

    1. Merci pour les précisions. 🙂

      Marrant, le soir où j’ai vu ces filles dans le parc, j’ai posté sur ma page Facebook quelques minutes plus tard un truc du genre « Le Japon, le pays des filles qui peuvent se balader en mini-jupe la nuit dans les parcs et les enfants de 6 ans rentrer chez eux le soir à pied sans danger ». 🙂

      Vrai pour les restos asiatiques en France, pourtant le chef du meilleur resto japonais que je connaisse est français (bon, ok, ses deux parents sont japonais et il a appris son métier au Japon).
      Au Japon, je n’ai mangé que dans deux restos étrangers, ce chinois et un « français » (hum, hum) à Sakai, et tout le staff était effectivement japonais (pour le « français » j’ai pas vu les gens en cuisine, mais vu ce qu’il y avait dans mon assiette, ça pouvait pas être des Français… ou alors des escrocs, des mecs qui cuisinaient comme moi et qui se sont fait passer pour vrais cuisiniers de par leur passeport.

      Pour le nom de 康代, ouais comme beaucoup de Japonais(e)s elle n’aime pas qu’on connaisse sont identité sur le net, et au début elle avait pas d’idée de pseudo, d’où mon idée des Kanji. Moi aussi en commençant ce blog, je ne savais pas trop quel degré d’anonymat utiliser (j’écris deux autres blogs – moins fréquemment que celui-ci – et j’ai deux pseudos différents pour chacun), puisqu’au final je n’écris rien ni de compromettant, ni de vraiment privé sur ce blog, d’où le choix d’utiliser mon vrai prénom dès le début.
      Depuis elle a trouvé un pseudo qu’elle utilise sur son blog, mais depuis on a été « outé » quand j’ai été sélectionné par Shikoku Muchujin l’an dernier pour participer au voyage d’Octobre qu’ils organisait.

    2. En plus pour les Kanji, j’avoue que c’est quelque chose que j’envie chez les Japonais (et les Chinois), le fait que leur nom ne soient pas qu’un son particulier, mais aussi une graphie bien précise, chaque nom ou presque pouvant s’écrire de plusieurs façons.

      1. Moi aussi je leur envie ça!! Pour les pseudos, c’est vrai que moi au début, je voulais faire un peu gaffe à l’intimité, ne sachant pas à quel point j’allais déraper ou non sur mon blog… Encore aujourd’hui certains sujets sont sur une liste noire, on sait jamais qui va lire, surtout que le monde des Français ici est petit…

        Et puis au delà de ça, j’ai gardé la formule parce que je trouve ça bien de créer une identité propre à la vision du Japon que je développe sur mes pages. Une vision nécessairement embellie (puisque je choisis mes photos et que je poste celles qui semblent intéressantes), et une vision avec le recul du récit (même si j’essaye de raconter tout de suite ma balade et de la manière dont je l’ai vécue, pour garder un peu de fraîcheur)…

        En tout cas, 康代, c’est très joli, et quelle signification!! (Sakura s’appelle 優実, mais faudra pas lui dire que je l’ai dit, sinon elle va me taper! :))
        J’aime bien regarder le Japon de Niwatori et le comparer avec celui de Ludo (mon prénom donc). Un peu schyzo, mais quand je relis mes vieux articles, ça m’aide à mesurer la chance que j’ai d’avoir la vie que j’ai décidé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *