Gorges d’Oboke et de Koboke dans la Vallée du Yoshino à Tokushima

Aujourd’hui on s’éloigne un peu de la Mer Intérieure de Seto, nous quittons même la préfecture de Kagawa pour nous rendre dans celle de Tokushima et nous enfoncer dans les montagnes de Shikoku.

C’est vrai quoi, après tout, Shikoku, c’est surtout des montagnes, et moi je ne vous montre que la mer ou presque.
Question de goûts essentiellement, si j’ai toujours trouvé les montagnes superbes, même si j’aime bien y être, j’ai toujours un peu de réticences à m’y rendre. Je crois que ça vient d’un « traumatisme » de jeunesse. Petit, je me rendais assez souvent dans les Pyrénées avec mes parents, et à chaque fois, j’étais malade en voiture. Oui, je crois que ça vient de là. D’un autre côté, la mer m’a toujours fait rêver depuis ma plus tendre enfance, je ne sais trop pourquoi.
Et puis il y a une question pratique aussi : je vis à 300 mètres de la mer, et beaucoup plus loin de la montagne – Kagawa est essentiellement une grande plaine, je vis à son extrême-nord, les montagnes ne commencent vraiment qu’à la frontière avec Tokushima au sud.

Toutefois, en septembre dernier, je suis allé faire un tour dans les montagnes de Tokushima et plus précisément dans la vallée de l’Iya. Je vous avais déjà narré l’un des moments les plus importants de notre journée : la visite du village de Nagoro, connu pour ses poupées – épouvantails.

Nagoro, le Village des Poupées

 

Mais plusieurs heures auparavant, notre premier (bref) arrêt de la journée fut les gorges d’Oboke et de Koboke. Nous sommes ici dans la vallée du Yoshino (de la Yoshino ?), le deuxième plus long fleuve de Shikoku et à qui l’on doit la plaine plus en aval où est concentrée presque toute la population de Tokushima.

Il fait partie des « Trois Grands Fleuves du Japon. » Vous savez comment il y a quelque temps (Meiji ? Edo ?) le Japon a commencé à faire des listes des Trois Grand(e)s Quelque Chose. Et qu’aujourd’hui les touristes étrangers prennent ces listes très subjectives et établies par des poètes ou autres pour des listes très officielles des Trois Meilleurs Quelque Chose… Bref, le Yoshino (la Yoshino ? je trouve que le féminin sonne mieux, peut-être parce que Yoshino est aussi un prénom féminin, même si la règle voudrait un masculin) est un grand fleuve, et aussi un chouette fleuve, surtout dans sa partie montagneuse (une fois les montagnes quittées, il est bien moins intéressant), et la gorge d’Oboke est simplement magnifique, surtout grâce à ses gros rochers blancs et ses eaux turquoises.

 

Pas grand chose de plus à vous en dire. Ah, si. Contrairement à ce que les photos peuvent laisser supposer, le coin est assez touristique en fait (mais loin des hôtels et des grands parkings à bus, ça va), on peut voir les gorges en bateau. J’essaierai peut-être à ma prochaine visite, mais là, j’ai fait ce que je n’aime pas faire habituellement, voir beaucoup de choses en une seule journée, donc pas beaucoup de temps pour chaque étape.

Une dernière chose, si ces deux gorges ont deux noms, il s’agit bien de la même vallée et du même fleuve, les deux lieux étant situés l’un à la suite de l’autre, et j’aurais bien du mal à vous dire où l’une s’arrête et l’autre commence.

Plus de détails une prochaine fois donc. En attendant, quelques photos qui je l’espère vous feront envie :

 

 

 

À suivre tôt ou tard avec la Vallée de l’Iya…

 

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Gorges d’Oboke et de Koboke dans la Vallée du Yoshino à Tokushima”

%d blogueurs aiment cette page :