Dans Kawaramachi

 

Kawaramachi, c’est l’hyper-centre de Takamatsu, avec son grand bâtiment qui abritait autrefois Tenmaya (et je doute qu’il reste inoccupé bien longtemps) ainsi que la station principale du Kotoden, la seule où se croisent les trois lignes du train local.

Quand vous êtes aux abords du bâtiment, il suffit de s’en éloigner de quelques dizaines de mètres pour retrouver le Japon de l’après-guerre que je trouve si charmant même s’il semble un peu laissé de côté par presque tous (les Japonais trouvent ça vieux et moche, les étrangers s’en fichent, ils préfèrent « la tradition et la modernité » (dieu que je déteste ce cliché bidon), ce Japon-là, celui de l’ère Showa, se situe juste entre les deux.

 

Epicerie dans KawaramachiUne épicerie de quartier comme il en existe encore quelques unes au Japon,
résistant tant bien que mal à l’invasion des Konbini omniprésents.

 

Restaurant de tortueUn restaurant servant… si vous regardez la photo, vous comprendrez de suite : de la tortue à carapace molle. Même si elle est (je pense) un mets commun en Chine, elle reste rare au Japon (j’ose même croire que la plupart des Japonais ignorent que l’on peut la consommer).

Goûterai-je un jour ? Je ne sais pas. D’un côté, je suis le premier à dire à tout le monde que quand on est en pays étranger il faut essayer toutes les possibilités culinaires qui s’offrent à vous, de l’autre, même si manger de la tortue ne me rebute pas plus que ça, l’expérience que Judith racontait dans son ancien blog m’a un peu refroidi. (au passage un peu de pub pour le nouveau blog de Judith, je ne pense pas qu’il existe de meilleur blog en français sur Hiroshima). Bon, si on la coupe pas en petits morceaux devant moi, je suis prêt à l’essayer un jour… un jour… (si vous passez à Takamatsu et voulez essayer avec moi, n’hésitez pas à me faire signe).

 

Ruelle dans Kawaramachi

La train passe entre les maisons et les ruelles.

 

Ces temps-ci, je passe dans Kawaramachi une fois par semaine environ, les beaux jours revenant, et si mon emploi du temps ne change pas trop en avril (il changera) je sens que je vais m’y balader un peu plus après le boulot. Jusqu’à présent la nuit tombait quand j’y finissais ma journée, mais maintenant il fait encore jour, je sens que je vais prendre mon appareil-photo au cours des prochains mois quand j’irai – et pas seulement mon portable.

 

 

 

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Dans Kawaramachi”

%d blogueurs aiment cette page :