Arashiyama (15e jour – 2 juin 2010 – cinquième partie)


 

Tenryū-ji est situé dans le quartier d’Arashiyama, parfois aussi appelé Sagano (il y a peut-être une différence entre les deux appellations, mais elle m’échappe). Situé dans l’ouest de Kyōto, ce quartier, bien que légèrement touristique du fait de la présence du temple et de quelques autres sites (Iwata-yama – la montagne aux singes, le pont Togetsu), est un des quartiers les plus calmes et les plus charmants qu’il m’ait été donné de visiter dans Kyōto. Le fait que les boutiques de souvenirs pour touristes laissent place à des magasins d’artisanat et autres boutiques plus « normales » n’étant pas négligeable.

Et de manière générale, l’atmosphère qui se dégage de ces rues fait penser à un Japon plus ancien, plus calme, qui n’est pas sans rappeler de plus petites villes où le temps semble parfois s’être arrêté après la fin de la reconstruction quelque part dans les années 50-60.

D’ailleurs, soudain, je vis la possibilité d’une vie à Kyōto comme ne faisant pas partie du domaine de l’impensable, non que je souhaite vivre 50 ans dans le passé, mais jusqu’à présent, n’ayant vu de la ville que son centre – qui n’a rien à envier aux autres mégapoles japonaises et occidentales – je l’imaginais comme étant similaire à toutes les grandes villes de ces régions du monde : passionnante à visiter, mais invivable. Mon temps à Paris a laissé des séquelles apparemment. 🙂

 

Rivière Katsura à Kyoto

La rivière Katsura

 

Pont Togetsu à Kyoto

Togetsu-kyō

Selon 康代, ce pont fait partie des choses à ne pas manquer dans cette partie de Kyōto. La raison m’échappe encore. Peut-être tout simplement parce qu’il fut rendu célèbre par des estampes. Peut-être aussi parce que sa conception est assez originale (enfin, à mes yeux, mais bon je n’y connais rien en conception de ponts)

 

Un fabriquant de tatamis

 

Vous voyez ce que je voulais dire quand ce quartier me fait penser aux années 50 ?

 

 

Laisser un commentaire